Construction du pont de Rosso : Les parties rechignent…

mardi 27 décembre 2016
popularité : 0%

La construction du pont devant relier la Mauritanie au Sénégal à partir des deux villes de Rosso n’est pas pour demain. C’est du moins ce qui ressort des attitudes des gouvernants des deux pays, qui trainent les pieds…
Les dernières décisions de la Banque africaine de développement (Bad) portant sur un prêt de 27 milliards de F Cfa qui devraient être accordés au Sénégal et à la Mauritanie, pour la construction du pont de Rosso, sur le fleuve Sénégal, ne doivent pas réjouir les populations. En fait, même si ce sont les Autorités des deux pays qui ont exprimé la demande de prêt, elles ne souhaiteraient pas voir l’ouvrage édifié de sitôt. Si en Mauritanie, l’on pense que la situation actuelle arrange le pays du fait des importantes recettes financières engrangées par le transport des marchandises au Bac, mais aussi des possibilités de contrôle aux frontières des flux migratoires, du côté sénégalais, l’édification à court terme d’un tel ouvrage constituerait non seulement un désastre pour les oiseaux volant à basse altitude, mais aussi et surtout, détériorerait le caractère agricole et champêtre de l’ensemble de la région du fleuve. C’est entre autres, ces mêmes raisons qui seraient à l’origine du blocage qui a suivi l’annonce de financement de ce même projet qui avait été faite en 2005 par la BAD. En fait, même si ce pont est impératif pour le développement de la région, voire des deux pays, les intérêts sont encore nombreux de part et d’autre qui le bloquent.
Faut-il rappeler toutefois et malgré tout, le financement de cette infrastructure a bien été obtenu. Pour une seconde fois. Mardi dernier, la Banque africaine de développement a décidé d’octroyer à propos, un prêt de 9, 4 millions d’euros (plus de 6 milliards de FCfa) au Sénégal et un autre de 31, 3 millions d’euros (près de 21 milliards de FCfa) à la Mauritanie. Dans un communiqué publié à l’occasion, l’institution financière a soutenu que "l’absence d’un ouvrage de franchissement permanent entre les deux rives du fleuve Sénégal, constitue un handicap majeur à la mise en œuvre des politiques de développement économique et d’intégration régionale et continentale". Le projet devra aider à créer les conditions du développement économique de la région, "et plus largement l’essor des activités de transport routier entre l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest". "Ouvrage de près de 1500 mètres, le pont de Rosso remplacera les services des bacs qui relient actuellement les deux rives du fleuve Sénégal, des embarcations à la capacité limitée et avec lesquelles la traversée pouvait s’avérer périlleuse en période de crue", explique la Banque. Elle rappelle que "l’absence de pont était source de retards, et représentait un coût conséquent pour les voyageurs et les transporteurs".

Infrastructures
Le projet comprend également "la construction et l’équipement de postes de contrôle juxtaposés", ce qui permettra "d’effectuer les formalités douanières des deux pays dans un seul et même lieu".
"Le projet va accélérer le développement des activités de transport le long des corridors transafricains Tanger –Lagos et Alger –Dakar, et plus globalement entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne", a expliqué Ali Ismaël Mohamed, économiste des transports de la Bad, en charge du projet. Il a estimé, par ailleurs, que "le trafic de véhicules sur cet axe devrait plus que tripler d’ici à 2025". L’ensemble de la région devrait connaître une forte croissance d’activités commerciales, d’autant que la construction du pont sera complétée par l’aménagement de plus de 60 kilomètres de pistes rurales, favorisant la desserte des zones agricoles.
Pour les deux pays, ces régions sont les principales productrices de riz et les performances de leur secteur agricole constituent un important enjeu de sécurité alimentaire. Le projet favorisera aussi l’amélioration des conditions de vie des populations. Il est, en effet, prévu "une série d’aménagements connexes, telles que la réhabilitation de 7 écoles et de 3 postes de santé, la mise en place d’un réseau d’alimentation en eau potable dans les 2 villes jumelles de Rosso". La mise en place de réseaux d’assainissement côté mauritanien et la construction et l’équipement d’un complexe social pour les jeunes en réinsertion, les femmes et les handicapés sont les autres actions envisagées. "D’un montant total de 87,6 millions d’euros, le projet est cofinancé par les gouvernements mauritaniens et sénégalais, ainsi que par la Banque européenne d’Investissement et l’Union européenne", poursuit la source.

MOMS avec APS





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

Mauritanie : les autorités ordonnent la fermeture du (...)

--------------------------

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------