Article jugé insultant à l’endroit du Prophète (PSL). Ould M’Khaïttir au perchoir

lundi 30 octobre 2017
popularité : 0%

Cheikh Ould M’Khaïttir, condamné à mort pour apostasie pour un article sur internet jugé blasphématoire pour le prophète Mahomed (PSL) et en détention depuis près de quatre ans, sera rejugé en appel le 4 décembre, prochain. C’est ce que vient d’annoncer la Justice à Nouadhibou qui avait auparavant programmé cette même session pour le 14 novembre 2017. Une réponse à l’avocat du mouvement "soutien au prophète (Nosra)" Sidel Moctar Ould Sidi Taleb qui a demandé, dans une lettre adressée au Procureur et à la Cour Suprême, la programmation du dossier de Ould M’Khaitir, leur signalant sa disponibilité pour les dates du 4 au 10 novembre prochains.


Détenu depuis le 2 janvier 2014 à Nouadhibou, le jeune blogueur Cheikh Ould M’Khaïttit - photo ci contre- sera de nouveau jugé dans la quinzaine à venir. Jugé en première instance, il avait été reconnu coupable d’apostasie et condamné à mort le 24 décembre 2014 par la Cour criminelle de Nouadhibou. Le 21 avril 2016, la Cour d’appel de Nouadhibou avait confirmé la peine de mort mais en requalifiant les faits en "mécréance", une accusation moins lourde prenant en compte son repentir, puis renvoyé son dossier devant la Cour suprême.
Réunie le 31 janvier 2017 en audience, "la Cour suprême a décidé de casser" la condamnation à mort prononcée par la Cour d’appel de Nouadhibou contre le prévenu, selon un arrêt de la juridiction. Dans la foulée, la Cour suprême décida "de renvoyer l’affaire" devant une « Cour d’appel autrement composée pour corriger les erreurs commises ». Tels sont les termes de l’Arrêt publié en l’occasion et qui n’a donné aucun détails sur les erreurs alléguées.
C’est ce qui aura provoqué lyre de la rue mauritanienne qui tenait à voir le condamné, immédiatement exécuté sur la place publique ! A Nouadhibou comme à Nouakchott, plusieurs jours durant, le pays était en état de siège avec des manifestants présents en masse dans les rues et pourchassés par les forces de l’ordre, en état d’alerte général.
Le 2 février, plusieurs milliers de jeunes mauritaniens, encadrés par des mouvements et autres réseaux islamistes, s’étaient alors dirigés vers la présidence où ils comptaient s’inviter auprès du maître des lieux, pour faire entendre leurs voix. Dispersés à coups de matraque et de grenades lacrymogènes, ils étaient restés malgré tout déterminés à voir le condamné exécuté. Depuis, l’affaire est restée en l’état, jusqu’à la fin de semaine dernière, où l’information portant sur son jugement a été relayée à travers des supports de presse, proches de la justice.
Premières réactions celles des avocats de la défense assurée par les cabinets de maîtres de Fatimata M’Baye et Ould Moine, où on se montre optimiste et serein à une dizaine de jours du début de la session criminelle de la Cour d’appel de Nouadhibou, estimant que le prisonnier Mohamed Ould M’Kheitir devrait immédiatement retrouver la liberté après le prochain épisode de ce long feuilleton, en référence à l’article 306 du Code pénal.Celui-ci dispose : « Tout musulman coupable du crime d’apostasie sera invité à se repentir dans un délai de 3 jours. S’il ne se repent pas dans ce délai, il est condamné à mort en tant qu’apostat ». Par ailleurs, le même article ajoute : « Toute personne coupable du crime d’apostat (zendagha), sera, à moins qu’elle ne se repente au préalable, punie de la peine de mort.
Du côté de l’opinion, notamment des mileux islamistes politiques, c’est le branle-bas de combat, les acteurs se préparant à la perspective judiciaire.
Fait extraordinaire : acune réaction n’est encore signalée du côté des érudits et des imams du pays. Il faut dire que dans ces milieux, les pouvoirs publics semblent avoir réussi à faire passer leurs messages, entraînant les personnes cibles à revoir à la baisse leurs ardeurs. Les prêches à propos circonscrits dans les mosquées, particulièrement lors des Khoutba de vendredi, nombre d’entre eux avaient d’ailleurs, appelé les populations à arrêter de manifester et à « avoir confiance à la justice »
Une fois encore, le pays devait vivre des moments difficiles, puisque dès l’annonce de la nouvelle du jugement, les réseaux sociaux l’ont prise en mains et les mouvements islamistes ont engagé une nouvelle campagne de sensibilisation populaire, usant de graffitis, de tracts et de banderoles pour inviter les populations à descendre dans les rues, pendant le déroulé du procès.
Il faut dire que l’affaire Ould M’Khaïttir est une « véritable patate chaude » pour le régime de Ould Abdel Aziz. Acculé d’un côté par les populations, les mouvements islamistes, le clergé et même par nombre de pays musulmans arabes qui exigent l’application de la sentence prononcée en première instance contre le condamné, le président de la République doit aussi faire face à l’opinion internationale, notamment, les acteurs de la société civile occidentale, les mouvements droits-de-l’hommistes et les gouvernements d’Europe, qui évoquent en l’occasion, le respect de la liberté d’opinion et de parole.
De crainte de ne pas déplaire aux uns et autx autres et aux fins de ne pas davantage perturber son pays en proie à une crise politique et économique sans précédent, le président de la République - à un an de la fin de son mandat-, pourrait bien faire durer ce présent procès et le léguer à son successeur. Le jugement prévu à Nouadhibou, dans quelques jours, devrait alors être clos au plus tôt pour être reporté sine die.
MOM





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

En attendant la présidentielle… Equation à une (...)

--------------------------

Démission massive du parti de l’opposition, l’Alliance (...)

--------------------------

Discours à la Nation : le Président met en exergue les (...)

--------------------------


   Economie  

Pétition signée par le Chef de l’Etat et Prix du meilleur (...)

--------------------------

La rivière de M’Silé en Assaba, un modèle de gouvernance (...)

--------------------------

La Mauritanie disposée à accueillir une réunion (...)

--------------------------


   Social  

Session de formation à Rosso sur l’organisation, la (...)

--------------------------

Lancement de la plateforme mauritanienne sur la gestion (...)

--------------------------


   Culture  

Les doits de l’enfant à l’Assemblée nationale mauritanienne

--------------------------

Stan Lee est mort, la légende de la bande dessinée avait (...)

--------------------------


   International  

Conférence de Marrakech sur la migration Le Roi Mohamed (...)

--------------------------

Le Front Polisario hausse à nouveau le ton avec la (...)

--------------------------


   Médias  

Conférence à Nouakchott sur les relations maroco-mauritanienne

--------------------------

28 novembre Horrible anniversaire

--------------------------


   Sport  

Ballon d’or 2108 Messi et Ronaldo... Out

--------------------------

Mauritanie au Cameroun en 2019, contrat rempli pour (...)

--------------------------