Le dossier de Med Ould Mkheitir à la cour suprême : Les défenseurs des droits humains exigent sa libération

mercredi 16 novembre 2016
popularité : 0%

Déjà condamné par la rue en 2014, suivi par la cour criminelle de Nouadhibou, Mohamed Ould Mkheitir accusé « d’apostasie » risque toujours la peine capitale. Son dossier sera présenté ce mardi 15 novembre à la cour suprême pour décider du sort final.

L’association des oulémas de Mauritanie, a encore, durci le ton en appelant au maintien de la sentence déjà prononcée par cette cour le 24 décembre 2014. Les Ong de défense des droits humains, elles, continuent d’exiger la libération pure et simple du prévenu eu égard à son repentir conformément à l’article 306 du code pénal mauritanien.

Aminetou Mint El Moctar, présidente de l’Association des Femmes Chefs de Famille (Afcf) persiste et signe : « Ce procès est une mascarade. Rien ne justifie l’emprisonnement de Mohamed Ould Mkheitir » soutient-elle à la veille de l’examen du dossier du prévenu.

Pour la présidente de l’Afcf, « la condamnation de Ould Mkheitir a été influencée par les obscurantistes qui se sont constitués partie civile en présence de tous les courants religieux » a-t-elle souligné non sans dénoncer le caractère partisan du Chef de l’Etat et de la cour qui ont suivi la condamnation de la rue avant le jugement de l’accusé. « La peine légale dans son cas est la mort sans aucune acceptation de son repentir s’il se repent », ont exigé l’association des oulémas et imams de Mauritanie.

Toutefois, Aminetou s’est dite préoccupée par la requalification des faits. « Le parquet a reconstitué un autre dossier qui n’a rien à voir avec le premier chef d’inculpation avec la volonté affichée du juge qui reconnait être un frère musulman ». Ce qui signifie pour Aminetou Mint El Moctar que « le sort est encore scellé pour Ould Mkheitir » dont la mécréance reste de mise dans ce deuxième dossier. Loin donc pour elle de faire confiance à la justice. Dans tous les cas, « l’opinion nationale et internationale souhaite et attend que le droit soit prononcé dans ce dossier » conclut-elle.

Il faut rappeler que Mohamed Ould Mkheitir a écrit un article publié sur Internet pour dénoncer des faits historiques en rapport avec la vie du Prophète Mohamed (PSL). Cet écrit est considéré comme blasphématoire envers le prophète de l’islam. Ce qui lui a valu cette lourde sentence.

I.Badiane

journal Tahalil





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Elections législatives et municipales Pour que chacun (...)

--------------------------

Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà

--------------------------

Communiqué du Conseil des Ministres du Jeudi 31 Mai (...)

--------------------------


   Economie  

Sénégal : Près de 84000 milliards de Francs CFA attendus (...)

--------------------------

De l’or à Chaami !

--------------------------

1500 milliards en infrastructures : Quand l’argent (...)

--------------------------


   Social  

11ème année d’Assalamalekoum, une édition du festival (...)

--------------------------

En attendant de mieux voir, les médecins mettent un (...)

--------------------------


   Culture  

Semaine de la Francophonie : Ahmed Hamza répond aux (...)

--------------------------

6ème édition Festival Sagesses Populaires : une nouvelle (...)

--------------------------


   International  

Union Africaine : Scandale avant le sommet de (...)

--------------------------

Emmanuel Macron va-t-il achever la Françafrique (...)

--------------------------


   Médias  

Voyage de presse de Binter aux Iles Canaries Joindre (...)

--------------------------

Les ministres de la culture et de l’élevage commentent (...)

--------------------------


   Sport  

Hollande sur Zidane : "c’est mieux de partir au (...)

--------------------------

Affaire du transfert des joueurs de la Concorde : le (...)

--------------------------