Les légumes vont coûter plus cher

jeudi 16 mars 2017
popularité : 0%

Le gouvernement a revu à la hausse, les tarifications sur les produits alimentaires importés en Mauritanie. Sont particulièrement touchés, les fruits et les légumes, mais aussi les produits laitiers tels les yaourts. La mesure qui viserait la protection de la production nationale, a provoqué une immense ode de choc dans les marchés et au sein du monde des consommateurs, d’aucuns craignant que les produits cibles ne soient plus à la portée de toutes les bourses
Le marché des fruits et légumes de Nouakchott, sis à la mosquée marocaine est en effervescence depuis mercredi dernier. Raison de cet état de fait : l’information rendue publique portant sur de nouvelles tarifications douanière qui touchent depuis ce jour, le secteur de l’importation des fruits et légumes. En effet, les droits des douanes ont été revus à la hausse, sur l’ensemble des points d’entrée dans le territoire mauritanien. Autres mesures, celles portant sur la révision des taxes et droits de passage, qui ont également été revus à la hausse. Ce qui fait par exemple, qu’un camion de 40 tonnes chargé des produits cibles, devra payer 603.000 UM au lieu de 456.000 précédemment. Pour les camions de poids et de capacité supérieurs, la nouvelle tarification a été uniformisée pour être fixée à 790. 000 UM. Pour les Autorités, il s’agit d’une mesure visant à protéger et à favoriser la production locale.
Sur le terrain en tout cas, les premières conséquences sont graves : le prix au kilogramme des légumes est subitement passé, samedi dernier du simple au triple : 700 UM le kg de carotte, de navet ou de choux ; 800 UM, celui des pommes de terre et des oignons…
Le week-end durant, ce fut ne panique indescriptible qui a touché les sites de commerces de fruits et légumes. Alors que nombre d’importateurs locaux ont décidé de prendre du temps pour réfléchir quant à la mesure à prendre, ils sont déjà légion, ceux d’entre eux, qui ont décidé de se tourner vers d’autres secteurs d’activités plus porteurs.
Il faut dire que le marché de la mosquée marocaine de Nouakchott est le plus important marché national de vente de fruits et légumes. C’est en effet ici que sont débarqués quotidiennement des dizaines de camions chargés de centaines de tonnes de fruits et légumes, en provenance de l’étranger, notamment le Maroc et le Sénégal. La Mauritanie produisant jusque-là les 2/6 de sa demande en légumes, a toujours été approvisionnée du Sénégal qui lui assurait le reste de ses besoins alimentaires… à des prix défiant toute concurrence. Les fruits quant à eux étaient obtenues d’Europe et arrivaient par bateau ou par avion. Il faudra attendre le début des années 2000, avec la réalisation de la Transsaharienne pour voir le Maroc s’inviter, et avec force dans le marché local. D’abord très timide, l’arrivée des Marocains dans le marché se fera forte. Les charges des camions débarquées à Nouakchott, se retrouvaient grâce au transport inter urbain, sur l’ensemble des villes de la Mauritanie. Tous les produits y passaient : de la carotte à la choux, de la pomme de terre aux oignons, de la mandarine à la pomme, avec des prix totalement abordables. Quel que soit son niveau de vie, le Mauritanien pouvait s’offrir, à toutes les saisons, les fruits de son choix, les légumes aussi.
Avec la nouvelle tarification, il faut craindre la fin de ces traitements surtout quand on sait que la production nationale n’est pas encore capable d’assurer les besoins des populations en fruits et légumes ! Pire, même si c’était le cas, tous les fruits et légumes ne seraient pas présents sur le marché national parce qu’ils en peuvent pas être produits en Mauritanie. Faut-il alors conclure que la consommation des fruits et légumes, n’est plus offerte à toutes les bourses ou plutôt, qu’elle est réservée dorénavant à la classe économique qui a les moyens de se la procurer ? Certainement…
Faut-il rappeler que cette augmentation décidé dans le secteur de l’import des fruits et légumes est la deuxième du genre, intervenue en deux mois, la précédente ayant été de 220.000 ouguiyas en février dernier.
A.S





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

La triste baguette de l’année 2018

--------------------------

En attendant la présidentielle… Equation à une (...)

--------------------------

Démission massive du parti de l’opposition, l’Alliance (...)

--------------------------


   Economie  

Mauritanides Tasiast Mauritanie, au service de (...)

--------------------------

Pétition signée par le Chef de l’Etat et Prix du meilleur (...)

--------------------------

La rivière de M’Silé en Assaba, un modèle de gouvernance (...)

--------------------------


   Social  

Session de formation à Rosso sur l’organisation, la (...)

--------------------------

Lancement de la plateforme mauritanienne sur la gestion (...)

--------------------------


   Culture  

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------

Les doits de l’enfant à l’Assemblée nationale mauritanienne

--------------------------


   International  

A Ouagadougou, les féministes ouest-africaines adressent (...)

--------------------------

Cherif Chekatt, tué à Strasbourg

--------------------------


   Médias  

Conférence à Nouakchott sur les relations maroco-mauritanienne

--------------------------

28 novembre Horrible anniversaire

--------------------------


   Sport  

CAN 2019 : l’Egypte et l’Afrique du Sud seules (...)

--------------------------

Le Maroc ne veut pas de la CAN

--------------------------