Coupure d’eau à Nouakchott Les Bidons jaunes réapparaissent…

dimanche 13 septembre 2020
popularité : 0%

De mercredi dernier à jeudi, voire vendredi, pas une goutte d’eau n’a coulé des robinets de Nouakchott branchés au réseau d’Aftout Sahili. Situation catastrophique dont ont été épargnés moins de 5% des consommateurs de la capitale, les résidents de l’Ilot « C » qui abrite les chancelleries et la Présidence de la République- et ceux de Toujounine, banchés sur l’ancien Réseau d’Idini.

Trois jours durant, la capitale a présenté au monde la face hideuse d’une cité assoiffée où des centaines de groupes d’enfants et de femmes, munis de bidons jaunes, ont erré en vain, à la recherche du liquide vital. Trois jours durant, il a fallu rationner la réserve d’eau acquise dans les familles, et accepter impuissamment toutes les conséquences de propreté et d’hygiène qui peuvent en découler. Trois jours durant, les citerniers et les charretiers ont été intraitables auprès des populations commercialisant l’eau au quadruple voire au quintuple de son prix habituel. En effet, le prix du baril de 100 litres est monté à 100 MRU au lieu de 20 précédemment et la tonne à la citerne est passée de 100 MRU à 500 MRU !
Si l’eau a été encore plus vitale ces derniers jours, c’est que la pénurie est survenue au moment où Nouakchott croulait sous le poids d’une canicule sans précédent, avec près de 43° à l’ombre suivi de soirées d’extrême canicule !
Après deux jours -mercredi et jeudi- de débrouille et de résistance face à la crise, Nouakchott a vécu vendredi une de ses pires journées, avec des populations obligées de se rabattre sur les fonds crasseux des bassins d’eau de fontaines publiques, des écoles qui ont fermé leurs portes puisque ne disposant pas d’eau et des travailleurs qui ont boycotté le travail car occupés à la quête d’eau potable.
Explications contraires…
Pendant les deux premiers jours, aucune explication n’a été fournie aux populations... Et les rumeurs les plus folles de courir, notamment dans les Réseaux sociaux, où l’on évoque, une « gigantesque panne au niveau du barrage de Manantali, une rupture de canalisation centrale provoquée par les fortes pluies au Trarza, une forte contamination de l’eau au niveau des usines de production…
Il faudra attendre la matinée de vendredi pour voir l’Autorité publique réagir. C’était trois heures après que certains robinets commençaient à couler, faiblement. L’occasion pour le ministre du pétrole, de l’Energie et des mines, ministre de l’hydraulique et de l’Assainissement par intérim, M. Abdessalam Ould Mohamed Salah, d’avancer en substance que la rupture du réseau d’approvisionnement est due à une panne au niveau du câble électrique au niveau de la station qui alimente la ville de Nouakchott en eau potable. Et le ministre d’informer que les désagréments sont dus aux importantes quantités de pluies qui sont tombées dans la zone ces dernières semaines.
Des explications balancées d’un revers de main par des sources de presse qui soutiennent que les raisons d’une telle situation sont autres. Il s’agirait des conséquences de la décision prise par Mme Naha Mint Mouknass, l’ancienne Ministère de l’Hydraulique, qui a confié un projet de 200 millions d’euros obtenus du Fades pour la sécurisation de l’alimentation en eau potable des villes de Nouakchott et Nouadhibou, à son Secrétaire Général en lieu et place de la SNDE. Préféré à cette dernière, le secrétaire Général n’est jamais parvenu à lancer ses activités, faisant ainsi courir à la Mauritanie, le risque de perdre ledit projet avec le retrait du bailleur, et par ailleurs, causant des préjudices aux populations tels ceux que celles-ci viennent de connaître avec la pénurie d’eau potable.
MOM





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Moustapha Limam Chaavi à Nouakchott, le retour (...)

--------------------------

Moustapaha Limam Chaavi à Nouakchott !

--------------------------

OVID-19 : Macron impose un couvre-feu en Île-de-France (...)

--------------------------


   Economie  

Le plan de relance économique, un choix stratégique pour (...)

--------------------------

Kinross Tasiast remet au Gouvernement mauritanien un (...)

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------


   Social  

HRW réclame la libération d’individus arrêtés pour (...)

--------------------------

Appel à surveiller samedi soir, l’apparition du croissant (...)

--------------------------


   Culture  

« Décolonisation », le film de Karim Miské en avant (...)

--------------------------

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------


   International  

Mali : Ibrahim Boubacar Keïta libéré ce jeudi à 3 h du (...)

--------------------------

Liban : le ministre des Affaires étrangères, Nassif (...)

--------------------------


   Médias  

Après la convocation par la police chargée des...

--------------------------

AQMI, après le faste, ils "font" la fête

--------------------------


   Sport  

Match Sénégal – Mauritanie De l’électricité dans l’air (...)

--------------------------

Le Ministère des Sports crée un comité d’appui technique (...)

--------------------------