Affaire de la balle de Twela Condamnés à six mois de prison

mardi 14 août 2018
popularité : 0%

La Cour pénale de Nouakchott-sud a condamné l’opposant et ex-sénateur Mohamed Ould Ghadda et son codétenu, l’ancien sergent de l’Armée, Mohamed Ould Mohamed Mbarek, à 6 mois d’emprisonnement dont 3 fermes.

Ould Ghadda et Ould Mohamed Mbarek ont été reconnus coupables de « calomnie » suite à la publication d’une vidéo du sergent niant la version officielle sur la blessure par balle du président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, en octobre 2012. Ould Ghadda avait publié la vidéo sur sa page Facebook.

Le parquet avait requis une peine de 5 ans de prison ferme et 200.000 nouvelles ouguiyas d’amende, à travers un réquisitoire prononcé un peu plus tôt dans la journée.
Pour sa part, la défense dénonçait un procès purement politique et vide du point du droit, plaidant l’acquittement.
Au cours des débats, le sous-officier s’est rétracté par rapport aux déclarations à l’origine des poursuites. Une « dérobade » que Mohamed ould Ghadda a mise au compte « des pressions énormes exercées » sur MBareck, tout en réaffirmant « la véracité » de la déclaration contenue dans l’image diffusée sur sa page « Facebook ».
Cette décision est l’épilogue d’un procès ouvert la semaine dernière et dont l’audience avait été suspendue juste avant le week-end.
Mohamed ould Ghadda et Mohamed ould MBareck étaient poursuivis dans une affaire numéro RP 585/2017, suite à la publication d’une vidéo de l’ancien sous-officier remettant en cause la thèse officielle au sujet de la blessure par balle du président Mohamed ould Abdel Aziz à Tweila (40 kilomètres au Nord de Nouakchott), en novembre 2012.
Détenu à titre préventif depuis le 01 septembre 2017, Mohamed ould Ghadda est également poursuivi pour « corruption » dans le cadre d’une information relative aux péripéties du référendum controversé ayant débouché sur la suppression du sénat, l’ancienne chambre haute du parlement.
Le banquier Mohamed ould Bouamatou, et Mohamed ould Debagh, un de ses proches, sont également sous le coup d’un mandat international pour les mêmes motifs.
11 anciens sénateurs, des syndicalistes et des acteurs de médias sont aussi sous contrôle judiciaire dans le cadre de l’information relative au dossier du sénat supprimé.
Après ce verdict Mohamed Ould Ghadda devra rester en prison pour une autre affaire de présumée corruption. Elle concerne des ex-membres du Sénat, des syndicalistes et des journalistes, soupçonnés d’avoir été corrompus par l’opposant et milliardaire mauritanien en exil, Mohamed Ould Boumatou.
L’ex-sénateur Mohamed Ould Ghada a été placé en détention provisoire depuis le 10 août 2017
JOB





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

Mauritanie : les autorités ordonnent la fermeture du (...)

--------------------------

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------