- Nouakchott invité à débloquer les négociations sur les accords de pêche

mardi 23 août 2016
popularité : 0%

Le ministre sénégalais de la Pêche et de l’Economie maritime, Omar Guèye a invité, lundi, les autorités de la République islamique de Mauritanie (RIM) à mettre en avant les liens historiques et géographiques entre les deux pays afin de débloquer les négociations sur la signature d’un nouvel accord de pêche.

"Nous appelons les autorités de la République islamique de Mauritanie à faire jouer l’histoire et la géographie qui lient nos deux pays afin de trouver une issue heureuse aux négociations sur les accords de pêche", a-t-il dit à des journalistes.

S’exprimant à l’issue d’une visite d’infrastructures de pêche de Saint-Louis, Omar Guèye a notamment révélé que le point d’achoppement des négociations "réside dans l’adoption d’un nouveau Code de la pêche par la Mauritanie".

Selon lui, cette nouvelle loi impose un débarquement systématique en Mauritanie de tous les produits halieutiques pêchés dans les eaux territoriales de ce pays.

"Il sera très difficile pour les pêcheurs de Guet-Ndar de pouvoir pêcher en Mauritanie et ensuite y débarquer avec les poissons. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas encore signé de nouveaux accords", a-t-il expliqué.

Les deux pays sont liés depuis 2001 par un accord de pêche qui est chaque année renouvelé. La renégociation débouche chaque année sur l’attribution de licences de pêche aux pêcheurs de Saint-Louis moyennant une contrepartie financière.

"Nous continuons les discussions pour trouver une solution à ce problème douloureux. Nous savons que c’est difficile pour les pêcheurs de Saint-Louis de ne pas pouvoir pêcher en Mauritanie", a regretté M. Guèye.

"Nous comprenons ces difficultés mais la Mauritanie est un pays souverain qui applique ses lois. Nous rappelons également à la partie mauritanienne que les conventions internationales sont au-dessus des codes au niveau national", a-t-il insisté.

Les deux pays partagent une frontière commune de plusieurs dizaines de kilomètres. Ils sont en effet séparés par le fleuve Sénégal, à la fois une barrière naturelle et un vecteur d’échanges économiques entre les populations de cette zone frontalière.

AKS/PON

APS





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

3ème Congrès d’IRA, une césarienne en période d’exception

--------------------------

La Mauritanie post-2019 recherche leader politique (...)

--------------------------

« Va-t-on laisser les justes, comme Ould Ghadde, (...)

--------------------------


   Economie  

ROSA et SUN-Mauritanie inquiets face à la situation (...)

--------------------------

Gaz Sénégal-Mauritanie : une affaire plus grosse que les (...)

--------------------------

Le nouvel ouguiya Il n’y a pas assez d’argent !

--------------------------


   Social  

Pétition

--------------------------

Marche et répression contre IRA : le président Birame Dah (...)

--------------------------


   Culture  

6ème édition Festival Sagesses Populaires : une nouvelle (...)

--------------------------

Communiqué de presse : Tasiast intensifie son appui au (...)

--------------------------


   International  

Mort du pêcheur sénégalais : Macky attendu à Nouakchott et (...)

--------------------------

Guinée équatoriale : tentative de coup d’État déjouée (...)

--------------------------


   Médias  

La journée de Lutte Contre les Violences Faites aux (...)

--------------------------

Regroupement de la Presse Mauritanienne (RPM) (...)

--------------------------


   Sport  

Affaire du transfert des joueurs de la Concorde : le (...)

--------------------------

CHAN 2018 L’heure du bilan des Mourabitounes

--------------------------