Fin de la prise d’otage

jeudi 18 mai 2017
popularité : 0%

Les autorités ont finalement procédé à la libération du ressortissant italien, Christian Provvisiononato -Notre photo- , détenu depuis fin 2015 à Nouakchott, dans une affaire de marché raté entre la présidence et une société italienne pour l’obtention d’un système d’espionnage pour une enveloppe de 3 millions d’euros. Cette libération s’est produite au terme d’une médiation italienne menée depuis quelques jours par le vice ministre italien des affaires étrangères arrivé à Nouakchott en début de semaine dernière. La semaine dernière, tous les clubs de football d’Italie s’étaient joints à la cause, garnissant leur stade des banderoles portant les photos du prisonnier italien. Pour l’opinion italienne, il s’agissait là d’un abus des Autorités mauritaniennes à l’endroit d’un italien.
Dans les faits, ce dernier n’aurait en effet, rien à voir avec cette histoire pour laquelle il a été retenu en détention. Il aurait seulement été victime de sa naïveté, quand il y a deux ans, un homme d’affaires hindou lui avait proposé des services en Mauritanie. L’affaire s’est passée comme suit : il y a deux ans, cet Hindou avait obtenu, à partir de Dubaï, un marché d’un proche du président Ould Abdel Aziz portant sur l’équipement à la Présidence de la République, d’un système d’espionnage et de contrôle. Prix de l’opération 1,5 million d’euros. Payé cash, l’Hindou procéda immédiatement à la livraison du matériel. Seulement, l’appareil ne fonctionnait pas. Il lui manquait un système qui devait lui être ajouté. Et c’est là ou est né le problème : alors que côté homme d’affaires mauritanien, on soutenait que la somme versée représentait le prix global du service, du côté du prestataire, il s’agissait de deux marchés distincts, qui coutaient chacun 1,5 million d’ouguiyas. Certain de bénéficier du second marché, ce dernier avait même déplacé un technicien italien à Nouakchott pour le marché en perspective. Les deux parties devaient se cramponner sur leurs positions, pendant près de six mois avant que l’homme d’affaires hindou ne s’envola pour l’Angleterre. Resté seul, le technicien italien fut séquestré dans les locaux de l’école de police et son passeport retiré. En fait, il était pris en otage en attendant le dénouement de l’affaire. L’ambassadeur d’Italie à Rabat, saisi de cette affaire, se rendra maintes fois à Nouakchott, sans réussir à la défaire. La famille de « l’otage » se tourna alors vers la presse locale, la société civile italienne, puis les clubs de football, pour porter l’affaire devant l’opinion internationale. C’est à ce moment que le gouvernement italien a repris l’affaire en main, dépêchant un membre de son équipe à Nouakchott. Deux jours de discussion et voilà l’Italien récupéré des mains de la police et remis à ses Autorités qui quittèrent immédiatement la capitale, sans même que le dossier n’ait été instruit en justice et surtout, sans que celle-ci n’en soit jamais informée. Comme quoi, chez nous… Signalons que si cette affaire a finalement pris une telle envergure en Italie, c’est qu’il y a eu un précédent : il s’agit d’un autre italien Bréggini, qui avait été séquestré en Égypte il y cinq ans et qui y avait perdu la vie dans des conditions troubles et dont la mort avait suscité un grand tollé de part le monde.
A.B





Commentaires

New Page 1

Le Journal



   Politique  

Mauritanie : le MAEC, un appareil "d’exclusion" des (...)

--------------------------

Institution d’une commission chargée de la proposition de (...)

--------------------------

L’Opposition Démocratique Mauritanienne : Déclaration

--------------------------


   Economie  

Saint Louis du Sénégal : plus de 18.000 têtes d’ovins en (...)

--------------------------

Mauritanie : les surfaces exploitées pour les cultures (...)

--------------------------

Mauritanie : la BAD a injecté près de 90 millions de (...)

--------------------------


   Social  

Thialgou/Boghé : Conférence sur le thème : rôle de la (...)

--------------------------

Mauritanie : « J’ai été viré parce que je suis noir » (Chef (...)

--------------------------


   Culture  

Question du jour : quelle est la langue la plus parlée à (...)

--------------------------

Festival Assalamalekum Dîner de gala pour clore la (...)

--------------------------


   International  

Mauritanie : l’armée dément avoir mené des opérations (...)

--------------------------

Gambie : au 19 janvier, l’Union africaine cessera de (...)

--------------------------


   Médias  

Les partis politiques face aux défis de la rupture

--------------------------

Les ouvrages publics à l’épreuve des eaux stagnantes

--------------------------


   Sport  

CHAN 2018 Mali-Mauritanie : Mission difficile pour (...)

--------------------------

CAN 2019 : La Mauritanie vise la première place de son (...)

--------------------------