Esclavage en Mauritanie : la BBC piégée

mercredi 13 février 2019
popularité : 0%

Dah Abeid, candidat tête liste nationale des députés de la coalition Rag-sawab, est arrêté le 7 août 2018, juste avant le déclenchement de la campagne pour les élections législatives et locales. La détention arbitraire, largement condamnée en Mauritanie et dans le monde, visait à l’empêcher d’entrer en compétition et ainsi limiter, dans les urnes, le score de son parti.

A la fin du scrutin, la police politique procède à sa libération, au terme d’un procès sans gloire ; le plaignant, un écrivassier diffamateur, retire la plainte et regagne l’anonymat de sa condition.

Dès la sortie de prison le 31 décembre 2018, l’élu Biram Dah Abeid reçoit la visite de BBC-Arabic dont il accepte d’être l’invité principal, au programme Noughtet Hiwar, littéralement « point de dialogue ». L’enregistrement de l’émission devait se dérouler sur les plateaux de la chaîne publique, Télévision de Mauritanie (Tvm), déjà loués à cette fin. La date est fixée au 9 février 2019.

Or, la veille, Mahdi Almoussawi, le journaliste réalisateur, auteur et garant de l’accord avec Biram Dah Abeid, retire l’offre initiale. Il vient s’excuser et informer, Biram Dah Abeid, des objections exprimées par le Commissaire aux droits de l’Homme et le Directeur de la Tvm. Tous deux, lui ont fait part des instructions de la Présidence et de la Primature en Mauritanie, interdisant l’entrée des studios, au parlementaire Biram Dah Abeid. En conséquence, ils enjoignaient, à BBC Arabic, de « choisir » un représentant du gouvernement comme invité de rechange.

BBC Arabic se retrouve ainsi contrainte d’accepter l’offre impérative où un sombre supplétif du système de domination ethno-tribale vint débiter son homélie de négationnisme, comme d’usage, à l’abri de contradiction.

Ira-Mauritanie souligne l’inélégance du procédé et sa banalisation alors que le pays se met à espérer une transition non-violente, après 10 années de prédation, de censure et d’arrestations d’opposants.

Avec le concours des bonnes volontés, notamment au sein des média, IRA-Mauritanie s’apprête à introduire, auprès de Reporter Sans Frontières (RSF), un recours contre le gouvernement de Mauritanie.

Le geste et ses motifs requièrent l’attention rigoureuse des rapporteurs spéciaux des Nations-Unies et interpelle, autant, la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des peuples.

Nouakchott le 11 février 2019

Le Bureau Exécutif





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Mauritanie : le candidat Ghazouani a désigné les staffs (...)

--------------------------

Présidentielles mauritaniennes : les parrains d’un seul (...)

--------------------------

Kane Hamidou Baba a déposé son dossier de candidature (...)

--------------------------


   Economie  

Binta Touré Ndoye quitte la direction générale d’Oragroup (...)

--------------------------

NBM : En zones de turbulences ?

--------------------------

Prospection pétrolière : Exxon Mobil s’installe à (...)

--------------------------


   Social  

Mais, où se trouve donc Ahmed Hamza ?

--------------------------

L’histoire peut bien bégayer

--------------------------


   Culture  

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------

Les doits de l’enfant à l’Assemblée nationale mauritanienne

--------------------------


   International  

La Chine annonce son soutien au G5 Sahel

--------------------------

Deux militaires français tués lors de la libération (...)

--------------------------


   Médias  

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------

Esclavage en Mauritanie : la BBC piégée

--------------------------


   Sport  

Fatma Samoura lance le projet mondial « Football For (...)

--------------------------

CAN 2019 : les Mourabitoune dans le groupe E

--------------------------