Transport d’électricité : L’Omvs veut étendre son réseau de 1.700 à 4.000 km d’ici à 2025

mardi 17 octobre 2017
popularité : 0%

En étroite collaboration avec la cellule de communication de l’Omvs, le réseau des journalistes pour les activités de l’Omvs (Rejao) a organisé, samedi, à Saint-Louis, un atelier d’information sur la contribution de l’Omvs à la mise en œuvre des politiques énergétiques de ses États membres.

En présence de Mme Amayel Kâ Ndiaye, responsable de la communication de l’Omvs, de Babacar Diongue, Directeur du Centre des documentations et des archives de cette organisation, d’une quarantaine de journalistes de Saint-Louis et de Louga, le président du Rejao, Ahmeth Mouslim Diba, chef du service régional de l’Agence de presse sénégalaise (Aps) de Louga a rappelé que l’énergie constitue un secteur clé dans les politiques de développement des pays membres de l’Omvs.

Ces pays développent, depuis leur indépendance, des stratégies visant à réduire leur déficit énergétique. Ils ont mis en œuvre différentes politiques à travers des programmes et projets de production d’énergie électrique notamment la construction du barrage de Manantali sur le Fleuve Sénégal.

Pour une gestion intégrée et équilibrée de ces ressources énergétiques et pour mieux gérer les ressources en eau dans le bassin du fleuve Sénégal, les pays membres de l’Omvs ont mis en place le Projet de gestion intégrée des ressources en Eau (Pgire) avec pour objectif de renforcer l’intégration des pays riverains du bassin du fleuve Sénégal par le développement des usages à buts multiples des ressources en eau et d’impulser l’amélioration des moyens d’existence des communautés.

L’Omvs compte porter son réseau interconnecté de transport et de distribution d’énergie de 1.700 à 4.000 kilomètres à l’horizon 2025. Trois autres barrages sont prévus en République de Guinée (Koukoutamba 297 MW, 181 MW et Boureya 114 MW) et deux au Mali (Gouina 140 MW et Gourbassi 18 MW).

Ces différents projets permettront de générer, à moyen terme, 826 MW supplémentaires d’hydroélectricité. Avec ces réalisations et les projets en cours (Manantali 2), le réseau interconnecté de transport et de distribution d’énergie de l’Omvs sera presque triplé. La Politique énergétique commune élaborée par l’Omvs devrait contribuer à résorber le déficit énergétique de ses pays membres et permettre à l’organisation d’exporter de l’énergie dans la sous-région.

Bouya Condé, Expert de l’Omvs et coordonnateur du Projet Koukoutamba a fait un exposé sur le potentiel énergétique de l’Omvs, mettant en exergue les bassins transfrontaliers. Il a cité la problématique des 263 bassins transfrontaliers fluviaux et lacustres auxquels s’ajoutent des centaines d’aquifères partagés, la « Gestion solidaire » comme élément structurant de la réinvention de la gouvernance de l’eau tout en maintenant la Gire (gestion intégrée des ressources en eau) en tant que technique d’utilisation rationnelle de la ressource, la Solidarité fonctionnelle, les principes majeurs ( le partage, l’équité, la coopération et la solidarité organisée et structurée).

Trois autres barrages prévus

Chogaïbou Maïga, expert de l’Omvs en poste à la Société de gestion et d’exploitation du barrage de Manantali a rappelé que la Sogem est chargée de l’exploitation, de l’entretien et du renouvellement des ouvrages communs et destinés à la production et au transport de l’énergie électrique.

Cette structure assure les fonctions et les tâches relatives à la maîtrise d’ouvrage déléguée de l’ensemble des installations, à la maîtrise d’œuvre, la programmation des investissements, le renouvellement et les études de réalisation, la réception des installations, la participation à la recherche et la mise en place des financements, la gestion de la dette des projets, l’exploitation, la maintenance, la vente et le recouvrement des recettes d’énergie auprès des Sociétés d’électricité interconnectées des États membres par l’intermédiaire d’un opérateur indépendant. Ce barrage a coûté 311 millions d’euros. Il a été construit entre 1982 et 1988 sur le Bafing à Manantali, au Mali. C’est un ouvrage à but multiple (production énergie hydroélectrique, irrigation, navigation et écrêtement des crues).

Mbagnick Kharachi DIAGNE

LE BARRAGE DE FÉLOU AURA UNE CAPACITÉ DE PRODCUTION ANNUELLE DE 350 GWH

M. Maïga a indiqué que le coût global du Projet énergie Manantali est de 335 millions d’euros (usine hydroélectrique, lignes et postes haute tension au Mali, en Mauritanie et Sénégal). Il a été réalisé entre 1998 et 2002 et son début d’exploitation commerciale remonte en 2002. La puissance installée est de 200 MW pour 5 groupes, un productible annuel moyen de 807 Gwh, 16 Postes haute tension, 1,700 kilomètres. Le centre de conduite (dispatching) du réseau interconnecté de Manantali figure en bonne place dans les réalisations de ce projet.

