Guinée équatoriale : tentative de coup d’État déjouée contre Obiang Nguema

samedi 30 décembre 2017
par  gonga
popularité : 0%

Un putsch a été déjoué en Guinée équatoriale dans la nuit du 27 au 28 décembre, indique une source proche du régime. Une partie du commando aurait été arrêtée au Cameroun. D’autres membres sont toujours en fuite.

D’après une source autorisée à Malabo, une tentative de coup d’État contre le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo aurait été déjouée dans la nuit du 27 au 28 décembre. Ceci confirme une première information de nos confrères du site Cameroon-info, selon laquelle 31 mercenaires tchadiens et centrafricains ont été interpellés dans la région du sud du Cameroun avec un important arsenal. Ils prévoyaient de passer la frontière équato-guinéenne à Kye-Ossi pour soutenir le putsch.

Selon les informations recueillies par Jeune Afrique, une partie du commando, composée d’Équato-Guinéens, de Tchadiens et de Camerounais, se serait retrouvée à Ebebiyin, une ville à la frontière camerounaise, à moins de 100 km de Mongomo où se trouvait alors le chef de l’État. Ils auraient été menés par « un général équato-tchadien proche de Gabriel Nse Obiang Obono« , le président du parti d’opposition Citoyens pour l’innovation (CI, qui compte un unique député à l’Assemblée nationale).

Enquête en cours

Le 27 décembre, quelques heures avant que le commando n’entre sur le territoire équato-guinéen, des membres de ce parti avaient été convoqués à Evinayong (Centre). Mais selon les autorités, il n’y a aucun lien entre les deux affaires.

Une enquête est en cours pour identifier les commanditaires de l’opération et déterminer les soutiens dont aurait bénéficié le commando. Un homme d’affaires d’Afrique centrale aurait d’ores et déjà été identifié.

Chez les diplomates, les éléments de langage se font plus prudents. Sollicité par JA, le ministère camerounais de la Défense invoque un « devoir de réserve, dès lors que le côté diplomatique est engagé », jugeant l’affaire trop « sensible ». A l’ambassade de Guinée équatoriale à Paris, l’ambassadeur Miguel Oyono Ndong Mifumu préfère, lui, parler d’une « tentative d’invasion de mercenaires » dont le but « pourrait être une tentative de déstabilisation ». Et de préciser que sur le volet équato-guinéen, « nous n’avons pas de précisions à donner pour le moment, mais le gouvernement s’exprimera prochainement ». Et de conclure : « En attendant, nous travaillons en étroite collaboration avec les services camerounais ».

La dernière tentative de coup d’État mise en échec en Guinée équatoriale date de 2004 et avait été menée par le mercenaire britannique Simon Mann.





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Processus électoral, le Ministre de l’Intérieur démontre (...)

--------------------------

Déclaration

--------------------------

Elections en Mauritanie : la candidature d’un parti (...)

--------------------------


   Economie  

La Mauritanie célèbre la Journée mondiale de la Population (...)

--------------------------

Migration en Mauritanie, du sécuritaire vers une vision (...)

--------------------------

Crise socio-monétaire Les populations ne veulent plus de (...)

--------------------------


   Social  

Mohamed Lemine Ould Sidi Brahim, un maire à reconduire (...)

--------------------------

Mme Seyide Mint Yenge se distingue parmi les invitées de (...)

--------------------------


   Culture  

Le Festival Hip-Hop Assalamalekoum démarre en trombe (...)

--------------------------

Semaine de la Francophonie : Ahmed Hamza répond aux (...)

--------------------------


   International  

Union Africaine : Scandale avant le sommet de (...)

--------------------------

Emmanuel Macron va-t-il achever la Françafrique (...)

--------------------------


   Médias  

Voilà pourquoi Horizons et Chaab ne paraissent (...)

--------------------------

Horizons et Chaab cessent de paraître

--------------------------


   Sport  

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------

Cristiano Ronaldo et le Real, c’est fini

--------------------------