Affaire Ould Ghada Le président et l’artiste

mercredi 20 septembre 2017
popularité : 0%

L’affaire Ould Ghada devrait franchir un nouveau palier dans le courant de la présente semaine, avec la comparution devant la cour d’appel de trois sénateurs dont surtout Maalouma Mint Meiddah.
On se rappelle que lors de la première comparution, le procureur avait requis le dépôt en prison particulièrement de Malouma Mint Meiddah, une requête qui avait été rejetée par le juge d’instruction. Cette fois, acculé par l’Exécutif, la justice pourrait bien décider du « dépôt » de l’élue aux côtés de son collègue Mohamed Ould Gadda. Il s’agira pour le président Ould Abdel Aziz, de faire payer la sénatrice pour son nouvel engagement dans l’opposition. En fait, de sources informées, le chef de l’Etat s’est senti floué par cette femme, qui l’aurait finalement eu. En affirmant haut et fort en 2014 qu’elle avait quitté l’opposition pour militer au sein de l’UPR à qui elle apportait désormais sa voie au Sénat, l’artiste, n’était pas sincère. C’est en tout cas ce que croit - dur comme fer- aujourd’hui le chef de l’Etat qui se serait finalement aperçu qu’il s’est fait avoir. Car entre temps, l’homme aurait accordé de nombreux privilèges -notamment matériels- à la sénatrice, ne recevant en contrepartie que des actes d’opposition. Non seulement, cette dernière n’a jamais réalisé un hymne en son honneur, mais plus, jamais elle ne s’est impliquée sur le terrain politique. Et quand il l’attendait sur le terrain du combat pour la défense de son projet de referendum, le président s’est aperçu quelle était aux avants postes de l’opposition. Elle serait en effet l’une des plus grandes instigatrices du « Non » des sénateurs, membre du comité du sénat chargé de fouiller dans les affaires du président de la République, de ses proches et des institutions publiques dont les fonds seraient détournés par ceux-là. C’est aussi elle que l’opinion a vu aux avants postes des mouvements de solidarité en faveur du sénateur Ould Ghadde. Pour toute cette activité et cette opposition au régime en place, elle devra payer. C’est ce qu’aurait décidé Ould Abdel Aziz qui viserait à la dessaisir de tous ces biens parmi lesquels, la somptueuse ville sise à Tevragh Zeina que vient de lui offrir Ould Bouamattou d’une valeur de 120 millions d’ouguiyas !
MOM





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

La CEP va statuer sur le refus de Aziz de comparaitre

--------------------------

Commission d’enquête parlementaire

--------------------------

Birame Dah Abeid : « Le dispositif mis en place par le (...)

--------------------------


   Economie  

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------

Disparition de devises à la BCM

--------------------------

SWEDD-Mauritanie, le succès appelle le succès

--------------------------


   Social  

Conseil des ministres

--------------------------

« Aziz ne doit conserver que les recettes de son Hamam, (...)

--------------------------


   Culture  

« Décolonisation », le film de Karim Miské en avant (...)

--------------------------

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------


   International  

Les chefs d’État du G5 Sahel en sommet extraordinaire à (...)

--------------------------

A Nairobi, la Mauritanie participe à l’appel mondial pour (...)

--------------------------


   Médias  

Sommet mondial de l’OIT, l’impact économique et social de (...)

--------------------------

La « loi fake news » mauritanienne

--------------------------


   Sport  

CAN 2021 : pourquoi un report est plausible mais pas si (...)

--------------------------

Coupe Arabe U20 2020 : La Mauritanie éliminée

--------------------------