Etat de droit Qu’est-ce qui a poussé Ould Merzough à taper sur la table ?

lundi 28 septembre 2020
popularité : 0%

« Aucun citoyen ne sera en marge de la loi ni ne se placera au-dessus d’elle. Elle sera appliquée dans toute sa rigueur, mais dans le strict respect des procédures qu’elle définit ». Tel est le message envoyé vendredi par le ministre de l’Intérieur à l’endroit de l’ex-président Ould Abdel Aziz et ses compagnons, cités dans le Rapport de la Commission Parlementaire, mais aussi leurs soutiens politiques et tribaux qui croient pouvoir défier l’Etat.

Le Ministère de l’Intérieur Mohamed Salem Ould Merzough est sorti de ses gongs vendredi dernier. Dans un communiqué publié ce jour, il a décidé de « remettre les pendules à l’heure » à l’endroit de l’opinion nationale et plus particulièrement en direction de l’ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz, ses proches et ses soutiens, qui se croiraient « intouchables » malgré qu’ils soient visés par une enquête parlementaire pour « mauvaise gestion des biens publics, corruption, haute trahison dans des faits s’étant produits lors des dix dernières années de la présidence du dernier Régime ». En effet, au-delà de la littérature développée à l’occasion, portant sur les intentions affichées par le gouvernement de respect des principes fondamentaux de la démocratie et de l’Etat de droit, la sortie ministérielle visait surtout à exprimer la volonté du Régime actuel, de mener à terme l’enquête parlementaire, remettre les populations en confiance et rétablir à l’occasion, l’Autorité de l’Etat.
Il faut dire qu’après l’intense campagne médiatique qui a accompagné le travail de la Commission parlementaire et celui de la police judiciaire conduisant à l’interpellation de l’ex-président, de plusieurs de ses anciens collaborateurs et/ou membres de sa famille, au grand bonheur des populations pressées de voir l’enquête aboutir -éventuellement, les « biens corrompus restitués »-, les « choses » semblaient se tasser, au préjudice du gouvernement in fine, soupçonné de « collusion » avec l’ex-régime, le cas échéant « d’incapacité » d’affronter celui-ci de face. La première considération qui joue en faveur de Ould Abdel Aziz dans ce rapport de force est sans nul doute, l’image du « guerrier intrépide » qu’il essaie de véhiculer face à celle du « marabout » incarnée par son ex-camarade, le président de la République. Dans la foulée, en refusant d’abord de déférer à la convocation de la Commission Parlementaire puis en s’abstenant ensuite de s’exprimer lors de l’interrogatoire de la police judiciaire, l’ex-président est bien parvenu à marquer les esprits, prouvant à l’endroit d’une grande partie de la population, qu’il détenait encore un pouvoir réel qui lui permettait d’affronter sans crainte et sans dommages l’Autorité publique. Les sorties lyriques de son pôle d’avocats louant ces différents refus, le lobbying soutenu de ses proches politiques et tribaux véhiculant l’image d’un homme qui gardait encore toute la puissance acquise au bout de ses onze années de règne, finiront par persuader l’opinion que « Ould Abdel Aziz ne craignait ni pour sa fortune gigantesque, ni pour sa liberté ». Et le déplacement qu’il effectuera dans la ville de Benichab il y a quelques jours viendra renforcer cette image de « puissance », d’autant que l’homme avait été interdit par la justice, de quitter Nouakchott.
Devant un tel état de fait et alors que le processus d’enquête et de jugement entamé par la Commission Parlementaire semblait afficher de réels signes de stagnation, voire de désistement, allant jusqu’à créer le doute chez une bonne partie de la population, le ministre de l’Intérieur se devait de réagir. Pas, comme le soulèvent certains de ses détracteurs, par esprit de vengeance à l’endroit d’un homme qui l’a combattu avant de l’utiliser et qui a fait de sa destitution de ses fonctions actuelles, une des conditions de réconciliation éventuelle avec le président actuel ! Si Ould Merzough a réagi avec tant d’autorité réitérant la volonté de son gouvernement de combattre l’impunité, c’est bien parce que la situation socio-politique l’exige : depuis sa dernière sortie à France 24, l’ex-président est de plus en plus considéré comme une cible politique. Et son ancien compagnon de route, le président actuel, n’ignorerait rien de sa fortune. Tel est en tout cas, le message qu’il est parvenu à faire passer et qui lui a valu des soutiens aussi bien en Mauritanie qu’auprès de partenaires étrangers du pays.

Oumar El Moctar





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Moustapha Limam Chaavi à Nouakchott, le retour (...)

--------------------------

Moustapaha Limam Chaavi à Nouakchott !

--------------------------

OVID-19 : Macron impose un couvre-feu en Île-de-France (...)

--------------------------


   Economie  

Le plan de relance économique, un choix stratégique pour (...)

--------------------------

Kinross Tasiast remet au Gouvernement mauritanien un (...)

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------


   Social  

HRW réclame la libération d’individus arrêtés pour (...)

--------------------------

Appel à surveiller samedi soir, l’apparition du croissant (...)

--------------------------


   Culture  

« Décolonisation », le film de Karim Miské en avant (...)

--------------------------

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------


   International  

Mali : Ibrahim Boubacar Keïta libéré ce jeudi à 3 h du (...)

--------------------------

Liban : le ministre des Affaires étrangères, Nassif (...)

--------------------------


   Médias  

Après la convocation par la police chargée des...

--------------------------

AQMI, après le faste, ils "font" la fête

--------------------------


   Sport  

Match Sénégal – Mauritanie De l’électricité dans l’air (...)

--------------------------

Le Ministère des Sports crée un comité d’appui technique (...)

--------------------------