L’AMDH publie sont rapport sur la liberté d’expression en Mauritanie.

vendredi 29 juillet 2016
popularité : 0%

Le siège de l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH) a abrité le lundi 25 juillet courant un point de presse sur sont rapport concernant la liberté d’expression et la Mauritanie face a ses engagements. Cette enquête réalisée par monsieur Pierre Brunisso, juriste stagiaire à l’AMDH, et Ba Sileye, chargé des questions migratoires au sein de l’association, sur la liberté d’expression en Mauritanie s’est basé sur le corpus juridique mauritanien et l’interview d’un grand nombre d’acteurs de la société civile mauritanienne, dont les professionnels des médias au niveau local. Les témoignages de journalistes, d avocats, de chercheurs, de militants de droits humains, d’activistes de la société civile et également de différents mouvements citoyens politisés ou non.

Le rapport de l’AMDH intitulé « Liberté d’expression : la Mauritanie face a ses engagements », a pour but d’analyser la situation de la liberté d’expression en 2016 dans le pays, en soulevant des problématiques et enjeux qui constituent un ensemble de défis à relever.

Selon la présidente de l’AMDH, Maitre Fatimata MBaye, durant son intervention lors du point de presse, « l’expression libre est le pilier indispensable d’une démocratie qui se veut stable et respectueuse de ses citoyens. Le droit d’écrire, de se réunir, de manifester, sont autant de principes qui visent à élever le débat au sein d’une société qui avance et progresse. La liberté d’opinion et d’expression proclamée par l article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme perdrait toute sa signification s’il n’existait pas la possibilité de se réunir, et de s associer, c’est-à- dire le droit de s assembler avec autrui. De ce fait , l’AMDH a analysé l’effectivité sur le territoire mauritanien du droit d’association , de liberté de presse, de réunion et de manifestation, en étudiant le cadre juridique accompagné de sa mise en application ».
Dans la conclusion du rapport et recommandations, l’AMDH considère non seulement les journalistes mais également les acteurs sociaux, culturels, les militants associatifs , les mouvements citoyens et politiques comme des acteurs inséparables d une démocratie pérenne. L Etat mauritanien a le devoir de leur garantir les moyens de s’exprimer librement sans être inquiété pour ses opinions.

Mariya Traoré .





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Élection présidentielle Ould Abdel Aziz ne...

--------------------------

L’APP fustige l’UPR

--------------------------

Bouillonnement pré-électoral : le pouvoir prépare une sale (...)

--------------------------


   Economie  

Mettre les pêcheurs artisanaux mauritaniens aux normes (...)

--------------------------

Chaîne de valeur de la sardinelle : comment aller (...)

--------------------------

Accords de pêche Mauritanie-Sénégal : Poissons contre (...)

--------------------------


   Social  

A Nouakchott, les religieux du Sahel engagés pour (...)

--------------------------

Parlementaires ACP-UE : la presse nationale bute sur un (...)

--------------------------


   Culture  

Semaine de la Francophonie : Ahmed Hamza répond aux (...)

--------------------------

6ème édition Festival Sagesses Populaires : une nouvelle (...)

--------------------------


   International  

Mort du pêcheur sénégalais : Macky attendu à Nouakchott et (...)

--------------------------

Guinée équatoriale : tentative de coup d’État déjouée (...)

--------------------------


   Médias  

« Ana Hartani Mani Barani » La revendication de (...)

--------------------------

La journée de Lutte Contre les Violences Faites aux (...)

--------------------------


   Sport  

Affaire du transfert des joueurs de la Concorde : le (...)

--------------------------

CHAN 2018 L’heure du bilan des Mourabitounes

--------------------------