Suspension du vaccin AstraZeneca La décision de la Mauritanie ?

samedi 20 mars 2021
popularité : 0%

Depuis la semaine dernière, le recours au vaccin AstraZeneca dans la lutte contre le virus du corona est de plus en plus mis en doute. Ayant présenté quelques anomalies chez des personnes qui s’y sont fait vacciner, il est progressivement délaissé, surtout en Europe. Au même moment, l’OMS continue de le recommander ! Quelle décision pour la Mauritanie qui a déjà porté son choix sur ce vaccin ?Les injections du vaccin contre le Covid-19 développés par AstraZeneca sont suspendues en France, a annoncé ce lundi 15 mars Emmanuel Macron, qui a décidé d’attendre l’avis de l’autorité européenne des médicaments, qui tient une « réunion extraordinaire » jeudi 18 mars.
De fait, depuis une semaine, plusieurs pays ont suspendu la vaccination avec AstraZeneca, de manière locale ou totale, après de graves problèmes sanguins chez des vaccinés. Mais rien n’indique un lien de cause à effet et les annonces des autorités de santé divisent les professionnels. Parmi ces pays, l’Allemagne et l’Italie, mardi dernier.  Auparavant, il y avait le Danemark, la Norvège, l’Islande, l’Autriche, La l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg la Roumanie.
Cette situation survient au moment où la Mauritanie a annoncé qu’elle avait fait son choix dans ce vaccin mais aussi dans « Sinopharm » pour faire face au virus du corona. La décision avait été annoncée la semaine dernière par le ministre de la Santé qui avait justifié le choix du gouvernement mauritanien par la double raison, » d’abord que la Mauritanie dispose de moyens de conservation dudit vaccin ensuite, que son prix est accessible pour le gouvernement ».
Réagissant à la situation que connaît le vaccin AstraZeneca, l’OMS a accordé lundi, son homologation d’urgence au vaccin anti-Covid d’AstraZeneca. Cette décision ouvre ainsi la voie à la distribution de centaines de millions de doses à des pays défavorisés privés jusque-là d’immunisation.
En fait, cette procédure prise en urgence, devrait aider les pays qui n’ont pas les moyens de déterminer d’eux-mêmes l’efficacité et l’innocuité d’un médicament à avoir plus rapidement accès à des thérapies, et permet au dispositif Covax, mis en place pour assurer un accès équitable au vaccin, d’en commencer la distribution. Le vaccin d’AstraZeneca représente en effet l’immense majorité des 337,2 millions de doses de vaccins que le dispositif Covax, piloté par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Alliance du vaccin (Gavi) et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (Cepi), entend distribuer au premier semestre de cette année.
La semaine dernière, le vaccin avait déjà été recommandé par le comité d’experts vaccinaux de l’OMS pour toute personne de 18 ans ou plus, y compris dans des pays où des variants plus contagieux circulent.
Pourtant, le vaccin développé par l’université d’Oxford (Royaume-Uni) et le géant pharmaceutique a connu des déboires et des doutes sur son efficacité pour les plus de 65 ans et face au variant du virus qui donne le Covid-19, initialement détecté en Afrique du Sud mais aujourd’hui présent dans le nombreux pays. Pour l’OMS et ses experts, ce vaccin fait parfaitement l’affaire pour la priorité du moment : limiter la gravité et la mortalité d’une pandémie qui a coûté la vie à 2,4 millions de personnes en un peu plus d’un an.

Situation
Pour nombre de médecins occidentaux, la décision de surseoir temporairement au vaccin est « très politique et c’est très clairement un coup dur pour la vaccination". Pour eux, "tous les effets secondaires avec ce vaccin, ce sont simplement des syndromes grippaux qui durent 24 à 48 heures ». Avec cette suspension, Jces médecins craignent "la méfiance vis-à-vis de ce vaccin, quelle que soit la décision de demain, va s’accroître. En fait, même avec un avis positif, cette décision va avoir un effet extrêmement négatif.
La question qui se pose à présent est de savoir quelle sera la réaction finale de la Mauritanie, qui a déjà fixé l’entame de sa campagne de vaccination dès le début du mois d’avril prochain, en usant de deux vaccins dont l’Astrazenaka aujourd’hui décrié. Il s’agira de convaincre les populations et les amener le cas échéant, à se faire vacciner. Déjà, au niveau de la société civile, notamment africaine, des voix s’élèvent et se posent des questions sur l’efficacité de ce vaccin et sur les conséquences éventuelles qu’il pourrait avoir chez les individus. Il faut bien craindre que si les pays occidentaux le rejetaient en masse, les pays pauvres pourraient ne pas être partants. Ce serait alors une catastrophe planétaire !
NH





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Pré-campagne présidentielle A quoi joue El Insav (...)

--------------------------

De l’opium du peuple

--------------------------

Dialogue national inclusif est-il définitivement enterré (...)

--------------------------


   Economie  

6ème réunion des ministres des pays membres du SWEDD à (...)

--------------------------

Marché à bétail de Boghé, éleveurs et courtiers ont pris (...)

--------------------------

Foire de Timbedra, l’élément déclencheur du développement (...)

--------------------------


   Social  

Violences basées sur le genre, une mission conjointe (...)

--------------------------

Le Vivre-ensemble en voix d’écoles !

--------------------------


   Culture  

Festival Assalamalekum 2022 : une soirée de gala avec (...)

--------------------------

Festival Assalamalekum, une 15ème édition sous le sceau (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

TMLSA poursuit son partenariat avec le PNBA et remet en (...)

--------------------------

TMLSA reçoit le Ministre de la Fonction publique et du (...)

--------------------------


   Sport  

« On ne démissionne pas », Ahmed Ould Yahya face à la (...)

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------