Le G5 Sahel en conclave à Nouakchott

mardi 30 juin 2020
popularité : 0%

Pour un redéploiement des forces et des moyens
Le sommet du G Sahl s’est tenu mardi à Nouakchott. Ce fut exactement cinq mois après sa dernière tenue dans la capitale mauritanienne et six mois après le sommet de Pau (France). Il s’est agi d’évaluer le chemin parcouru depuis, mais aussi de réfléchir sur les moyens devant être déployés d’une part et de l’autre de voir comment intensifier la lutte antijihadiste pour venir à bout des groupes terroristes qui écument la région.
Le conclave entre les Cinq chefs d’Etat des pays du Sahel et président français s’est aussi pencher sur le contexte de dégradation généralisée de la situation sécuritaire des pays sahéliens. Dans l’optique d’y faire progresser la paix et la sécurité.
Il faut dire que plus que jamais, la région est particulièrement meurtrie par la pauvreté et confrontée aux simultanément aux attaques des organisations jihadistes et à la pandémie du coronavirus.
Le programme de rencontre des chefs d’Etat s’est déroulé en un seul jour. Il comprend un échange de discours à huis-clos et une séance de travail en visioconférence avec des chefs d’Etat et de gouvernement de pays et d’organisations membres de la coalition pour le Sahel, dont le président du Conseil européen Charles Michel, la chancelière allemande Angela Merkel, le président du Conseil italien Giuseppe Conte et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, a précisé l’Elysée.
Faut il noter que dans la sous région du Sahel, la situation sécuritaire est aujourd’hui très précaire, avec des attaques jihadistes récurrentes et des violences intercommunautaires qui ont fait 4.000 morts en 2019, cinq fois plus qu’en 2016 selon l’ONU.
Depuis Pau et l’envoi de 500 militaires français supplémentaires, l’opération Barkhane et ses partenaires sahéliens ont multiplié les offensives dans la région, en particulier dans la zone dite "des trois frontières" entre Mali, Burkina Faso et Niger, sanctuaire du groupe Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS).
D’autres opérations ont également été menées dans le centre du Mali et le nord du Mali, où les forces françaises ont tué début juin le leader d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l’Algérien Abdelmalek Droukdal. Pour autant, les Jihadistes continuent d’écumer la région. Ces dernières semaines, ils ont réussi de nombreuses attaques ciblant en particulier des villages enclavés mais aussi des routes peu utilisées par les forces de sécurité.et réussissant à massacrer autant de militaires que de civils. C’est d’ailleurs lors de leurs pérégrinations, qu’ils ont réussi à enlever l’ancien Premier ministre malien Soumeila, alors en tournée de campagne électorale, qu’ils détiennent depuis, en otage. Autre question qui sera abordée par les Chefs d’Etat, celui du financement des bailleurs internationaux. Lors du sommet tenu le 24 février dernier à Nouakchott, les présidents Mohamed Ould Ghazouani, Idriss Déby Itno, Mahamadou Issoufou, Ibrahim Boubacar Keïta et Roch Marc Christian Kaboré avaient déploré que les promesses de financement des bailleurs de fonds internationaux n’aient pas été honorées. Engagement avaient été tenu par ceux-ci de mettre à la disposition des forces du G5 Sahel davantage de moyens. La promesse a-t-elle été tenue ?

Au terme du sommet, il a été décidé de renforcer la lutte anti-terroriste dans le Zone des trois frontières entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger, suivant les recommandations au Sommet de Pau en France, tenu en janvier.

C’est ainsi que le président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani a salué les progrès réalisés depuis le sommet de Pau : « En janvier dernier, nous avions annoncé la mise en place de la "Coalition pour la Sahel", articulée autour de quatre axes, à savoir la lutte contre le terrorisme ; le renforcement des capacités des forces de défense et de sécurité ; l’appui au retour de l’Etat dans les zones de crise et l’aide au développement. Aujourd’hui, nous sommes rassurés de constater que ce cadre a permis de réaliser des progrès significatifs. En effet, sans vouloir revenir sur le bilan, je signalerai la conduite des opérations militaires, en particulier la mise en place du mécanisme de commandement conjoint à Niamey qui permet, actuellement, le bon déroulement de l’opération d’envergure Sana »
MOM





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Crever l’abcès

--------------------------

Du refus du dialogue… politique

--------------------------

Protéger les travailleurs migrants depuis et vers la (...)

--------------------------


   Economie  

Les dépotoirs de Nouakchott, les incidents de Tivirit (...)

--------------------------

Des routes, des ponts et de l’emploi, l’ambitieux (...)

--------------------------

Lancement de la première enquête sur la protection (...)

--------------------------


   Social  

L’heure est au partage du gâteau

--------------------------

Arafat ne veut pas de ses nouveau-nés

--------------------------


   Culture  

« Traversées Mauritanides » lance sa 2ème édition « Hiver (...)

--------------------------

« Décolonisation », le film de Karim Miské en avant (...)

--------------------------


   International  

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------

Mali : Ibrahim Boubacar Keïta libéré ce jeudi à 3 h du (...)

--------------------------


   Médias  

Covid-19 : l’initiative Covax pour vacciner les pays (...)

--------------------------

Pandémie du covid-19 La Mauritanie se porterait (...)

--------------------------


   Sport  

Demi-finales CAN U20 - Mauritanie Les Mourabitounes en (...)

--------------------------

CAN U 20 : la Mauritanie perd sur le fil face à (...)

--------------------------