Le temps des : « Initiatives pour un 3ème mandat » !

jeudi 20 octobre 2016
popularité : 0%

Les partisans du 3ème mandat se sont fait entendre avec fracas lors des débats en cours au Palais des Congrès de Nouakchott pendant ces deux semaines de dialogue dont l’issue reste encore incertaine. Des prémices apparaissent déjà qui indiquent l’enclenchement de vastes campagnes en gestation, voire d’instructions pour la mise en place « d’Initiatives populaires en faveur du 3ème mandat ». Il s’agirait de campagne de sensibilisation des populations de l’ensemble des régions du pays, sur l’impératif d’un 3ème mandat au profit du président sortant. Soutenues par des proches du Président de la République, des membres du gouvernement, des généraux de l’armée et par un grand nombre de chefs de tribus et de religieux, ces campagnes pourraient se feraient en même temps que la campagne référendaire. En amont, une autre campagne serait menée, qui vise-t-elle, le président de la République. D’ailleurs, le coup d’envoi de cette opération serait déjà donné par le département de Moudjéria au Tagant. Telle une épidémie, elle pourrait s’étendre dans les journées à venir dans les quatre coins du pays. L’objectif est de faire pression sur le président Mohamed Abdel Aziz pour le mettre devant le fait accompli, celui d’une « demande populaire » destinée à le maintenir au pouvoir. L’homme serait un messie dont la présence est nécessaire pour l’existence du pays. Sans lui, ce serait le déluge. D’ailleurs, dans les propositions présentées par l’UPR dans le cadre d’une révision constitutionnelle, il lui est attribué les prérogatives de convoquer quand il le désire un référendum constitutionnel. Déjà, le terrain lui est déjà balisé par des constitutionnalistes, à l’image du professeur Vadili Ould Raïss (un des rédacteurs de la présente constitution) qui trouve « anticonstitutionnel », le serment prêté par le président Mohamed Abdel Aziz qui a juré en substance qu’il n’aidera ni directement ni indirectement à tout changement de la Constitution. D’autres juristes se seraient aussi lancé dans des interprétations sur la fragilité des verrous, que certains d’entre aux avaient pourtant aidé à mettre en place, pour rendre possible l’alternance pacifique au pouvoir.

C A





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------

Elections du 1er septembre : Le parti El Moustaqbel dit (...)

--------------------------


   Economie  

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------

Leadership et éclairages sur le système bancaire en (...)

--------------------------


   Social  

Sit-In contre les inondations à Bassiknou

--------------------------

Mauritanie : Bouamatou s’engage aux côtés de l’opposition

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------

Sénégal : Khalifa Sall révoqué par Macky Sall de son mandat (...)

--------------------------


   Médias  

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------

Voilà pourquoi Horizons et Chaab ne paraissent (...)

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------