Sommet de l’OIF 2016 : un tour de chauffe pour celui de l’Union africaine de janvier

mardi 29 novembre 2016
popularité : 0%

Deux candidats à la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA), Abdoulaye Bathily et Moussa Faki Mahamat, ont fait campagne en coulisses, tandis que le Maroc a continué d’évaluer le nombre de ses soutiens pour un retour au sein de l’organisation.

Pour le Sénégalais Abdoulaye Bathily, le sommet de la Francophonie, à Antananarivo, les 26 et 27 novembre, fut une étape de plus dans le long marathon de sa campagne au poste de président de la Commission de l’Union africaine (UA).

Le diplomate sénégalais, qui était déjà présent à la Cop 22, à Marrakech, mi-novembre, s’est ensuite rendu à Addis-Abeba, avant de faire ce crochet de deux jours à Madagascar. Il doit ensuite se rendre au Mozambique, puis en Afrique du Sud, avec le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye.

Front francophone divisé

Dans la course à la présidence de la commission de l’UA, qui doit être tranchée lors du sommet d’Addis-Abeba en janvier prochain, toutes les occasions sont bonnes pour se faire connaître des présidents-électeurs. Et le sommet de l’OIF en était évidemment une. Le ministre tchadien des Affaires étrangères, Moussa Faki Mahamat, était d’ailleurs également présent.

Avec ces deux candidatures issues de membres de l’OIF (et même trois, si l’on y ajoute l’Équato-Guinéen Agapito Mba Mokuy, qui n’était pas présent au sommet d’Antananarivo), le front francophone arrivera donc divisé au sommet d’Addis-Abeba en janvier prochain. C’est un handicap, surtout si la ligne de fracture francophone / anglophone, qui a joué à plein dans l’élection de Nkosazana Dlamini-Zuma, en 2012, est réactivée. Mais aucune tentative de conciliation n’a eu lieu entre ces deux hommes qui se connaissent bien (Bathily a été représentant spécial de l’ONU en Afrique centrale). Chacun croit, en effet, fermement en ses chances et leurs chefs d’État respectifs les soutiennent à plein.

Présent à Antananarivo, le président sénégalais, Macky Sall, a ainsi évoqué la candidature de son protégé lors de ses entretiens bilatéraux. Le président tchadien, Idriss Déby Itno, en a fait de même. Mais il a pour lui un avantage supplémentaire : il est sera président en exercice de l’UA jusqu’à la fin du sommet d’Addis-Abeba.

35 à 40 retours positifs pour le Maroc

À Tana, le Maroc était également en préparation du sommet d’Addis, mais pour d’autres raisons : c’est à cette occasion qu’il devrait faire son retour au sein de l’UA. Pour cela, il devra obtenir la majorité des voix des États membres. Le sommet de l’OIF était donc également pour lui une occasion de mesurer son niveau de soutien, d’autant que son rival algérien, bien que non-membre de l’organisation francophone, y était invité.

Pour autant, le roi, Mohammed VI n’a pas cru bon d’apparaître au sommet : il a quitté Antananarivo le 26 novembre au matin, avant même son ouverture. « Ce n’était pas vraiment l’enjeu de ce sommet », confiait le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, en coulisses. « Il y a une procédure, elle est enclenchée. La réponse des pays membres est claire. Je crois qu’il y a 35 à 40 retours positifs. Donc c’est une simple formalité. »

Pierre Boisselet

Jeuneafrique





Commentaires

Logo de Zzin
mardi 29 novembre 2016 à 19h03 - par  Zzin

Peut être que le temps des sages en Afrique est revenu ; et beaucoup se demande pourquoi les resppnsables algériens et Kaddafi ont changer le nom de l’organisation africaine.
Il n’est crédible d’être jaloux vis à via des leaders africains comme Mohame qui ont respecté et reconnu le poids et la valeur du soutien des voisins en terre, arme et personnes .
Occuper leurs terres est une erreur grave et qui n’a d’égale que les manips le long de 42 ans des responsables algériens qui soutiennent des marocains en otages à tindouf , tindouf est une terre marocaine en otage par Alger.
Il faut définir la colonisation et un pays colonisateur est celui qui occupe une terre qui n’est pas sienne même s’il voisin et s’il n’est pas de l’occident.
Si l’Algérie lutter pour le bien des marocains sahraouis, elle les laisse choisir librement l’endroit où ils vivent et le droit de s’exprimer librement et surtout les recenser et les faire bénéficier de la carte de réfugié.
Les otages de tindouf est une source économique de part les aides collectées et qui sont détournées et soumises à des impôts par le gouvernement algérien ,leurs enfants ont été transférés à Cuba et en Espagne pour les obliger à rester dans ces camps/




New Page 1

Le Journal



   Politique  

3ème Congrès d’IRA, une césarienne en période d’exception

--------------------------

La Mauritanie post-2019 recherche leader politique (...)

--------------------------

« Va-t-on laisser les justes, comme Ould Ghadde, (...)

--------------------------


   Economie  

ROSA et SUN-Mauritanie inquiets face à la situation (...)

--------------------------

Gaz Sénégal-Mauritanie : une affaire plus grosse que les (...)

--------------------------

Le nouvel ouguiya Il n’y a pas assez d’argent !

--------------------------


   Social  

Pétition

--------------------------

Marche et répression contre IRA : le président Birame Dah (...)

--------------------------


   Culture  

6ème édition Festival Sagesses Populaires : une nouvelle (...)

--------------------------

Communiqué de presse : Tasiast intensifie son appui au (...)

--------------------------


   International  

Mort du pêcheur sénégalais : Macky attendu à Nouakchott et (...)

--------------------------

Guinée équatoriale : tentative de coup d’État déjouée (...)

--------------------------


   Médias  

La journée de Lutte Contre les Violences Faites aux (...)

--------------------------

Regroupement de la Presse Mauritanienne (RPM) (...)

--------------------------


   Sport  

Affaire du transfert des joueurs de la Concorde : le (...)

--------------------------

CHAN 2018 L’heure du bilan des Mourabitounes

--------------------------