Sénégal : Khalifa Sall révoqué par Macky Sall de son mandat de maire de Dakar

samedi 1er septembre 2018
popularité : 0%

Jeune Afrique - Au lendemain de sa condamnation en appel à cinq ans de prison ferme, Khalifa Sall a été révoqué de ses fonctions de maire de la capitale sénégalaise, vendredi 31 août, par un décret présidentiel.

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe. L’annonce de la révocation du maire Khalifa Sall est tombée quelques heures seulement après le départ du président Macky Sall pour la Chine, où il doit assister les 3 et 4 septembre au Forum sur la coopération sino-africaine (Focac).

Le décret de révocation s’appuie sur une disposition du code général des collectivités territoriales qui prévoit une telle mesure, notamment, en cas de condamnation pour « faux en écritures publiques » et « utilisation des deniers publics de la commune à des fins personnelles ou privées ».

« Force est de constater que la condamnation du maire de la Ville de Dakar par la Cour d’appel le prive de la capacité juridique et de l’autorité morale nécessaires à l’exercice de ses fonctions », estime le ministère de la Gouvernance territoriale dans son projet de décret portant révocation.

« Cette décision est illégale »

Selon Me Seydou Diagne, l’un des avocats de Khalifa Sall, « cette décision est illégale car sa condamnation n’est pas définitive, du fait du pourvoi en cassation ».

Qui sera désormais en charge des affaires de la mairie ? « Nous ne savons pas, confie l’entourage du maire. À nos yeux, le scénario de la révocation n’était pas possible. » Depuis l’incarcération de l’édile, en mars 2017, la municipalité est gérée par sa première adjointe, Soham El Wardini.

« Si la condamnation devait devenir définitive, c’est à la première adjointe de poursuivre l’intérim jusqu’aux prochaines élections », note un avocat au fait du dossier. De fait selon l’article 138 du Code général des collectivités territoriales, « lorsque le maire démissionne, décède, est révoqué ou suspendu, son remplaçant exerce la plénitude de ses fonctions ».

Poursuivi dans l’affaire de la caisse d’avance de la municipalité de Dakar, Khalifa Sall a été condamné le 30 août, en appel, à cinq années de prison ferme. Ses avocats ont déposé dans la foulée un pourvoi en cassation devant la Cour suprême. En cas de condamnation définitive par celle-ci avant le 19 janvier 2019, l’édile ne pourrait pas concourir à l’élection présidentielle, prévue en février prochain.

Par Olivier Liffran





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------

Leadership et éclairages sur le système bancaire en (...)

--------------------------


   Social  

Sit-In contre les inondations à Bassiknou

--------------------------

Mauritanie : Bouamatou s’engage aux côtés de l’opposition

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------