Kaédi- les paysans tirent la sonnette d’alarme : Risque de famine

jeudi 9 février 2017
popularité : 0%

Environ 15 000 ménages (1) sont exposés, à Kaédi, à une crise alimentaire, faute d’exploitation des deux périmètres rizicoles – PPG1 et PPG2 (2) – qui couvrent plus de 3000 hectares de bonnes terres agricoles. Ce potentiel constitue l’unique source de revenus de la majorité des populations du département.

La sonnette d’alarme a été tirée, dimanche 5 février, par le collectif des paysans, lors d’une conférence de presse destinée à sensibiliser les media, les autorités, l’opinion publique et les partenaires au développement, sur la crise que vivent les paysans et l’agriculture rizicole au Gorgol.

Dans une zone à vocation, par excellence, agro-sylvo-pastorale, « le défaut de campagne agricole d’une telle envergure affectera, non seulement, les populations mais, aussi, le cheptel », a fait savoir le collectif qui cite plusieurs sources selon lesquelles « les populations vivent, déjà, une situation alimentaire difficile et cela risque de s’aggraver, si des mesures idoines ne sont pas prises ».

« En plus de risque de famine », ajoute-t-on, « l’absence de campagnes rizicoles expose les communautés à des conflits liés à la rareté des pâturages, entraînant une pression accrue sur les ressources disponibles. Ce risque constitue, à lui seul, une menace sérieuse pour la stabilité sociale d’une zone où les conflits, entre agriculteurs et éleveurs, sont fréquents ».

Engrenage

Pour parer à l’urgence, le collectif lance un appel aux pouvoirs publics et à l’ensemble des partenaires au développement, afin d’ « apporter une assistance alimentaire et pastorale d’urgence aux populations directement touchées (Kaédi, Djéwol, Ganki, Lexeïba…) » ; de permettre le démarrage d’une campagne de contresaison d’urgence, avec des subventions qui prennent en compte l’aspect familial de ces exploitations rizicoles » ; et enfin, de « permettre une rencontre entre les représentants des paysans et les hautes autorités, dans le but de faciliter la mise en œuvre de ces deux opérations ».

Le non-paiement de l’intégralité des redevances serait à l’origine de l’imbroglio. De l’avis des autorités locales, les paysans seraient de « mauvais payeurs » et des « oisifs ». Un argumentaire battu en brèche par Baliou Coulibaly, du collectif : « Depuis plus de deux décennies, les périmètres rizicoles ne nourrissent plus leurs hommes.

Les paysans vivent dans une situation d’insécurité alimentaire récurrente, liée, en grande partie, à la baisse drastique de la production, dans les deux PPGs. Celle-ci est ainsi passée de 8 tonnes à l’hectare, en 1978, à 3 tonnes à l’hectare, présentement ».

Des problèmes structurels se traduisant entre autres, énumère Baliou, par « l’irrespect des calendriers culturaux, la spéculation autour des intrants et l’absence, cruciale, de matériel agricole nécessaire à la préparation des sols ». S’y ajoutent « l’absence d’encadrement technique des paysans, les inondations, la pression aviaire et le manque de professionnalisme des responsables de la Sonader ».

« Depuis plus de deux décennies », déplore Coulibaly, « les paysans sont pris dans un fatal engrenage. Ils ne sont mobilisés que sur une unique activité, rien d’autre, et ont du mal à subvenir à des besoins alimentaires ». Selon les mêmes responsables du comité, « plus de 80% de la redevance totale était déjà recouverte, en Août 2016 ».

Mais c’était sans compter, fustigent-ils, avec « l’incompréhension mécanique » des instances de crédit (Caisse de Dépôt et de Développement) qui ont exigé « le recouvrement total de la facture » se basant sur la « bonne production » (sic !) au moment où les paysans se débattent, dans leur écrasante majoritaire, dans des « situations déficitaires extrêmement graves ». Et Coulibaly de s’émouvoir : « Chaque année est un retour à la case départ ! » Dans un pays désertique en « insécurité alimentaire récurrente », dit-il, les paysans ne doivent pas être traités de la sorte.

A l’arrivée, la Mauritanie, pays encore déficitaire en céréales, se voit inutilement privé d’une campagne qui peut produire « jusqu’à 15.000 tonnes de paddy par an », avance le collectif. « Voilà que la majorité écrasante de paysans véritables qui n’ont que l’agriculture pour subvenir aux besoins de leurs ménages fortement nécessiteux ont été gratuitement pénalisés ».

La campagne de contresaison pourrait même, selon Coulibaly, se révéler impossible. Car l’eau n’a jamais été lâchée, même s’il existe des promesses en ce sens. Et, pour enfoncer le clou, la SOMELEC vient d’exhiber une facture particulièrement… salée.

Jugeant opportune l’action du collectif, Sarr Mamadou, président du FONADH et membre du ROSA, estime qu’il est nécessaire d’entreprendre un plaidoyer, auprès des autorités, pour accompagner et assister les populations en détresse. Dans un contexte amputé de campagne rizicole, les autorités devraient être les premières à secourir les gens.

