Le « consortium Bolloré » a été désigné pour la reprise partielle de Necotrans

lundi 28 août 2017
popularité : 0%

En redressement judiciaire depuis le 29 juin, le groupe de logistique portuaire et minière en Afrique faisait l’objet d’un plan de cession.Près de la moitié de ses quelque 4.000 emplois sont sauvés.

Le tribunal de commerce de Paris a rendu ce vendredi son jugement dans le cadre du redressement judiciaire du groupe Necotrans, actif, en Afrique essentiellement, dans la gestion de terminaux portuaires, le secteur pétrolier et gazier, et la logistique minière. Il avait ouvert le 29 juin une procédure de redressement judiciaire , avec période d’observation de 6 mois, au bénéfice de 11 des sociétés du groupe situées en France, dont Necotrans Holding, la société de tête. A la date limite de dépôt des offres, le 31 juillet, le tribunal avait donné un nouveau délai jusqu’au 11 août afin de permettre aux candidats d’améliorer leurs offres. Au terme de cette période, 15 offres ont été examinées, aucune ne portant sur la totalité du périmètre de ces sociétés, mais sur la reprise d’activités autonomes de certaines des sociétés en redressement judiciaire.

Le tribunal a finalement retenu l’offre présentée par le « consortium Bolloré ». Celle-ci comprend les offres conjointes, non solidaires et non dissociables de African Ports & Corridors Holdings (APCH), véhicule d’investissement basé à Maurice et constitué par le gérant de fonds African Investment Infrastructure Managers, filiale de la compagnie d’assurance britannique Old Mutual, de Bolloré Africa Logistics (BAL), filiale du groupe Bolloré, du groupe marocain Premium, spécialisée dans la distribution de biens d’équipement, et enfin du groupe de construction navale libanais Privinvest des frères Iskandar et Akram Safa.

Parmi les principaux actifs repris, on note pour APCH la société Terminaux Vraquiers du Sénégal ou encore le terminal de Kribi au Cameroun. BAL, de son côté, reprend notamment la société de manutention du terminal à conteneurs de Cotonou (Bénin), les terminaux de manutention conventionnelle détenus et opérés par Necotrans ou encore des participations minoritaires dans des places portuaires où Bolloré est déjà présent (comme au Bénin, au Cameroun ou au Brukina Faso). Premium récupère quant à lui l’activité de commercialisation, réparation et maintenance de camions, et Privinvest enfin acquiert des compétences de Necotrans dans le secteur pétrolier et gazier.

L’offre du consortium Bolloré - APCH - Premium - Privinvest permet le maintien de 86 des 119 emplois directs dans les sociétés françaises de Necotrans en redressement judiciaire, et de 1.100 emplois dans les filiales africaines, pour une valorisation globale d’environ 17,2 millions d’euros, selon les administrateurs judiciaires. Grégory Quérel, le président de Necotrans, s’il a émis un avis favorable à ces offres indivisibles, a regretté que le périmètre social de ces offres soit aussi faible, peut-on lire dans le jugement. Il a notamment souligné que deux-tiers des filiales du groupe, principalement des agences en Afrique, ne sont pas reprises.

Combinée avec l’offre retenue par le tribunal de la société Octavia de l’homme d’affaires Pascal Beveraggi sur NB Mining, qui porte l’activité minière en République démocratique du Congo, ce sont au total près de la moitié des emplois des quelque 4.000 salariés du groupe Necotrans qui sont préservés. En outre, le « consortium Bolloré » s’est engagé à un abondement significatif du plan social, à hauteur de 650.000 euros, ce qui ajouté aux 150.000 euros abondés par Sofingest et aux moyens des sociétés en redressement judiciaire portera l’enveloppe destinée à financer le PSE à 1 million d’euros.

Si les salariés paient un lourd tribut à la déconfiture de Necotrans, les créanciers tiers en seront eux pour leurs poches. Le passif, déduction faite donc des créances intercompagnies, s’élève en effet à 158 millions d’euros. Aucune des offres ne permettait un désintéressement significatif de ces créanciers, a souligné le tribunal.





Commentaires

New Page 1

Le Journal



   Politique  

Moustapha Abeiderrahmane, président du Renouveau (...)

--------------------------

L’ex-sénateur Ould Ghadda arrête sa grève de faim

--------------------------

Ould El Haimer licencié pour avoir critiqué le 1er (...)

--------------------------


   Economie  

Les Impôts dans le pays Objectifs : couverture à 99% (...)

--------------------------

Inspection de l’ENER Le DG mis aux arrêts

--------------------------

Mauritanie - Sénégal De la poudre de feu en mer

--------------------------


   Social  

Les enfants qui aident souvent leurs parents au champ (...)

--------------------------

Femme internationale de la femme rurale : La Mauritanie (...)

--------------------------


   Culture  

Houleye, le samedi soir à Nouakchott

--------------------------

ZIZ FASHION » reçu par le nouveau ministre de la Culture (...)

--------------------------


   International  

Le Qatar rétablit ses relations diplomatiques avec (...)

--------------------------

Mauritanie : l’armée dément avoir mené des opérations (...)

--------------------------


   Médias  

Clarification concernant l’avis de fermeture de (...)

--------------------------

Les chaînes de TV privées mauritaniennes menacées de (...)

--------------------------


   Sport  

Équipe nationale des joueurs locaux : La Mauritanie, la (...)

--------------------------

Les entraîneurs de basket-ball sur les bancs

--------------------------