O. Abdel Aziz au journal « Le Monde » : Satisfait des résultats de l’approche sécuritaire dans le pays, N’est pas candidat à un troisième mandat

mardi 13 décembre 2016
popularité : 0%

Dans l’interview accordée au journal français « Le Monde » le président Mohamed O. Abdel Aziz a nié l’existence d’un accord secret avec Al Qaida de même que la présence de forces françaises dans le pays.

Il s’st déclaré satisfait des résultats de la stratégie sécuritaire mise en place par le paye en 2008 qui a su lui éviter les attaques terroristes depuis 2011, une approche a dit O. Abdel Aziz qui sera poursuivie.

Il a ajouté que la Mauritanie a souffert pendant plusieurs années de la faiblesse de son armée et ses appareils sécuritaires, ce qui l’avait amené à les réorganiser pour les adapter à sa nouvelle mission, celle de lutter contre le terrorisme.

« Nous avons également combattu l’extrémisme afin de rompre le lien les terroristes à l’extérieur et les mauritaniens » a encore dit le président Aziz.

Il a démenti de nouveau tout accord secret de trêve avec Al Qaida rappelant que le pays avait été l’objet d’attaques terroristes après cette date.

Il a démenti par ailleurs les allégations selon lesquelles le pays aurait versé 30 millions de dollars à ce mouvement et réaffirmé que les terroristes arrêtés sont toujours détenus dans des zones éloignées dans le pays.

« Nous combattons les terroristes et nous n’avons jamais négocié avec eux et nous ne leur avons jamais payé de rançons » a dit le chef de l’état mauritanien.

Le président Mohamed O. Abdel Aziz a nié toute relation de son pays avec l’opération française « Barkhane » mise sur pied depuis deux ans au Sahel de même que la présence de bases françaises en Mauritanie.

Il reconnait cependant l’existence de relations solides avec l’armée française et les renseignements français mais pas l’opération « Barkhane ».

Alors que le journaliste rappelait au président la présence dans le pays de membres des forces spéciales françaises, le président O. Abdel Aziz l’a interrompu pour lui dire que ces militaires étaient en Mauritanie pour former les soldats ce qui est différent des bases militaires.

« Nous n’en avons pas besoin et la France ne l’a jamais demandé. Les français n’ont jamais combattu en Mauritanie » a enfin déclaré Mohamed O. Abdel Aziz.

Au cours de cet entretien, le chef de l’état a réaffirmé qu’il ne briguait pas un troisième mandat.

« Il reste des choses encore à faire mais d’autres personnes peuvent les faire a notamment déclaré le président mauritanien lors de cette interview avec l’envoyé spécial du journal français « Le Monde ».

Sahara Medias





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Mohamed O. Maouloud à l’ouverture de la campagne : « les (...)

--------------------------

Le pari ADIL : « nous nous sommes opposés au coup d’état (...)

--------------------------

Ambiance et « bons risques » de la campagne électorale

--------------------------


   Economie  

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------

Leadership et éclairages sur le système bancaire en (...)

--------------------------

Le « Poisson de Aziz Du simple au double !

--------------------------


   Social  

Affaire de la balle de Twela Condamnés à six mois de (...)

--------------------------

La Mauritanie et l’extrémisme

--------------------------


   Culture  

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------

Concert à Nouakchott, Coumba Gawlo fait le plein au (...)

--------------------------


   International  

Les observateurs européens aux élections maliennes : « (...)

--------------------------

Mali : Soumaïla Cissé rejette par avance les résultats de (...)

--------------------------


   Médias  

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------

Voilà pourquoi Horizons et Chaab ne paraissent (...)

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------