Les dépotoirs de Nouakchott, les incidents de Tivirit font sortir le Premier ministre de sa léthargie

samedi 2 janvier 2021
popularité : 0%

Le Premier ministre, Mohamed Ould Bilal, est enfin sorti de sa léthargie face à l’image hideuse d’une Capitale engloutie sous les détritus. D’où la visite d’inspection qu’il a effectuée jeudi 31 décembre 2020 dans certains points de dépôt, notamment à El Mina, Arafat et Dar-Naïm. Au cours de cette tournée, il a donné des instructions pour régler définitivement le problème des ordures à Nouakchott. L’image des derniers évènements à Tivirit ne serait pas étrangère à cette offensive du gouvernement, selon plusieurs observateurs.

Les dernières images de Tivirit étaient choquantes, révoltantes et déshonorantes pour le pays et pour sa démocratie. Tivirit est une localité située à une vingtaine de kilomètres de Nouakchott, peuplé de quelques centaines d’habitants. Elle était devenue depuis quelques années un dépotoir à ciel ouvert, dont les odeurs pestilentielles étaient si dérangeantes que les habitants sont sortis à plusieurs reprises dans des files de protestation.

La répression des forces de l’ordre a toujours été féroce et démesurée. Puis, le site fut fermé, face à la révolte des résidents. Depuis quelques jours, les camions chargés de détritus ont repris le chemin de la cité-dépotoir, mais les habitants sont sortis en masse pour leur barrer le chemin. La féroce répression et l’image de cet instituteur, battu et trainé devant le regard de sa fille, a fini par émouvoir l’opinion publique nationale. Et ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase de l’indignation à travers la Mauritanie.

Les incidents de Tivirit, ajoutés aux images postées par les Internautes via les réseaux sociaux sur les montagnes de détritus étalées partout à Nouakchott, ont fini par interpeller le gouvernement. C’est dans ce contexte qu’il faudrait certainement placer la sortie, jeudi 31 décembre dernier, du Premier ministre, Mohamed Ould Bilal, dans trois points particulièrement névralgiques de Nouakchott, Arafat, El Mina et Dar-Naïm.

Ce fut en tout cas l’occasion de découvrir que la propreté de Nouakchott était jusque-là confiée à une entreprise privée, la Société Mauritanienne de Traitement des Ordures, et que son directeur s’appelle, Moustapha Ould Hamoud. Le montant de ce service reste inconnu, mais le constat est que cette entreprise n’a nullement rempli sa part du contrat vis-à-vis de l’Etat et du contribuable mauritanien. Jamais Nouakchott n’a été aussi sale et délabrée.

Ce qui est sûr, le Premier ministre et son staff de conseillers et de chargés de mission, accompagné à l’occasion par les autorités administratives et municipales, ainsi que le ministre chargé de l’Environnement, a dû mesurer l’ampleur du désastre. En particulier, le tronçon de goudron reliant Basra et l’hôtel Al Ahmedi, complètement colonisé par des amoncellements d’ordures dont les odeurs pestilentielles, notamment au cours des incinérations, ne cessent d’indisposer les populations riveraines.

Le premier ministre a donné ses instructions, demandant à ce que ces ordures soient déplacés dans d’autres points de dépôts, loin des habitations. Ces instructions seront-elles suivies ? C’est ce que l’avenir dira. En attendant, la population cherche depuis le départ de la société française Pizzorno, des solution pour la gestion des déchets domestiques qui s’accumulent de jour en jour autour de Nouakchott, encerclant la Capitale dans ses tenailles de mort.

AOB





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Crever l’abcès

--------------------------

Du refus du dialogue… politique

--------------------------

Protéger les travailleurs migrants depuis et vers la (...)

--------------------------


   Economie  

Les dépotoirs de Nouakchott, les incidents de Tivirit (...)

--------------------------

Des routes, des ponts et de l’emploi, l’ambitieux (...)

--------------------------

Lancement de la première enquête sur la protection (...)

--------------------------


   Social  

L’heure est au partage du gâteau

--------------------------

Arafat ne veut pas de ses nouveau-nés

--------------------------


   Culture  

« Traversées Mauritanides » lance sa 2ème édition « Hiver (...)

--------------------------

« Décolonisation », le film de Karim Miské en avant (...)

--------------------------


   International  

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------

Mali : Ibrahim Boubacar Keïta libéré ce jeudi à 3 h du (...)

--------------------------


   Médias  

Covid-19 : l’initiative Covax pour vacciner les pays (...)

--------------------------

Pandémie du covid-19 La Mauritanie se porterait (...)

--------------------------


   Sport  

Demi-finales CAN U20 - Mauritanie Les Mourabitounes en (...)

--------------------------

CAN U 20 : la Mauritanie perd sur le fil face à (...)

--------------------------