Pénurie d’engrais, la crise qui a failli faire sombrer la campagne agricole 2021-2022

samedi 13 novembre 2021
popularité : 0%

Le Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) a finalement débloqué la crise de l’engrais qui a failli embraser le milieu des agriculteurs et compromettre la campagne agricole lancée dans l’euphorie le 5 juillet 2021 par le Président de la République. En effet, 5.500 tonnes d’engrais ont été débarqués vendredi 29 octobre 2021 au Port de Nouakchott et 4.200 tonnes obtenus de pays comme le Sénégal et le Mali.
Beaucoup voyait se dissoudre l’effort déployé par les paysans et les autorités mauritaniennes pour la réussite de la campagne agricole 2021-2022. Cette campagne lancée par le Président de la République, Mohamed Cheikh Ghazouani, le 5 juillet 2021 dans la localité de Jidr-El- Mohguen, à 30 Km de Rosso, a été fêtée en liesse par les populations. C’était sans compter avec la crise de l’engrais qui couvait.
Une campagne sauvée in extremis
C’est le 9 octobre 2021 que la Fédération des agriculteurs du Trarza a tiré sur la sonnette d’alarme sur les quantités insuffisantes d’engrais mises à leur disposition. Le gouvernement semblait ne pas mesurer l’ampleur de la crise résultant de la forte demande des Chinois qui a entraîné une envolée des prix de l’engrais sur les marchés internationaux.
Impatient, les agriculteurs entament alors un mouvement d’humeur à Rosso. Sur les ondes officielles, les autorités évoquent parfois des problèmes d’approvisionnement, et d’autres fois des problèmes d’accostage des bateaux au Port de Nouakchott. La pression du monde paysan, inquiet devant un tel retard et face aux menaces sur leurs cultures, ne baisse point.
Le 29 octobre 2021 la bonne nouvelle tombe. La Commissaire à la Sécurité Alimentaire, Mme Fatimetou Mint Mahfoudh Ould Khattry, réceptionne au Port de l’Amitié de Nouakchott, une cargaison de 5.500 tonnes d’engrais, achetée auprès d’une société algérienne. Une opération qui sauve in extremis une campagne agricole sérieusement menacée. Un contact entre les ministres des Affaires étrangères de la Mauritanie et de l’Algérie a facilité, selon elle, l’achat de la cargaison en question.
La Commissaire a indiqué d’autre part que les procédures du marché s’étaient réalisées à temps et suivant les règles dans le domaine de la passation des marchés publics. L’Etat mauritanien avait fini, selon elle, par aller chercher lui-même la solution face à l’incapacité de la société gagnant du marché.
Elle a précisé par ailleurs que la pandémie Covid-19 et ses effets négatifs sur les échanges commerciaux ont été derrière les lenteurs pour l’obtention des besoins en engrais du pays. Malgré tout, dira-t-elle en substance, la Mauritanie a pu glaner auprès des pays frères et voisins comme le Sénégal et le Mali, des quantités supplémentaires de 4.200 tonnes d’engrais.
La négligence des autorités derrière la crise de l’engrais
Bien que la crise de l’engrais soit dû en partie à des facteurs exogènes, telle la flambée des prix du gaz naturel, matière première des engrais azotés sur le marché mondial, les autorités mauritaniennes en charge du dossier n’avaient pas pris au sérieux la mesure du problème. Pourtant, dès le 9 octobre 2021, la Fédération des agriculteurs du Trarza avait affirmé, dans un communiqué, que les quantités d’engrais mises à leur disposition étaient loin d’être suffisantes. Cet épisode rappelait douloureusement la crise de l’engrais qui avait secoué la défunte Société nationale d’import-export (SONIMEX) en 2016 et qui avait emporté la ministre de l’agriculture de l’époque. Quelques 6.750 tonnes d’engrais, soit l’équivalent de 1,2 milliards d’ouguiyas (3, 5 millions de dollars U.S) s’étaient volatilisés.
Face au retard pris par l’approvisionnement du pays en engrais, certains ont pointé du doigt le choix des sociétés adjudicataires et la lenteur des procédures dans les attributions des marchés. Comme l’appel en cours pour 2022 dont le rythme d’exécution est si lent, que certains observateurs craignent que les commandes du pays en engrais ne passent par des intermédiaires dont la traçabilité des produits qu’ils fournissent est impossible et dont rien ne peut garantir la conformité et surtout l’innocuité.
Que d’optimisme de la part de Ghazouani
Le Président Ghazouani semble pourtant attacher une importance toute particulière aux deux secteurs clés du monde rural, l’agriculture et l’élevage. Cela s’est traduit par la scission du Ministère du Développement Rural qui avait en charge ces deux secteurs en deux entités indépendantes : le Ministère de l’Agriculture et le Ministère de l’Elevage.
Lors du lancement de la campagne agricole 2021-2022, il avait côtoyé la réalité du monde paysan. « Je suis parfaitement conscient des problèmes auxquels vous êtes confrontés, la protection de votre production, la lancinante question du financement, les divers aléas naturels dans un contexte d’absence de l’assurance agricole » avait-il lancé.
Véritable grenier du pays, la région du Trarza concentre le plus grand nombre de périmètres irrigués du pays. Ghazouani ne s’y trompe pas. « Je reconnais sans ambages l’importance stratégique de la ville de Rosso, porte d’entrée du pays, ouverture vers la République sœur du Sénégal, capitale du Trarza, région qui doit être la locomotive du pays dans le cadre de l’effort national en vue de parvenir à l’autosuffisance alimentaire grâce à la production de céréales et légumes ».
Ciré Kane, maire de Tékane, dont relève la localité de Jidr-El-Mohguen, met en exergue le poids agricole de sa commune qui selon lui « est le véritable grenier du Trarza, région agricole par excellence de la Mauritanie ».
En effet, le Trarza, ce sont 15.000 hectares de terres emblavées, parmi lesquelles 4.000 sont la propriété des communautés vivant dans 65 villages ; 11.000 hectares sont détenus par des privés. Sur les 3.000 hectares exploités dans la région, la moitié se trouve dans la commune de Tékane.
Cheikh Aidara





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Dialogue national inclusif est-il définitivement enterré (...)

--------------------------

Dialogue national Vers des compromis !

--------------------------

Changement quand tu nous tiens

--------------------------


   Economie  

6ème réunion des ministres des pays membres du SWEDD à (...)

--------------------------

Marché à bétail de Boghé, éleveurs et courtiers ont pris (...)

--------------------------

Foire de Timbedra, l’élément déclencheur du développement (...)

--------------------------


   Social  

Le Vivre-ensemble en voix d’écoles !

--------------------------

Guidimagha, les élus emboitent le pas aux Walis pour (...)

--------------------------


   Culture  

Festival Assalamalekum 2022 : une soirée de gala avec (...)

--------------------------

Festival Assalamalekum, une 15ème édition sous le sceau (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

Déclaration

--------------------------

Le PDG de Kinross invité à Nouakchott à la rencontre sur (...)

--------------------------


   Sport  

« On ne démissionne pas », Ahmed Ould Yahya face à la (...)

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------