Après les propos de Macron sur l’Islam radical, la France et le Français en mal en Mauritanie

lundi 2 novembre 2020
popularité : 0%

Sit-in de protestation, meeting populaire, appel au boycott des produits français…les Mauritaniens s’indignent face aux propos de Macron qui avait déclaré lors de l’hommage rendu à Samuel Paty, professeur d’histoire géographie assassiné le 16 octobre dernier à Paris, que la France poursuivra la publication « des caricatures » blasphématoires contre le prophète Mohamed (PSL). La fronde contre la France et le français ne cesse d’augmenter en Mauritanie, un pays où le nationalisme arabe est en guerre contre l’ancien colonisateur et sa culture depuis des années. Des intellectuels, et même certaines stations radios ont déclaré une guerre totale contre la langue française. Un écrivain, journaliste et poète diplômé de la Sorbonne vient de déclarer qu’il n’écrira plus dans la langue de Molière, tandis que Radio Koubouni, une station qui diffuse dans un rayon de 50 kilomètres, a également mis fin à toutes ses émissions en langue française.
Plus spectaculaire, la sortie du Ministère des Affaires Etrangères qui dans un langage mi- diplomatique dicté par la pression intérieure, a fustigé ceux qui s’en prennent à l’Islam et à son Prophète (PSL). En effet, dans le communiqué laconique et furtif, la Mauritanie officielle dénonce « la persistance des attaques orchestrées contre les sentiments des musulmans ».Il n’en fallait pas plus pour faire sortir les tenants de l’Islamisme politique de leur réserve, en particulier ceux qui sont les plus visés par l’offensive de la France. Le parti Tawassoul s’en est ainsi pris aux propos du président Emmanuel Macron et son gouvernement pour leur persistance à protéger les auteurs de caricatures blasphématoires contre le prophète de l’Islam.
Lundi 26 octobre, la police a dispersé des dizaines de manifestants devant l’ambassade de France, alors que les prêches dans certaines mosquées prennent l’allure d’un haro sur la France et la langue française. Certains milieux en appellent déjà au bannissement du français sur toutes les enseignes, dans tous les supports médiatiques, et même au sein de l’administration. Un enterrement ad aeternum de la Gaule et de tous ses descendants décrété tous azimuts.
Cerise sur le gâteau : vendredi 30 octobre, des centaines de milliers de Mauritaniens, issus de toutes les couches sociales et de toutes obédiences politiques, ont pris part à un gigantesque rassemblement. Savamment préparé la semaine durant par les mouvements islamistes et les partis politiques, la manifestation avait pour unique objet de réclamer "le boycott de France", considérant la sortie du président Macron de « provocation »
De mémoire de Nouakchott, jamais un regroupement n’avait obtenu une telle audience. Raison de cet état de fait : les prêches de la prière de vendredi qui avaient tous porté sur l’événement e qui avaient invité les fidèles à se rendre à la manifestation pour signifier leur rejet des déclarations du président Macron, qui plus ont été rendues publiques la veille de la fête de Maouloud Nebewi consacrant la naissance du Prophète (PSL).Immédiatement après la prière du jour, les manifestants étaient en effet très nombreux à se retrouver sur la place de l’ancien aéroport de la capitale. Sur un fond sonore de hauts parleurs appelant à la « chehada », banderoles, affiches et pancartes volaient dans les airs, portant des inscriptions défendant "la sacralité" du prophète d’islam, dont la personne constitue, selon les manifestants, "une ligne rouge à ne pas franchir".
Près d’une vingtaine de leaders politiques et religieux, des imams et des érudits dont Ould Deddew se relayeront devant une foule en transe. Tous vont revenir les caricatures du Prophète (PSL), notant avec désolation les propos du président français et estimant que celui-ci a tenu des propos contre le prophète Mohamed en appuyant des caricatures ridiculisant sa personne "au nom de la liberté d’expression". Partant, des appels au boycott de la France et aux produits français seront lancés par l’ensemble des orateurs, tous prenant à témoin l’impressionnante affluence du jour, qui selon eux est « une réelle expression du peuple mauritanien »
Ainsi, et depuis, « Parler français » devient même dangereux, tant les yeux pleins de colère qui vous foudroient sont plus meurtriers qu’une Kalachnikov. Sous peu, parler français dans la rue pourrait s’apparenter à un suicide.
Il faut reconnaître que la Mauritanie est encore loin de cette psychose, mais la masse des nationalistes arabes anti-français est de plus en plus pesante sur les décisions à haut niveau, leur présence étant de plus en plus prépondérantes dans les instances supérieures du pays. Un parlementaire de cette obédience est allé jusqu’à demander l’expulsion de l’ambassadeur de la France en Mauritanie, suggérant la rupture des relations diplomatiques avec l’Hexagone.
La France pourra-t-elle résister face à cette levée de bouclier observée dans tous les pays musulmans, y compris les alliés les plus proches, comme le Royaume du Maroc, le Koweït, ou encore la Mauritanie ? La France pourra-t-elle renoncer à l’essentiel de sa substance historique, qu’est la laïcité, la liberté d’expression et surtout, la liberté de blasphémer ? En tout cas, l’ensemble des peuples européens se sont déclarés solidaires de la France dans cette nouvelle guerre des religions, avec la Turquie de Ardogan, qui semble vouloir reconstituer les restes d’un Empire Ottoman qui avait dominé le monde, avant de succomber sous le coup de boutoir de coalitions européennes en 1923.

MOM





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Ould Ghazouany – Ould Abdel Aziz De mal en pis (...)

--------------------------

Vie politique nationale Mais où est passée l’opposition (...)

--------------------------

Vie politique Appel pour l’entame d’un dialogue (...)

--------------------------


   Economie  

Exposition « Terre et Mer », quand le BIT valorise (...)

--------------------------

Phase 2 Projet SWEDD, la Première Dame donne le top à (...)

--------------------------

Comité Régional de Pilotage du Projet SWEDD, la (...)

--------------------------


   Social  

Suppression du pèlerinage à la Mecque Les candidats au (...)

--------------------------

Ne pas occulter le peuple !

--------------------------


   Culture  

« Traversées Mauritanides » lance sa 2ème édition « Hiver (...)

--------------------------

« Décolonisation », le film de Karim Miské en avant (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

A propos des nominations au Commissariat aux droits de (...)

--------------------------

Dénuement général

--------------------------


   Sport  

Bras-de-fer entre Taleb Sid’Ahmed et Ahmed Ould Yahya Le (...)

--------------------------

Des centaines de supporters autorisés à...

--------------------------