Les Mauritaniens dans le doute

vendredi 3 novembre 2017
popularité : 0%

Beaucoup de Mauritaniens se désolent aujourd’hui de voir que le pays roule au ralenti. Un fait qui n’est certes pas nouveau mais qui commence à prendre une ampleur telle que l’on se met à se demander s’il n’est pas en train, tout simplement, de devenir une partie de la " normalité " quotidienne telle qu’elle se dégage dans le discours ambiant de la majorité et de l’opposition.
Très souvent, l’on est porté à ne regarder la crise mauritanienne que dans son aspect politique, quand on met en avant le préalable d’un dialogue nécessaire entre le pouvoir et l’opposition. Très souvent aussi, la crise économique n’est mesurée qu’à l’aune du flux de l’aide financière arabe, européenne et internationale (FMI et Banque mondiale) et du volume des réalisations que le pouvoir met en avant pour contrecarrer les attaques d’une opposition qui reprend du poil de la bête depuis quelques mois. Mais la crise, celle qui dénote de la profondeur de l’inquiétude des populations, est à chercher plutôt dans cette difficulté à subvenir aux besoins élémentaires de la vie et dans le marasme qui frappe l’activité économique des opérateurs privés. Certes, connues pour être les premiers partenaires de l’Etat, les entreprises nationales subissent de plein fouet le ralentissement de l’aide bilatérale et multilatérale qui permet au gouvernement d’investir dans des projets porteurs.
Plus que tout autre moment, l’on se rend compte, malgré nous, que le pays est otage d’une conjoncture économique difficile. Sur le plan mondial d’abord, mais aussi national. Une situation qui crée une sorte de désarroi " existentiel " pour un gouvernement qui adopte une politique volontariste certes mais loin d’être convaincante. On peut même dire que la divulgation de chiffres mirobolants, au niveau du flux de l’aide, notamment arabe, et de l’augmentation des recettes fiscales et douanières ainsi que la réduction du train de vie de l’Etat sont des raisons suffisantes pour que les populations sentent une amélioration notoire des services publics.
Mais le discours des partisans du pouvoir, aussi mielleux soit-il, ne répond pas à une question souvent posée : qu’est-ci qui empêche les Mauritaniens de tirer profit de cette " croissance " économique ?
Ce que les autorités doivent comprendre, pour ne pas se donner comme cibles aux attaques de l’opposition, mais également à la déception de plus en plus grande de populations qui ont soutenu le président Aziz, c’est que dans une société de libertés, la vie économique est faite d’incertitudes. Parce qu’elle est le résultat des décisions souveraines d’individus aux objectifs et aux moyens divers et changeants. Cette incertitude est gérée au mieux par des agents économiques dont c’est la fonction : les ministres, les directeurs, les chefs de projets.
Mais, à cette incertitude naturelle, il ne faut pas ajouter des incertitudes artificielles qui, elles, perturbent fortement la vie économique, que ce soient des incertitudes sur les institutions et les règles juridiques ou des incertitudes politiques. La majorité aléatoire du président Aziz ne répond plus convenablement à l’appel au changement parce qu’il y a des espoirs déçus. Au niveau des promotions individuelles, du partage du gâteau entre les différents partis membre de la coalition soutenant le programme du président, des hommes d’affaires qui aspirent à une meilleure justice dans la répartition des marchés et des populations qui ne veulent pas d’un retour en arrière.
MOMS





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Bric-à-brac à l’Exécutif et au bout… un boulevard vers la (...)

--------------------------

Investiture de Ghassem Bellali, « La Mauritanie D’Abord (...)

--------------------------

Les militaires mauritaniens ne lâcheront pas le (...)

--------------------------


   Economie  

Le Maroc exporte plus que 60% de ses produits laitiers (...)

--------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE TASIAST POURSUIT SON APPUI A LA (...)

--------------------------

Les PPP en Mauritanie Vers l’effectivité des projets

--------------------------


   Social  

Des fleurs déposées sur les tombes de soldats britanniques à

--------------------------

Les militants d’IRA préparent un sit-in le 15 novembre, (...)

--------------------------


   Culture  

Stan Lee est mort, la légende de la bande dessinée avait (...)

--------------------------

Oscar des vacances ou le talent caché des jeunes (...)

--------------------------


   International  

Mali, la piste algérienne dans l’assassinat des (...)

--------------------------

Sport Fichage ethnique : Roxana Maracineanu laisse une (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Mauritanie - Guinée CAN U 23 Les Guinéens dominent à (...)

--------------------------

Coupe nationale de football, Brahim Souleymane offre le (...)

--------------------------