Le Front Polisario hausse à nouveau le ton avec la Mauritanie

mardi 27 novembre 2018
popularité : 0%

En l’intervalle d’un mois seulement, le Front Polisario a critiqué la Mauritanie à trois reprises.

Hier, le média pro-Polisario Futuro Sahara a évoqué la « négligence » du ministre mauritanien de la Culture, de l’artisanat et des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Sidi Mohamed Ould Maham concernant la « participation sahraouie » à un festival.

Dans un discours prononcé à l’ouverture du Festival Oualata des anciennes médinas, le 20 novembre dernier, le ministre mauritanien a en effet remercié les participants venus de Guelmim et Laâyoune et généralement de Laâyoune Sakia El Hamra ayant pris part à ce rendez-vous. Mais le fait que Sidi Mohamed Ould Maham n’ait pas mentionné « ceux qui serait venus de Tindouf » a irrité le Front.

« Le ministre n’a pas mentionné la participation sahraouie ayant été importante alors que la délégation sahraouie était présidée par le poète et directeur du Théâtre national Mohamed Ghali », écrit ce dimanche Futuro Sahara.

Un « parti pris flagrant » de la Mauritanie pour la « partie marocaine »

Le média pro-Polisario estime que cette « négligence » du porte-parole du gouvernement mauritanien et « président actuel du parti au pouvoir » soulève des questions. Il cite notamment « la position réelle de certaines dirigeants clés du pouvoir mauritanien et leur capacité à maintenir la politique de neutralité positive quant au dossier du Sahara occidental ». Le média reproche surtout au porte-parole de l’exécutif mauritanien d’avoir « utilisé les mêmes appellations géographiques » que le Maroc, signe d’un « parti pris flagrant pour la partie marocaine » dans le différend territorial.

Ce n’est pas la première fois que le Polisario, à travers ses relais médiatiques, exprime son mécontentement envers la Mauritanie.

Le 9 novembre dernier, le Front a critiqué la « nouvelle position de la Mauritanie qui est en contradiction avec sa politique quant à la question du Sahara occidental ». « Une politique qui exige que la Mauritanie ne réagisse pas aux discours donnés lors des occasions », comme la Marche verte a-t-il réagi à la réaction officielle de la Mauritanie suite au discours du roi Mohammed VI commémorant le 43ème anniversaire de la Marche verte. Le média Futuro Sahara affirmant même que Nouakchott « abandonne sa neutralité positive sur la question du Sahara ».

Depuis fin octobre, le mouvement séparatiste ne cesse de tirer à boulets rouges sur les douanes mauritaniennes, les accusant de retenir des commerçants sahraouis, les obligeant à régler « des amendes imaginaires » et leur « interdisent de quitter avant d’avoir réglé ces sommes ».

Yabiladi.com





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Pré-campagne présidentielle A quoi joue El Insav (...)

--------------------------

De l’opium du peuple

--------------------------

Dialogue national inclusif est-il définitivement enterré (...)

--------------------------


   Economie  

6ème réunion des ministres des pays membres du SWEDD à (...)

--------------------------

Marché à bétail de Boghé, éleveurs et courtiers ont pris (...)

--------------------------

Foire de Timbedra, l’élément déclencheur du développement (...)

--------------------------


   Social  

Violences basées sur le genre, une mission conjointe (...)

--------------------------

Le Vivre-ensemble en voix d’écoles !

--------------------------


   Culture  

Festival Assalamalekum 2022 : une soirée de gala avec (...)

--------------------------

Festival Assalamalekum, une 15ème édition sous le sceau (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

TMLSA poursuit son partenariat avec le PNBA et remet en (...)

--------------------------

TMLSA reçoit le Ministre de la Fonction publique et du (...)

--------------------------


   Sport  

« On ne démissionne pas », Ahmed Ould Yahya face à la (...)

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------