On n’est pas maître chez son ex-épouse

jeudi 16 novembre 2017
popularité : 0%

Malgré le divorce prononcé il y six mois, Brahim continuait à rendre visite régulièrement à son ex-femme, Aïssata, la mère de son enfant. Celle-ci s’était pourtant remariée à un maçon, Seydou, souvent, absent de Nouakchott, pour des chantiers à l’intérieur du pays. La famille voyait d’un très mauvais œil, les visites régulières de Brahim à leur belle-fille. Cette dernière partait également souvent le voir. La famille lui a pourtant toujours demandé de prendre ses distances par rapport à son ancien mari et de rester fidèle à leur fils, s’étonnant d’ailleurs de cette amitié entre un homme et une femme divorcés. Aïssata soutenait que son ex-mari continue à prendre son fils en charge, quelle lui rendait visite pour recueillir auprès de lui de l’argent à propos et qu’il n’y avait rien de répréhensible à cela tant que cela reste dans ce cadre.
Mais les choses allaient se gâter. De retour de Rosso mercredi dernier, le maçon sera surpris en entant dans sa chambre où sa femme préparait un thé à Brahim. D’un geste vif de son pied droit, il envoya le gaz et les ustensiles de thé loin sur le lit, alors que de son pied gauche, il tapa sur le visage de sa femme, l’envoyant inerte sur le tapis. Puis, il enfonça sa tête dans le ventre de son vis-à-vis qui se mit à se défendre. Des gens avaient accouru de toutes part, d’abord pour éteindre le feu qui prenait sur le matelas ensuite pour venir au secours de Aïssata et séparer les deux belligérants.
L’affaire se termina au commissariat. Brahim expliqua les raisons de sa présence au domicile du vis-à-vis, répétant qu’il ne liait aucune relation avec son ex-femme si ce n’est celle de bien encadrer leur enfant. Mais Seydou ne voulut rien comprendre, soutenant que la femme était sienne et qu’en la circonstance, il ne pouvait pas tolérer qu’un homme lui rende visite chez lui surtout quand il s’agit de son ex-époux.
Une réquisition médicale fut délivrée à Aîssata et l’affaire fut déferrée au parquet après l’enquête préliminaire de la police. Les parents de Aîssata ne voulaient pas que l’affaire aille si loin, d’autant que les parents de Brahim avaient dit leur disponibilité à régler l’affaire à l’amiable.
Malgré tout, l’affaire fut portée devant la justice. Aux dernières nouvelles, on s’acheminerait vers un arrangement devant le substitut du Procureur.
Ahmed. B





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Mohamed O. Maouloud à l’ouverture de la campagne : « les (...)

--------------------------

Le pari ADIL : « nous nous sommes opposés au coup d’état (...)

--------------------------

Ambiance et « bons risques » de la campagne électorale

--------------------------


   Economie  

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------

Leadership et éclairages sur le système bancaire en (...)

--------------------------

Le « Poisson de Aziz Du simple au double !

--------------------------


   Social  

Affaire de la balle de Twela Condamnés à six mois de (...)

--------------------------

La Mauritanie et l’extrémisme

--------------------------


   Culture  

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------

Concert à Nouakchott, Coumba Gawlo fait le plein au (...)

--------------------------


   International  

Les observateurs européens aux élections maliennes : « (...)

--------------------------

Mali : Soumaïla Cissé rejette par avance les résultats de (...)

--------------------------


   Médias  

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------

Voilà pourquoi Horizons et Chaab ne paraissent (...)

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------