Le poulailler s’est volatilisé !

mardi 15 novembre 2016
popularité : 0%

L’affaire defraie la chronique à Ryadh, depuis la semaine dernière ! Le poulailler « Deuz » situé au quartier de Kossovo, au nord du PK 7 de la Moughataa de Ryadh a disparu ! Dans la nuit de vendredi à samedi, une bande de voleurs, à bord de quatre voitures « 3 roues » se l’est approprié. C’est vers 2 Heures du matin que l’opération a débuté au vu de l’unique gardien de la place qui avait été ligoté par les cambrioleurs. Maîtres des lieux, les visiteurs ont pourtant passé près de deux heures à charger leurs trois voitures emportant près de 1300 poulets, autant de poussins et près d’un millier d’œufs frais. Alors qu’ils se trouvaient en pleine besogne, , les voleurs ont été interpellés : c’était lors d’une patrouille de la garde qui avait été attirée par du bruit qui provenait du Poulailler. Aussitôt arrivés sur les lieux, aussitôt, les gardes en repartaient après qu’il leur fut présenté des documents de propriété attestant que les lieux mais aussi une Autorisation de démenagement.
C’est ainsi que deux heures après l’entame de l’opération de démenagement, les visiteurs avaient ainsi disparu, abandonnant sur place l’infortuné gardien des lieux. Et ce fut le lendemain, samedi, vers 9 heures, après que le véritable propriétaire des lieux soit sur place, que celui-ci fut découvert ligoté, à l’intérieur d’une cave. Le terrain était comme dévasté par un ouragan : les poules, les œufs avaient disparu, des sacs d’engrais, des caisses d’emballage et des matériaux de travail, aussi.
Quand le gardien raconta sa mésaventure, l’affaire fut portée à la police qui se rendit immédiatement sur les lieux. Et le Procureur de Nouakchott sud arriva à son tour qui ouvrit directement une enquête, non sans informer ses autres collègues pour que soit signalé tout trafic douteux de la volaille. Convoquées, les unités de la garde qui étaient de service la nuit dernière, devaient reconnaître leurs erreurs d’appréciation, reconnaissant toutes qu’elles avaient bien été la nuit dernière auprès des voleurs qui avaient réussi à les duper.
A l’heure où nous écrivons ces lignes, l’enquête se poursuit. Les voleurs n’auraient pas encore donné signe de vie. Les enquêteurs seraient particulièrement regardants dans les marchés de volaille mais aussi dans le trafic routier de la capitale.
En fait...  Ils doivent être bien organisés ces voleurs qui parviennent encore à cacher tant d’œufs et surtout, à garder du regard et des oreilles des populations, près de deux milliers de poulets piallailleurs.

Ahmed. B





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Bric-à-brac à l’Exécutif et au bout… un boulevard vers la (...)

--------------------------

Investiture de Ghassem Bellali, « La Mauritanie D’Abord (...)

--------------------------

Les militaires mauritaniens ne lâcheront pas le (...)

--------------------------


   Economie  

Le Maroc exporte plus que 60% de ses produits laitiers (...)

--------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE TASIAST POURSUIT SON APPUI A LA (...)

--------------------------

Les PPP en Mauritanie Vers l’effectivité des projets

--------------------------


   Social  

Des fleurs déposées sur les tombes de soldats britanniques à

--------------------------

Les militants d’IRA préparent un sit-in le 15 novembre, (...)

--------------------------


   Culture  

Stan Lee est mort, la légende de la bande dessinée avait (...)

--------------------------

Oscar des vacances ou le talent caché des jeunes (...)

--------------------------


   International  

Sport Fichage ethnique : Roxana Maracineanu laisse une (...)

--------------------------

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Coupe nationale de football, Brahim Souleymane offre le (...)

--------------------------

La Mauritanie accueille la coupe d’Afrique des moins de (...)

--------------------------