« Traversées Mauritanides » lance sa 2ème édition « Hiver Littéraire »

mercredi 2 décembre 2020
popularité : 0%

Après l’édition 2019 de son « Hiver Littéraire », l’Association « Traversées Mauritanides » présidé par l’écrivain et journaliste Bios Diallo a lancé mardi 1er décembre 2020, la deuxième édition de ce « Play-Off » du grand festival « Traversées Mauritanides » dont la 10ème édition est prévue en avril 2021.

La 2ème édition de « Hiver Littéraire » a été lancée mardi 1er décembre 2020 à l’Institut Français de Mauritanie (IFM). Initiée depuis 2019 par l’Association « Traversées Mauritanides » qui prépare la 10ème édition de ses « Rencontres littéraires » en Avril 2021, le démarrage de cette édition a été marquée par une conférence animée par un plateau relevé d’auteurs sur le thème « Ecriture et Tabou ».

Le public a ainsi pu suivre la lecture croisée que les auteurs invités se font du tabou dans leurs œuvres. En scène, l’écrivain togolais Samy Tchak, le Franco-Mauritanien Abdoul Ali War, en compagnie de deux auteurs mauritaniens, MBareck Beyrouk et Idoumou Mohamed Vall, sous l’excellente modération de Kissima Diagana, journaliste, et Bios Diallo, président du festival.

Mercredi 2 décembre, la rencontre s’est déportée au « Centre Culturel Marocain » sur le thème « Traite des humains et liberté » avec comme invité le Commissaire aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile, représenté à l’occasion par l’un de ses collaborateurs, Isselmou Salihi, journaliste, spécialiste des mouvements djihadistes au Sahel et Coordinateur du Centre de Sensibilisation et de Documentation au sein du département. A ses côtés, Sarr Mamadou, Secrétaire exécutif du Forum national des organisations des droits de l’homme (Fonadh), Imam Abdoulaye Sarr, membre de l’Union des Ulémas de Mauritanie et Harouna Rachid Ly, écrivain auteur de plusieurs ouvrages dont son roman à succès « 1989, Gendarme en Mauritanie ».

Le « Passif humanitaire », relatif aux douloureux évènements qui ont eu lieu en Mauritanie entre 1989 et 1991, avec leurs lots de déportations, d’exécutions extrajudiciaires et d’exactions qui ont visé essentiellement la communauté Pulaar, ainsi que l’esclavage et la traite des êtres humains ont été les principaux sujets qui ont été abordés au cours des débats.

Les auteurs devaient se rendre par la suite à Nouadhibou, Akjoujt, Atar et Chinguitty, à la rencontre du public des Alliances françaises de l’intérieur du pays.
A noter que parmi les auteurs invités cette année pour cet « Hiver Littéraire » figure la Française Annie Ferret, Ismaël Demba Kane et Néné Dramé.

Cheikh Aïdara





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Libération des espaces publics à Nouakchott : une énième (...)

--------------------------

Ould Ghazouany – Ould Abdel Aziz De mal en pis (...)

--------------------------

Vie politique nationale Mais où est passée l’opposition (...)

--------------------------


   Economie  

Exposition « Terre et Mer », quand le BIT valorise (...)

--------------------------

Phase 2 Projet SWEDD, la Première Dame donne le top à (...)

--------------------------

Comité Régional de Pilotage du Projet SWEDD, la (...)

--------------------------


   Social  

Dernière Plateforme de lutte contre les violences basées (...)

--------------------------

Violences basées sur le genre à Zouerate, un phénomène (...)

--------------------------


   Culture  

« Traversées Mauritanides » lance sa 2ème édition « Hiver (...)

--------------------------

« Décolonisation », le film de Karim Miské en avant (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

Les journalistes professionnels mauritaniens tiennent (...)

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------


   Sport  

CAN 2021 : Les Mourabitounes fixés sur leur sort

--------------------------

Bras-de-fer entre Taleb Sid’Ahmed et Ahmed Ould Yahya Le (...)

--------------------------