M. Maïga a cité également le complexe hydro-électrique du barrage de Félou qui a coûté 125 millions d’euros. Situé au Mali, à environ 200 km en aval du barrage de Manantali et environ 4 km du poste haute tension de Kayes-Médine (Rima), ce barrage a été construit en 2009 et mis en service en 2013. Sa puissance est de 60 MW pour une capacité de production annuelle de 320-350 GWh. La réalisation de cet ouvrage a été financée par la Bei, l’Ida et la Sogem.

A en croire M. Maïga, de 2002 à 2016, la Sogem a réalisé plusieurs projets d’électrification rurale, pour un coût total de 21 milliards de FCfa (Boad et Sogem). Un programme de grande envergure mis en œuvre à Manantali (siège du Barrage) et dans les localités environnantes, à Mahina et au Bafoulabé (Mali), à Bakel (Sénégal), Gouraye et Sélibaby (Mauritanie), dans 34 villages déplacés lors de la construction du barrage de Manantali (Mali), à Diaguili (Mauritanie) et dans 10 villages de la zone du complexe de Félou, projet en cours (Mali). Suivant décision des hautes instances (Cceg) de l’Omvs, il a été créé un fonds d’électrification rurale (financement Sogem, revenus de la vente de crédit carbone, etc.) au profit des trois pays.

Selon M. Maïga, de 2002 à 2016, le Système électrique de la Sogem, avec ses deux centrales hydroélectriques (Manantali et Félou) et l’interconnexion des réseaux électriques a contribué à l’amélioration de la qualité et de la continuité de la fourniture d’électricité au Mali (40 à 50 % des besoins en électricité), en Mauritanie (20 à 30 %) et au Sénégal (10 à 12%).

S’agissant des projets énergétiques de l’Omvs, M. Maïga a fait allusion à la Nouvelle centrale en cours de construction : Gouina au Mali, aux nouvelles centrales hydroélectriques à construire ( Koukoutamba et Boureya en République de Guinée, Gourbassi au Mali), à la remise en état, au renouvellement et au renforcement des installations du patrimoine énergie, à la réalisation de lignes de transport du plan de développement du réseau de transport (2015-2022), à la poursuite du programme d’électrification rurale de l’Omvs.

Idrissa Traoré, expert de la Senelec a fait un exposé sur la contribution de l’Omvs dans l’approvisionnement et la production d’énergie du Sénégal. Il a parlé de l’apport énergétique de Manantali qui dispose d’un productible de 867 Gwh pour 2016 dont un quota de 279,51 Gwh pour Senelec (33% du productible de Manantali hors consommation du site). Il a souligné qu’une production supplémentaire de 80, 93 Gwh sera livrée aux sociétés d’électricité dont 26,71 Gwh à Senelec.

Selon M. Traoré, la capacité de production, en 2016, de Félou est de 330, 23 Gwh. Le quota pour la Senelec était de 82,55 Gwh (soit 25% de la capacité de production de Félou hors consommation du site). L’énergie électrique livrée à la Senelec s’est élevée à 85,86 GWh au 31 décembre 2016.

Mb. Kh. DIAGNE

Le Soleil





Commentaires

New Page 1

Le Journal



   Politique  

Ould Abdel Aziz – Macky Sall Ils fument le calumet de la (...)

--------------------------

communiqué du conseil des ministres du jeudi 23 novembre (...)

--------------------------

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 23 Novembre (...)

--------------------------


   Economie  

Mauritanie : Mauritania Airlines acquiert un nouvel (...)

--------------------------

Mauritanie : Mauritania Airlines acquiert un nouvel (...)

--------------------------

Mauritanie/FMI : accord d’une ligne de crédit de de 163 (...)

--------------------------


   Social  

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 07 Décembre (...)

--------------------------

28 novembre Inal, " l’enfer "

--------------------------


   Culture  

Communiqué de presse : Tasiast intensifie son appui au (...)

--------------------------

Houleye, le samedi soir à Nouakchott

--------------------------


   International  

Grace Mugabe, Simone Gbagbo, Leïla Trabelsi… Ces femmes (...)

--------------------------

Affaire Gadio : L’enquête du FBI de A à Z

--------------------------


   Médias  

A Conakry, les pays du PO débattront de l’autonomisation (...)

--------------------------

Ould Dedew appelle l’Arabie Saoudite à revenir sur sa (...)

--------------------------


   Sport  

Championnats d’Afrique de clubs A la conquête du (...)

--------------------------

DE L’ASAC CONCORDE A LEVANTE.UD Hacen El Id le premier (...)

--------------------------