« Rendez nous le corps de notre père ! »

mercredi 10 juin 2020
popularité : 0%

Les enfants et proches du septuagénaire, mort la semaine dernière au Centre hospitalier de Nouakchott, ont beau réclamer le corps mercredi de ce dernier, ils attendront vendredi pour avoir gain de cause. Raison de cet état de fait : le défunt, père de la famille P. F, évacué d’urgence à l’hôpital après avoir perdu connaissance chez lui, a été diagnostiqué positif du covid 19 après avoir perdu la vie une fois arrivé au centre de santé. Une conclusion médicale radicalement rejetée par sa famille qui a considéré qu’il était bien portant tous ces derniers jours et n’a jamais ressenti de douleurs.
Malgré toutes ses protestations, la famille devra attendre pour récupérer le corps et procéder à ses toilettes mortuaires. A l’heure où nous mettons sous presse, elle attend toujours. 
Il faut dire que ces derniers jours, de nombreux cas similaires ont été soulignés dans les différents centres de santé, avec nombre de personnes décédées parfois chez elles et dont l’autopsie révélera plus tard qu’elles étaient atteintes de la pandémie de coronavirus.
Autre fait déplorable dans les centres de santé, m’anarchie régnante qui pousse souvent à l’amalgame. Entre autres exemples, le corps de ce mort substitué et remis à une famille qui n’est pas la sienne. Les services de santé ne remarqueront l’erreur que tard après que cette dernière ait procédé à l’enterrement !
Interrogé à propos de ce qui se passe en général, en ces périodes de covic 19, un spécialiste a fait remarquer l’existence de nombre de patients graves de covid 19 qui refusent de venir à l’hôpital de crainte d’être stigmatisés. « Si la sensibilisation et la prise en charge des cas confirmés sont les deux leviers pour venir à bout de la pandémie de la Covid-19, la stigmatisation des malades et même des morts (de Covid) est un frein à ces efforts, fera-t-il remarquer, ajoutant : « la stigmatisation est dangereuse pour la personne malade elle-même parce qu’elle ne va pas consulter ou va consulter tardivement et ainsi risquer sa vie.
La stigmatisation met en danger l’entourage du malade parce qu’une personne stigmatisée est moins prompte à respecter les mesures de protection. A l’heure où je vous parle, il y a beaucoup de patients graves qui sont à domicile et qui refusent de venir à l’hôpital du fait de la stigmatisation. Parmi ces patients, il y a même des personnes qui travaillent dans le secteur de la santé".
A.B





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Crever l’abcès

--------------------------

Du refus du dialogue… politique

--------------------------

Protéger les travailleurs migrants depuis et vers la (...)

--------------------------


   Economie  

Les dépotoirs de Nouakchott, les incidents de Tivirit (...)

--------------------------

Des routes, des ponts et de l’emploi, l’ambitieux (...)

--------------------------

Lancement de la première enquête sur la protection (...)

--------------------------


   Social  

L’heure est au partage du gâteau

--------------------------

Arafat ne veut pas de ses nouveau-nés

--------------------------


   Culture  

« Traversées Mauritanides » lance sa 2ème édition « Hiver (...)

--------------------------

« Décolonisation », le film de Karim Miské en avant (...)

--------------------------


   International  

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------

Mali : Ibrahim Boubacar Keïta libéré ce jeudi à 3 h du (...)

--------------------------


   Médias  

Covid-19 : l’initiative Covax pour vacciner les pays (...)

--------------------------

Pandémie du covid-19 La Mauritanie se porterait (...)

--------------------------


   Sport  

CAN U 20 : la Mauritanie perd sur le fil face à (...)

--------------------------

CAN U-20, la Mauritanie face au défi Ougandais

--------------------------