Même s’il constate que rien n’a pratiquement avancé, Sarr invite les différentes parties à travailler dans la sérénité, pour permettre une prise en compte des doléances des paysans, notamment le démarrage d’une contre-campagne, afin d’alléger les souffrances. Il convie également les élites locales à jouer leur rôle. Car le désengagement total des cadres ressortissants de la zone, souligne le collectif, de l’activité agricole, principale source de revenu des populations, a bel et bien favorisé cette déchéance.

Pour Niang Samba Demba, président de la Fédération des agriculteurs de Kaédi et ancien responsable du PPG2, la situation est complexe. Pire, pour une ville qui ne vit que de l’exploitation agricole, une fois l’an, Kaédi subit une situation aussi grave qu’inédite. Les paysans persuadés de ne pouvoir récolter que de la paille et pas de riz, seront dans l’impossibilité de rembourser.

Avec la perturbation du calendrier agricole (la campagne devant démarrer en Juillet), ils ont ainsi décliné l’offre des autorités qui ont attendu Octobre 2016 pour inciter les paysans à cultiver leurs parcelles.

Gâchis programmé ?

En plus d’une aide alimentaire d’urgence, il serait indispensable d’œuvrer, rapidement, au lancement d’une campagne de contresaison dans les délais, afin qu’elle n’empiète pas sur l’hivernale. Les crédits octroyés n’auront profité qu’à l’agrobusiness et à l’apurement des dettes. Depuis trente ans, les paysans évoluent dans un cercle vicieux, il est urgent de mettre sur pied des mesures particulières, notamment des subventions aux plus petits d’entre eux.

Ces derniers ont pu, certes, bénéficier d’appuis notables de Youssouf Sylla, sénateur de M’Bout, de madame Ba Coumba, ministre, et du chef de l’Etat. Mais c’est insuffisant. Les agriculteurs sollicitent la prise en charge des frais, onéreux, d’électricité et d’eau, « sinon, on n’en sortira jamais ».

Démentant ce que certains qualifient de « mauvaise volonté », 95% des redevances, pour le PPG2, et 87% pour le PPG 1 ont été remboursées. Sur la soixantaine de millions de factures d’eau, il ne reste plus que 2 millions net à payer.

Relativement au PPG1, sur 38 millions d’UM à payer, il n’en restait que 11, fin Août 2016 et 2,4, il y a une quinzaine de jours. Mais les signes encourageants des agriculteurs se sont heurtés au refus, catégorique comme on l’a dit tantôt, des autorités qui enjoignent le paiement à 100% des dettes. Pourtant, ironise-t-on, un ancien président de l’UNCACEM a vu sa dette de 40 millions épongée.

Certains voient, dans cette politique de « deux poids, deux mesures », une volonté « d’étouffer les petits », dans un « embargo économique » qui ne dit pas son nom. « Confrontés à la faiblesse des rendements et se livrant à une agriculture familiale, les paysans de la Vallée ne bénéficient pas de faveurs, bénéficient très peu des structures et restent misérables », reconnaît-on, en chœur.

1880 hectares devant être emblavés sont suspendus aux ordres des autorités supérieures, maîtres de l’ouverture des vannes à Foum Gleïta ». Quel gâchis ! Mais peut-être pas pour tous : une fois le peuple agricole éliminé, qui donc s’avancera pour exploiter les sols ? L’agrobusiness progresse, en Mauritanie comme ailleurs, sur la ruine des petits paysans…

Synthèse THIAM Mamadou

Notes

(1) : A Kaédi, un ménage regroupant 5 à 6 familles est, en moyenne, constitué de 20 à 30 personnes. Ce qui diffère, très sensiblement, de la conception standard…

(2) : Périmètres pilotes du Gorgol

Le Calame


Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Mauritanie : l’ancien Président Sidi Abdallahi dénonce le (...)

--------------------------

Explosion d’une grenade à Riad : ouverture d’une (...)

--------------------------

Pont de Rosso : en attendant les CV des cadres (...)

--------------------------


   Economie  

DROIT DE REPONSE

--------------------------

Trois mémorandums d’entente signés entre la Mauritanie et (...)

--------------------------

Mattel : Est-ce le début de la fin ? Acte II

--------------------------


   Social  

IRA-Mauritanie : Déclaration solennelle

--------------------------

Affaire O. M’Khaitir : la cour suprême confirme l’arrêt (...)

--------------------------


   Culture  

En images : à l’affiche à l’ifM, Ziza appelle la jeunesse (...)

--------------------------

Mauritanie : le Quai d’Orsay revoit ses recommandations (...)

--------------------------


   International  

Mauritanie : l’armée dément avoir mené des opérations (...)

--------------------------

Gambie : au 19 janvier, l’Union africaine cessera de (...)

--------------------------


   Médias  

Lo Gourmo Abdoul : Le Président de la République (...)

--------------------------

Femmes Parlementaires – Tentative d’assassinat : La Tv de (...)

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitoune s’offrent les Diables Rouges

--------------------------

Amical : après le Bénin, la Mauritanie épingle également (...)

--------------------------