Aboubcar Soumaré : "Les mauritaniens ont besoin de sincérité politique et dans les faits"

mercredi 12 septembre 2018
popularité : 0%

Monsieur Aboubacar Soumaré, Ingénieur Ponts et Chaussées, arrivé largement en tête à l’issue du premier tour du scrutin municipal de Sebkha pour le compte de l’AFCD (Avant-garde des Forces de Changement Démocratique) sera opposé le 15 septembre prochain au candidat de l’UFP (opposition). Sebkha est la seule commune du pays où le parti-état, l’UPR, a été éliminé. Sur la demande du candidat, nous reprenons cette interview qu’il avait accordée au journal "Le Calame".

Les électeurs de Sebkha ont voté, le 1er septembre. En tant que candidat, comment avez-vous vécu cette journée au niveau de votre circonscription électorale ?

Je tiens en mon nom personnel et celui du parti AFCD (Avant-garde des Forces de Changement Démocratique) à remercier tous les habitants de la commune de Sebkha pour l’accueil qu’ils nous ont fait et la confiance qu’ils nous ont accordée.
Cette journée électorale a été très intense. Eprouvante pour les électeurs qui ont fait preuve de beaucoup de combativité afin de retrouver leur bureau de vote et de patience dans les files d’attente. Je tiens encore une fois à les remercier pour avoir participé avec conviction à ce processus démocratique vital pour le vivre ensemble et le bon fonctionnement de nos institutions.

Le jour du vote concentre tous les espoirs et toutes les tensions après une pré-campagne de plus de deux mois et une campagne de deux semaines pendant lesquelles nous avons opté pour une communication de proximité, faisant du porte à porte, rencontrant les citoyens chez eux et répondant sans détour à toutes leurs questions.

J’ai passé cette journée sur le terrain avec les habitants de Sebkha et mes équipes m’impliquant à la fois dans l’opérationnel et dans la coordination. Une très belle expérience.

Les électeurs et leurs candidats attendent encore les résultats. Et dans cette circonscription, il y avait près d’une cinquantaine de candidats. Pensez-vous que le jeu a été loyal ? Y’aurait-il eu de manœuvres frauduleuses, comme le pointe déjà l’opposition, en particulier, l’AEOD ?

Il y a eu exactement 45 candidats aux élections municipales de Sebkha. D’après mes informations les opérations électorales en ce qui concerne les municipales à ce stade ont été plutôt loyales.
Il y a eu bien évidemment des entorses à la loi telles que :

• des extraits de procès-verbaux non signés ou carrément non remis aux représentants des partis dans les bureaux de vote
• des représentants de partis mandatés non admis dans les bureaux de vote sans une « intervention »
• des représentants exclus illégalement des bureaux de vote pour contestations. Si la liberté d’expression n’est pas respectée dans un bureau de vote au moment où la démocratie s’exprime où le sera-t-elle ?
• et la plus grave qui m’ait été reportée et pour laquelle j’attends confirmation : une falsification assumée des chiffres dans le bureau de vote 24 de l’école 4. Comme je l’ai dit j’attends confirmation.

Ces dérives sont à mon sens plus du fait du manque d’expérience et de coopération de certains présidents de bureau de vote « dictateurs » qui ne saisissent pas le sens de la démocratie et de la liberté que d’une instruction de la CENI ou de l’Etat.
Il y a également beaucoup de rumeurs qui circulent au moment des élections. Si nous exigeons de la rigueur auprès des membres de la CENI nous devons également en avoir quant au traitement de toutes les informations qui nous arrivent.
Je tiens ici à féliciter ceux des présidents de bureau qui ont été exemplaires, rigoureux et courtois dans la gestion des opérations électorales les concernant.

Ce scrutin aura été marqué par le un nombre élevé de bulletins nuls. Comment analysez-vous ce phénomène ?

Le grand gagnant de ces élections est le parti « Bulletins nuls ». Plus de 2.600 nous concernant dans les municipales à Sebkha.
Ceci s’explique par :
• le modèle de bulletin de vote et le très grand nombre de candidats. Ce n’est pas facile de retrouver son logo imprimé en tout petit dans le document au milieu de tous les autres et de cocher dans la case minuscule correspondant sans dépasser
• les conditions d’accueil des électeurs qui sont très difficiles. Par exemple j’ai voté dans le bureau 60 de la commune de Sebkha. Le bureau a ouvert avec 4 heures de retard faute de couvercle sur les caisses électorales. L’endroit était exigu, sans lumière, il n’y avait pas d’éclairage. L’isoloir faisait moins d’un mètre carré et la toute petite table à disposition était très basse. Ce sont des conditions très défavorables à un vote serein.
L’analphabétisme également est un réel problème dans notre pays. Il faudrait dans le long terme évidemment développer l’éducation mais à court terme pour les élections plus d’assistance aux votants dans les bureaux de vote.

Pensez-vous qu’au sortir de cette élection on saura lire la carte politique et donc envisager dans la sérénité, l’échéance de 2019 ?

En ce qui concerne la commune de Sebkha nous avons eu 46 candidats dont une candidature qui a été rejetée. Cette multiplication des partis politiques et des candidatures traduit une dissolution évidente du tissu politique.
La politique à mon sens n’est ni mensonges ni affaires. La politique est un engagement, un sacrifice, la défense de nos valeurs pour une société meilleure. La politique est une responsabilité.

