Edito : Aziz n’a pas changé la Mauritanie | Par Dia El Hadj Ibrahima

jeudi 8 juin 2017
popularité : 0%

Sous son magistère, des routes ont poussé. L’offre énergétique a doublé. Le projet Afout Sahel est enfin parvenu à Nouakchott. Un aéroport international de classe internationale a été construit par le secteur privé c’est extrêmement important pour un pays africain- local.

Longtemps vache laitière, Nouadhibou a accueilli le plus grand centre de conditionnement de poisson de Mauritanie. Au grand dam, faut-il le rappeler, de l’opposition. La Zone franche est venue donner à toute une région la valorisation de son potentiel.

Une compagnie aérienne de dimension internationale désenclave le pays et certaines villes de l’intérieur. Et, fait important, nous assistons à un retour timide mais réel de la Mauritanie dans le giron de la CEDEAO.

Mais, en dépit de ses orientations stratégiques fondées sur la relance économique par l’édification des infrastructures de base, Mohamed Ould Abdel Aziz n’a pas changé fondamentalement ce pays. Élu en 2009, le président s’est heurté dés le premier jour de son mandat à une opposition regroupée qui lui rappelait le passif du coup d’Etat perpétré une année plutôt, lors de la "rectification" du mois d’août 2008.

La réélection brillante du président en 2014 est entachée par le boycott persistant de la même opposition. Et c’est là l’un des premiers échecs de l’homme fort de Nouakchott. À aucun moment, il n’a pu nouer un dialogue avec ces forces politiques incarnées par des figures charismatiques qui dirigent leurs formations politiques sans discontinuité depuis plus de 20 ans.

L’autre échec du président concerne la cohabitation nationale. Un bon élan avait pourtant été noté lors de la fameuse prière de Kaédi, suivie par un processus de réparation des victimes des pogroms des officiers noirs mauritaniens durant la période sombre. Mais là aussi, l’intention a été progressivement rattrapée par la réalité complexe d’une Mauritanie multiethnique qui n’a pas le même rapport avec sa culture et son passé récent et lointain.

Autant sur le premier échec, le Raïs a été neutralisé par une opposition qui résume son analyse du pays en général autour des enjeux électoraux, autant sur le second point, il s’est heurté au mur inerte de son propre camp. Ni l’armée ni l’élite civile au pouvoir n’entendent rouvrir un dossier aussi compromettant et qui ne serait pas sans conséquences pour certaines grandes figures.

La Mauritanie n’a donc pas fondamentalement changé. Le nationalisme panarabiste a accéléré son agenda hégémonique d’arabisation totale au mépris de l’histoire, de la culture et de la volonté des composantes multiples du pays. En l’absence d’une opposition forte engagée sur ces dossiers, la société civile a pris le relais. Le mouvement IRA s’est transformée en une force politique active.

Sur ce dossier, il aura manqué au Président, un soutien franc au sein de son propre camp. Nous l’avons vu progressivement sous influence des islamistes responsables du dossier cas déplorable du Jeune forgeron. Nous l’avons vu aussi sous influence du nationalisme panarabiste inactif face au naufrage de l’école publique et responsable d’un processus d’enrôlement biométrique qui a viré à la stigmatisation ethnique. L’idée était pourtant bonne de sécuriser le fichier National pour faire face à une guerre totale contre le terrorisme.

Au final, Aziz n’a pas changé la Mauritanie. L’amélioration de l’environnement des affaires devrait être couplée avec le respect des droits de l’homme et des diversités. Il ne s’agit ni de défendre les uns, encore moins les autres. Il s’agit de la Mauritanie dans toutes ses dimensions, grandes par la géographie, l’histoire et la culture diverse.

Dia El Hadj Ibrahima
Les Mauritanies





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

« Va-t-on laisser les justes, comme Ould Ghadde, (...)

--------------------------

Communiqué

--------------------------

Les députés appellent, depuis le parlement, à un troisième (...)

--------------------------


   Economie  

Le nouvel ouguiya Il n’y a pas assez d’argent !

--------------------------

Si ce n’est une dévaluation… 10 UM de plus, ce sont 100 UM (...)

--------------------------

Nouvelle Ouguiya Des problèmes tous azimuts

--------------------------


   Social  

Presse privée Le bout du tunnel ?

--------------------------

Congrès de l’UNPM : Communiqué de Maître El Yezid (...)

--------------------------


   Culture  

Communiqué de presse : Tasiast intensifie son appui au (...)

--------------------------

Houleye, le samedi soir à Nouakchott

--------------------------


   International  

Guinée équatoriale : tentative de coup d’État déjouée (...)

--------------------------

Après avoir été grâcié, Fujimori demande "pardon"...

--------------------------


   Médias  

La journée de Lutte Contre les Violences Faites aux (...)

--------------------------

Regroupement de la Presse Mauritanienne (RPM) (...)

--------------------------


   Sport  

CHAN 2018 : La Mauritanie sombre devant le Maroc (...)

--------------------------

CHAN 2018 : Corentin sort sa liste des 23, Ahmed Yahya (...)

--------------------------