ACCABLANT : Rapport sur l’intervention militaire franco-britannique soutenue par les États-Unis contre la Libye…

jeudi 15 septembre 2016
popularité : 0%

Le rapport que vient aujourd’hui même (mercredi 14 septembre ) de publier la Commission des Affaires Étrangères du Parlement britannique sur les raisons et les conditions de l’intervention militaire franco-britannique soutenue par les États unis, contre la Libye du Colonel Khaddafi, est accablant, en confirmant ce que tout le monde savait depuis toujours à ce propos.

Les parlementaires britanniques balaient d’un revers de main l’accusation portée contre le dirigeant libyen de « menace contre les civils » officiellement présentée à l’opinion publique des pays occidentaux et devant le Conseil de Sécurité, pour justifier les frappes aériennes massives et l’action des « forces spéciales » qui ont armé et encadré des « milices type BHL » et ont assassiné dans de terribles conditions un Chef d’Etat en exercice.

Le rapport reprend à son compte les conclusions d’un conseiller de Hillary Clinton, alors Secrétaire d’Etat américain, M. Sidney Blumenthal qui, pour Nicolas Sarkozy, pointe parmi les raisons véritables de ce tragique acharnement contre le Guide Libyen, la volonté de :

- servir son propre intérêt politique personnel ( voir les graves accusations de financement de sa campagne par Khadaffi jusqu’à hauteur de 50 millions de dollars et que ce dernier menaçait de divulguer preuves à l’appui !)

- accroître l’influence de la France

- accéder au pétrole libyen…

Ce rapport existe. Il pointe du doigt des crimes odieux contre la paix, une véritable agression internationale au sens du droit international et donne les noms et prénoms de criminels responsables de ces crimes.

Mais la CPI ne s’en saisira pas comme le lui permet son statut, ni aucune des juridictions nationales des pays concernés, dont les compétences à ce propos sont tout aussi évidentes.

Le problème est que Khadaffi est un Arabe et un Africain et que comme le peuple irakien saigné par la destruction de son État suivant la même logique, le peuple libyen ne mérite aucun respect, ni les peuples voisins comme celui du Mali ou de Tunisie qui souffrent dans leur chair les conséquences désastreuses des petits calculs mesquins qui abattirent le feu de l’enfer sur toute la région du Nord et de l’Ouest Africain.

Qui peut aujourd’hui, se réjouir finalement des résultats de ces petits calculs mesquins des grands défenseurs des droits de l’homme que furent D. Cameron et Sarkozy ? Al Quaida, Daich, Mujao, Boko Haram et tutti quanti…

Gourmo Abdoul Lo

Adrar-Info





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Mohamed O. Maouloud à l’ouverture de la campagne : « les (...)

--------------------------

Le pari ADIL : « nous nous sommes opposés au coup d’état (...)

--------------------------

Ambiance et « bons risques » de la campagne électorale

--------------------------


   Economie  

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------

Leadership et éclairages sur le système bancaire en (...)

--------------------------


   Social  

Fête d’El Id El Kebir Le mouton hors de portée

--------------------------

Affaire de la balle de Twela Condamnés à six mois de (...)

--------------------------


   Culture  

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------

Concert à Nouakchott, Coumba Gawlo fait le plein au (...)

--------------------------


   International  

Les observateurs européens aux élections maliennes : « (...)

--------------------------

Mali : Soumaïla Cissé rejette par avance les résultats de (...)

--------------------------


   Médias  

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------

Voilà pourquoi Horizons et Chaab ne paraissent (...)

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------