Pour l’échéance 2019 les choses ont l’air un peu flou avec Monsieur le Président de la République qui s’engage à respecter la Constitution dont il est le garant et son entourage politico-administratif qui se met hors-la-loi en scandant un troisième mandat. Cette confusion qui je l’espère n’est pas calculée est un message extrêmement négatif envoyé à nos concitoyens à qui on doit montrer l’exemple de la légalité. Les institutions de notre pays sont souveraines et respectables. Elles ne doivent pas souffrir de telles contradictions. Si le porte-parole du gouvernement ne respecte pas la Constitution de la République Islamique de Mauritanie pourquoi le citoyen lambda s’arrêterait-il à un feu rouge ?

Ce que je retiens en tout cas de mon expérience après ce premier tour est que les mauritaniens ont envie de s’en sortir. Le développement qu’ils réclament demande une vision, un programme, des outils de mesure d’avancement et surtout les hommes qui vont mener les actions à bien.

Les mauritaniens ont besoin de sincérité politique et dans les faits. Ce n’est plus vraiment une question de partis politiques. C’est une question d’hommes.

La campagne électorale aura été marquée par la très forte implication du président de la République en personne qui a appelé ceux qui souhaitent un 3e mandat de donner une majorité écrasante à l’UPR, principal parti de la majorité présidentielle et venait de récolter, il y a quelques mois, près 1,2 million d’adhérents. Quels effets a produit cette implication du président et partant l’administration ?

Dans la commune de Sebkha les résultats provisoires me donnent très largement en tête. L’UFP et l’UPR se battent pour la 2ème place avec un petit avantage pour l’UFP et avec l’UPR qui use de tous les recours possibles à sa disposition pour inverser la tendance.

Monsieur le Président de la République doit être au-dessus des querelles de chapelles, être garant de la constitution et éviter toute autre tentation dont les conséquences seraient néfastes pour la démocratie et peuvent mettre en péril la cohésion et la stabilité sociales.

L’implication de Monsieur le Président de la République n’a pas influencé les électeurs de Sebkha pour les municipales. Cela traduit une nécessité urgente de changer de politique locale en ce qui concerne cette commune. Elle a besoin de transparence économique, d’écoles, d’infrastructures sportives, culturelles, artistiques et de santé. Elle a besoin qu’on s’occupe d’elle avec sincérité.
C’est sur le terrain du développement que nous sommes jugés par nos concitoyens.

.





Commentaires

Logo de Amar  Mohamed Lemine
mercredi 12 septembre 2018 à 12h15 - par  Amar Mohamed Lemine

Voila un acteur politique qui a saisi que la politique doit être morale ou ne pas être !!! et que le developpement est un processus organiquement et inévitablement endogéne. Il n’existe pas d’exemple de nation qui s’est developpée sans l’implication éffective de sa jeunesse la plus méritante et la plus engagée.

Cette interview est d’une lucidité rafraichissante débarrassée de toute démagogie

.Le diagnostic est juste , les indications precises et sous-tendues par une connaissance claire et manifestement profonde du terrain,centrée sur l’essentiel : La préoccupation judicieuse est le citoyen de base conduisant à terme à un élargissement de l’espace de citoyenneté au détriment des blocs hégémoniques de pouvoir, des priviléges et des rentes.

Les communautés partout, et en tout temps, ont démontré qu’elles savaient choisir qui est capable de répondre à leurs attentes, si on leur laisse l’opportunité de choisir librement sans contraintes et sans menaces. .
Il est clair que de cet investissement social discret, éfficace et profitable aux plus vulnérables est un indicateur formel de vouloir impliquer les citoyens dans la gestion de la cité.

- Ces communautés ont intégré que la manière la plus intelligente de les aider est de leur demander leurs priorités ; les doter d’un pouvoir de suivi de contrôle des projets initiés à leur intention .

- En un mot assurer l’accés équitable aux droits fondamentaux : l’eau potable, l’éducation de qualité, l’accés aux services et informations de santé, la protection des detenteurs de droits.
.
Un intellectuel qui observe sans réaction le délitement de notre capital commun qu’est notre pays est un boulet et un gâchis social.

- Répondre aux besoins spécifiques de notre jeunesse qui représente 44% de notre population est un garde-fou contre la perte de stabilité et de cohésion sociale.
- Assurer l’accés equitable à l’emploi.
- Détérminer un seuil de pauvreté qui devient un droit opposable qui oblige l’Etat à prendre en charge l’education et la santé de cette frange indigente, vulnérable,marginalisée et exclue.

Le temps de rompre avec les politiques qui se servent en lieu et place des citoyens est révolu car
un mur qu’on soutient est un mur qui tombe et le temps du changement franc et incontournable est arrivé.

Nous demandons au candidat futur Maire de Sebkha :
- De réfuser la ghettosissation, de mettre en place des partenariats solides, favoriser le leadership des jeunes filles et garçons et promouvoir le networking.
- De renforcer les capacités de plaidoyer stratégique des réseaux de jeunes auprés des autorités et des partenaires bilateraux et multilatéraux pour une prise en compte de leurs besoins dans les documents stratégiques et au moment des arbitrages budgetaires.

- Faire de Sebkha une cité starter pour l’introduction de la démocratie participative et se rappeller toujours que " les hommes politiques et les couches, il faut les changer et souvent pour les mêmes raisons"

En vous souhaitant Monsieur le candidat une victoire éclatante et un plein succés dans votre mission qui est synonyme pour moi de régression des seuils de pauvreté et vulnérabilité et une augmentation de la résilence des populations qui vous éliront , je l’espère haut la main. Tenez bon, courage et bonne chance.




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

Mauritanie : les autorités ordonnent la fermeture du (...)

--------------------------

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------