Contrepoint | les rapports de l’Etat et la religion

jeudi 2 février 2017
popularité : 0%

« On naît arabe, on ne le devient pas ». Mouammar El Kadhafi. La Mauritanie a toujours eu une lecture antireligieuse de l’islam qu’elle prône, c’est un fait. Voilà un peuple dont l’une des composantes se prend pour le centre du monde, pousse des cris d’orfraie dès que l’on parle de religion musulmane, où que l’on s’interroge sur elle.

Voici un pays qui comme un aveugle se laisse manipuler par le premier arabe venu, jusqu’à le pousser à renier sa propre identité. Ould MKaitir que l’on voue aux gémonies n’a rien fait qu’exprimer sa pensée, il s’est interrogé sur « l’islam » de son pays. Es-ce un mal ? Personne ne doit et ne va toucher à un cheveu de ce forgeron, car les mauritaniens ne sont pas amnésiques.

En 89 des sois disant musulmans ont pu oublier « que la bataille de Badr, au temps du Prophète (PSL) a fait une trêve à cause du mois béni de ramadan », eux ont tué sauvagement leurs prochains noirs de peau en ce mois. Quand on peut en arriver là, à ce stade d’ignorance, on est trop mal placé pour jouer les donneurs de leçons religieuses.

L’islam, c’est la gestion de l’existence de l’autre et elle dit haut et fort « qu’il n’y a pas de contraintes en religion ». Et si la démarche du meilleur d’entre les hommes, a réussi, c’est que sa méthode refusait la contrainte en religion. L’existence de l’autre a une place primordiale dans cette religion, et les islamistes doivent savoir qu’ils vivent dans une société où il y’a d’autres sociétés.

Aussi, si un certain ordre politique ou religieux nous est évident ou sacré, il y a d’autres ordres religieux ou politiques. Dieu nous a rendus différents pour que nous nous connaissions, une vérité avec la volonté de la comprendre, parce qu’intelligible, parce qu’exprimant la nature humaine ; mais aussi la volonté de la gérer.

On doit chercher à comprendre et à accepter la différence de l’autre, au lieu de la dévaloriser ou de la rejeter. Les castes et les tributs ne font pas qu’en religion, votre ordre soit supérieur.

Et tant que l’on considère que son ordre soit supérieur aux autres, on va inéluctablement vers des conflits et problèmes. Car aucun mauritanien n’a un mandat électif pour dire ou ne pas dire, faire ou ne pas faire, quand on peut tuer de sang-froid son prochain du simple fait de sa couleur de peau et de sa caste.

Si l’islam qui est une religion de paix, est l’objet principal de notre raison de vivre, on s’accepterait entre nous. Mais que voyons-nous, une religion facteur de distinction entre les personnes, de différenciation de leur droit que ce soit dans le sens positif ou négatif. Le rejet de toute discrimination fondée sur la religion entraine l’abrogation de statuts particuliers, le découplage de la citoyenneté et de la religion.

L’égalité de droit est incompatible avec la valorisation privilégiée d’une croyance. C’est à la puissance publique de le montrer en étant neutre sur le plan confessionnel, par l’instruction, et développer, l’exercice automne du jugement, afin que tous apprennent à vivre ensemble, leur conviction sans fanatisme (comme c’est le cas), ni intolérance.

ADN

cridem





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

Mauritanie : les autorités ordonnent la fermeture du (...)

--------------------------

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------