La crise entre le Qatar et ses voisins continue

jeudi 22 juin 2017
popularité : 0%

Etudiants, chefs d’entreprises ou citoyens mariés et installés, tous les Qataris installés dans les trois pays du Golfe qui ont coupé tout lien avec le Qatar ont dû quitter Bahreïn, l’Arabie saoudite ou les Emirats.

Ils avaient 14 jours pour rentrer dans leur pays : l’échéance est tombée ce lundi 19 juin. En retour, tous les ressortissants du Bahreïn, de l’Arabie saoudite ou des Emirats avaient aussi 14 jours pour rentrer dans leurs pays.

Cette décision administrative plonge de nombreuses familles dans le désarroi. Le Comité national des droits de l’homme au Qatar a enregistré autant de plaintes en deux semaines que normalement en un an de travail.

Avec notre envoyée spéciale à Doha, Angélique Férat

Ambiance d’effervescence en pleine nuit. Des familles, des individus, sont reçus chaque soir jusque tard dans tous les bureaux du bâtiment. L’un vient parce qu’il ne peut plus atteindre sa ferme d’élevage de chameaux en Arabie saoudite, un autre se plaint que le mariage de sa sœur avec un Saoudien va devoir être annulé. Elle pourrait avoir un visa spécial mais la famille ne pourra pas assister aux célébrations.

Naif, lui, est en 2e année de droit à l’université d’Ajman dans les Emirats. Ou plutôt il l’était jusqu’à la mi-juin. « On a appris par les réseaux sociaux que le gouvernement des Emirats demandait à tous les Qataris de quitter le pays dans un délai de 14 jours, raconte-t-il. C’est un choc, c’était aussi un peu la peur. J’étais dans mon année de diplôme. Aujourd’hui j’ai perdu presque 3 années d’études. Et ça m’a couté beaucoup d’argent pour rien à l’arrivée. »

En parallèle, 13 000 familles vivant au Qatar ont été appelées à rentrer dans leurs pays par les autorités de leur pays. Bahreïn menace d’enlever la nationalité à ceux qui sont restés au Qatar après le 20 juin. L’Arabie saoudite promet la prison. Alors certains ont peur, et tous d’admettre que jamais au grand jamais ils n’auraient pensé que ça irait aussi loin.

RFI





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

La triste baguette de l’année 2018

--------------------------

En attendant la présidentielle… Equation à une (...)

--------------------------

Démission massive du parti de l’opposition, l’Alliance (...)

--------------------------


   Economie  

Mauritanides Tasiast Mauritanie, au service de (...)

--------------------------

Pétition signée par le Chef de l’Etat et Prix du meilleur (...)

--------------------------

La rivière de M’Silé en Assaba, un modèle de gouvernance (...)

--------------------------


   Social  

Pouvoir citoyen dans des communautés de base

--------------------------

Condoléances du Conseil municipal de Rosso à la famille (...)

--------------------------


   Culture  

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------

Les doits de l’enfant à l’Assemblée nationale mauritanienne

--------------------------


   International  

FATIMATA SY, DIRECTRICE DE L’UNITE DE COORDINATION DU (...)

--------------------------

A Ouagadougou, les féministes ouest-africaines adressent (...)

--------------------------


   Médias  

Conférence à Nouakchott sur les relations maroco-mauritanienne

--------------------------

28 novembre Horrible anniversaire

--------------------------


   Sport  

CAN 2019 : l’Egypte et l’Afrique du Sud seules (...)

--------------------------

Le Maroc ne veut pas de la CAN

--------------------------