La loupe du Rénovateur : Et si Aziz démissionnait en 2017 ?

lundi 7 novembre 2016
popularité : 0%

Question : Aziz « verrouillé » par la constitution envisage-t-il de démissionner en 2017 ?. Une question qui pourrait faire tiquer certains dans le contexte actuel.

Pourquoi seulement maintenant se demanderait d’autres ? La réponse est que la politique a elle aussi « des raisons que la raison ne connait pas ». Les contingences politiques, les événements impromptus et bien d’autres retournements de situations sont autant de phénomènes transcendant la volonté de l’homme.

A l’heure actuelle ce ne sont pas les agitations de la mer politique, moins la crise économique ou la météo sociale qui prédisposeraient à une telle éventualité. Si la chute de Sidioca a eu comme point de départ une fronde parlement orchestrée par son tombeur, un tel scénario ne serait pas envisageable avec le courroux des sénateurs.

L’énigme est à rechercher où ? Aziz démissionner, C’est quel scénario ça ? Allons suivre le fil conducteur…

Depuis son arrivée au pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat jusqu’à son élection en 2010, Aziz aura préparé le terrain pour rester aussi longtemps au pouvoir et gérer les affaires à sa volonté. Il manœuvrera dans tous les sens pour y parvenir. Ce qui lui donnerait le temps de préparer sa retraite dorée avec la pléiade des généraux qui gravitent autour de lui.

Pour ce faire, il s’est rapproché trop tôt de Messaoud Ould Boulkheir, de Boidiel et de manière furtive de Ibrahima Sarr, de Kane Hamidou Baba sans succès avec ces deux derniers. Le tout pour isoler l’opposition radicale, laquelle ayant, au sortir des accords de Dakar comprit enfin la vraie tactique de leur adversaire Aziz. Un premier dialogue appelé journées de concertations est lancé sans la participation de l’opposition réunie au sein de la COD. Les résolutions finales du conclave ne touchent pas à la constitution.

Elles seront passées en conseil des ministres, puis expédiées au parlement pour approbation. Loin de parvenir à casser la détermination de l’opposition qui réclame son départ et pris en étau par la grogne sociale , des mouvements de contestations , TPMN , IRA , 28 février et bien d’autres vagues de mécontentements , Aziz sera victime d’un « mauvais sort » avec le tir ami dont le mystère reste total. Le pays passera deux mois sans président. Avec des rendez –vous médicaux réguliers.

Le pouvoir sera géré discrètement par son fidèle ami, le Général Ghazouani. Ses adversaires politiques observent un temps de compassion et de solidarité en se contentant juste de demander la publication d’un bulletin médical sur la santé du Rais. Quant tout rentrera dans l’ordre, l’opposition reprend du poil de la bête en demandant de nouveau le « Rahil » comme aux premiers moments du printemps arabe. La Mauritanie sera épargnée par ce vent des changements révolutionnaires. Seul maitre à bord, Mohamed Ould Abdel Aziz gère un pouvoir en mal de popularité, exposé aux intrusions terroristes.

L’armée est remise à niveau sur le plan de la formation et des équipements modernes pour sécuriser le pays contre l’utilisation de son vaste territoire comme base arrière. Deal réel ou supposé avec les Djihadistes ? la Mauritanie a pu gagner la « guerre par procuration » contre les terroristes. Elle sera même sollicitée par le G5 dont elle abrite le siège permanent pour jouer un rôle dans la lutte et la prévention contre le terrorisme.

Et fort de son statut de président de l’UA, Aziz profitera de cette opportunité pour conforter son image de leadership dans la lutte contre le terrorisme dans la sous-région. La tenue en Mauritanie du dernier sommet arabe fut une occasion de porter le brassard du capitaine de la ligue après celui de l’UA.

Sur le plan intérieur, l’homme fort de Nouakchott en proie à une crise économique, avec à la clé une dévaluation inavouée officiellement mais imposée par les autorités monétaires internationales. Lors de la dernière élection présidentielle il se fera plébisciter dans un scrutin boycotté par l’opposition radicale. Isolé et impopulaire, Aziz se lance dans les grands chantiers structurants alors que le géant minier est en difficulté, l’or en chute libre, le secteur halieutique en déprime. Sentant la solitude sur le front intérieur, Aziz scrute l’horloge de son dernier mandat.

Le dialogue politique dont il est le commanditaire et qui s’est tenu sans l’opposition a été l’occasion de trouver une porte de sortie pour mettre fin aux rumeurs, lui qui voulait faire sauter le verrou limitant les mandats à deux. Non sans remords. Que lui restera comme carte entre les mains ? Démissionner avant 2019 pour ouvrir la voie à une élection présidentielle anticipée avant l’heure en vue de se consacrer à la préparation de son retour. Démissionner en 2017 pour revenir en en 2022 soit 5 ans après au lieu de se représenter en 2024 ?

CTD

Le Rénovateur Quotidien





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Bric-à-brac à l’Exécutif et au bout… un boulevard vers la (...)

--------------------------

Investiture de Ghassem Bellali, « La Mauritanie D’Abord (...)

--------------------------

Les militaires mauritaniens ne lâcheront pas le (...)

--------------------------


   Economie  

Le Maroc exporte plus que 60% de ses produits laitiers (...)

--------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE TASIAST POURSUIT SON APPUI A LA (...)

--------------------------

Les PPP en Mauritanie Vers l’effectivité des projets

--------------------------


   Social  

Des fleurs déposées sur les tombes de soldats britanniques à

--------------------------

Les militants d’IRA préparent un sit-in le 15 novembre, (...)

--------------------------


   Culture  

Stan Lee est mort, la légende de la bande dessinée avait (...)

--------------------------

Oscar des vacances ou le talent caché des jeunes (...)

--------------------------


   International  

Sport Fichage ethnique : Roxana Maracineanu laisse une (...)

--------------------------

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Coupe nationale de football, Brahim Souleymane offre le (...)

--------------------------

La Mauritanie accueille la coupe d’Afrique des moins de (...)

--------------------------