Le consommateur, orphelin du droit

mercredi 10 mars 2021
popularité : 0%

La Mauritanie fait sans nul doute partie des rares pays où le consommateur est juste une « bête” à traire, corvéable et malléable à merci ». Faisant fi de rares associations de défense des consommateurs, les commerçants ne s’en tiennent qu’à eux-mêmes fixant leurs prix à leur convenance.
Ecarté des centres du pouvoir et jamais sollicité au moment de la prise de décision, le consommateur mauritanien est bel et bien la « bête de somme » de ce pays. La fameuse politique de libéralisation économique a ouvert le marché aux prédateurs et aux importateurs de produits toxiques qui s’entassent dans nos commerces, nos boutiques et autres étals.
Introduits dans le pays sans aucun contrôle, ni certificat d’origine et encore moins en l’absence de surveillance sur les conditions de contrôle, ces produits sont le principal vecteur de maladies et d’épidémies dans le pays.
Des cuisses de poulets congelés depuis des décennies aux boîtes de conserves périmées ramassées à la pelée dans les dépôts des invendus des grandes superficie d’Europe aux boissons sucrées importées après préemption d’Asie en passant par les médicaments frauduleux introduits à partir d’usines clandestines en Afrique de l’Ouest ou en Asie du sud-est, le consommateur mauritanien est l’acteur économique le plus lésé du monde. L’Etat se contente de percevoir les impôts et son rôle s’arrête-là, net.
Les puissants importateurs qui financent les campagnes, alimentent les caisses noires, donnent des pourboires, « gâtent » leurs interlocuteurs, et les agents sont des intouchables. Libre à eux d’emmener ce qu’ils veulent et l’Etat ferme les yeux. A moins que ce ne soit une marchandise introduite par quelqu’un qui est étranger au « circuit ».
Partout ailleurs où le consommateur mauritanien doit s’approvisionner, la situation n’est guère plus reluisante. Si vous voyez les assurances, les pharmacies, les cliniques de santé, les unités industrielles, les compagnies aériennes présentes dans le pays, les services privés, et même chez le petit vendeur du coin, vous vous dites, que dans ce pays, le consommateur est l’esclave des conglomérats économiques et des groupes des argentiers de ce pays. Il est l’orphelin du droit !

JOB





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Dialogue national Vers des compromis !

--------------------------

Changement quand tu nous tiens

--------------------------

Affaire dite de la décennie Ould Abdel Aziz reste en (...)

--------------------------


   Economie  

6ème réunion des ministres des pays membres du SWEDD à (...)

--------------------------

Marché à bétail de Boghé, éleveurs et courtiers ont pris (...)

--------------------------

Foire de Timbedra, l’élément déclencheur du développement (...)

--------------------------


   Social  

1ère Foire mondiale de la femme nomade, un apport de (...)

--------------------------

Semaine arabe de la Sécurité routière

--------------------------


   Culture  

Festival Assalamalekum 2022 : une soirée de gala avec (...)

--------------------------

Festival Assalamalekum, une 15ème édition sous le sceau (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

Déclaration

--------------------------

Le PDG de Kinross invité à Nouakchott à la rencontre sur (...)

--------------------------


   Sport  

« On ne démissionne pas », Ahmed Ould Yahya face à la (...)

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------