Mauritanie : la crise est telle que les entreprises publiques dégraissent

mercredi 7 décembre 2016
popularité : 0%

La Mauritanie, touchée de plein fouet par la chute des cours des matières premières (fer, or, pétrole, etc.), fait face à la baisse des recettes budgétaires. L’Etat a prôné l’austérité. Et les dégraissages vont concerner plusieurs entreprises publiques.

Face à la chute des recettes budgétaires consécutives à la chute des cours des matières premières, le gouvernement mauritanien n’avait d’autres choix que de restreindre ses dépenses.

Par les temps qui courent, et avec les directives du Fonds monétaire international (FMI), qui conseille aux Etats de réduire leur train de vie, le moyen le plus facile de dépenser moins consiste à dégraisser les effectifs, parfois pléthoriques, de certaines institutions publiques, le plus souvent mal gérées, d’ailleurs.

Le gouvernement mauritanien s’est engagé dans l’option d’une grosse cure d’amaigrissement touchant plusieurs grandes entreprises publiques dans le cadre d’un plan d’austérité et de rationalisation des dépenses publiques.

Plusieurs entreprises sont concernées par ces dégraissages qui prendront les formes de départs volontaires ou négociés : SNDE (Société nationale des eaux), Sonimex (Société nationale d’import/export), TVM (Télévision de Mauritanie), etc.

Ainsi, la Direction générale de la SNDE (distribution publique de l’eau) a déjà mis au point un plan de restructuration. Cette entreprise propose à 25% de ses effectifs, estimés à un millier, un départ anticipé qui permettra aux candidats de toucher des indemnités au cours des toutes prochaines semaines. La SNDE est « fragilisée par les charges de dépenses liées au personnel et traverse une situation financière difficile », selon l’avis concordant de nombreux observateurs. Les dégraissage devraient concerner 250 employés.

Outre les réductions d’effectifs, l’Etat prévoit également des restructurations qui vont concerner plusieurs entreprises dont la Sonimex, l’Entreprise nationale pour l’entretien routier (Ener), la Société mauritanienne de gaz (Somagaz) et la Télévision de Mauritanie (TVM).

Et dans ce cadre, le gouvernement serait très avancé dans l’étude de l’option d’une absorption de l’ENER qui « coûte trop chère » par la Société d’assainissement, de transport et de maintenance (ATTM). Il s’agirait d’une recommandation des partenaires financiers de la Mauritanie. ATTM, créée en 1993, est une société anonyme (SA), filiale de la Société nationale industrielle et minière (SNIM), qui vise à développer le savoir-faire national dans le domaine du Bâtiment et travaux publics (BTP), et du génie civile.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya

Le360





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

3ème Congrès d’IRA, une césarienne en période d’exception

--------------------------

La Mauritanie post-2019 recherche leader politique (...)

--------------------------

« Va-t-on laisser les justes, comme Ould Ghadde, (...)

--------------------------


   Economie  

ROSA et SUN-Mauritanie inquiets face à la situation (...)

--------------------------

Gaz Sénégal-Mauritanie : une affaire plus grosse que les (...)

--------------------------

Le nouvel ouguiya Il n’y a pas assez d’argent !

--------------------------


   Social  

Pétition

--------------------------

Marche et répression contre IRA : le président Birame Dah (...)

--------------------------


   Culture  

6ème édition Festival Sagesses Populaires : une nouvelle (...)

--------------------------

Communiqué de presse : Tasiast intensifie son appui au (...)

--------------------------


   International  

Mort du pêcheur sénégalais : Macky attendu à Nouakchott et (...)

--------------------------

Guinée équatoriale : tentative de coup d’État déjouée (...)

--------------------------


   Médias  

La journée de Lutte Contre les Violences Faites aux (...)

--------------------------

Regroupement de la Presse Mauritanienne (RPM) (...)

--------------------------


   Sport  

Affaire du transfert des joueurs de la Concorde : le (...)

--------------------------

CHAN 2018 L’heure du bilan des Mourabitounes

--------------------------