Région tampon de Guergueratt Bruits de botte et zones d’ombre sur le Sahara

mercredi 18 novembre 2020
par  gonga
popularité : 0%

Depuis vendredi dernier, un flou total plane sur la région du Sahara occidental séparant la Mauritanie du Maroc, dite « Guergueratt ». Occupé et bloqué par des éléments du Front Polisario ces trois derniers mois, ce point de passage a été repris vendredi par les forces marocaines. Depuis, les nouvelles sur la situation en place sont différentes, selon qu’elles proviennent de l’un ou de l’autre protagoniste désormais en conflit ouvert.
Qu’est-ce qui se passe réellement à Gargueratt, zone stratégique séparant le Maroc à la Mauritanie, que réclament les indépendantistes du Front Polisario ? Vendredi, les Forces royales marocaines se sont matinalement présentées sur les lieux pour en chasser une centaine de familles sahraouies protégées par des éléments du Front Polisario maîtres des lieux depuis octobre dernier. L’opération se serait déroulée « sans effusion de sang », selon les officiels marocains qui annoncent la reprise du trafic routier et la construction d’un nouveau mur protégeant la zone cible. En réaction, le Front Polisario décrète « l’état d’urgence » et annonce avoir mobilisé des milliers de volontaires qui seraient éminemment déplacés sur les lignes de front. Dimanche, les Nations unies confirment des échanges de tirs entre les troupes marocaines et le Front Polisario. Pour le mouvement indépendantiste, l’intervention marocaine à Guerguerat a sonné le glas du cessez-le-feu signé en 1991 sous l’égide de l’ONU, après 15 ans de combat. Les Marocains, eux, se disent attachés à son respect.
Selon un communiqué publié dimanche, le Polisario multiplie depuis vendredi des "attaques massives" et des bombardements le long du mur de sable de 2.700 kilomètres qui démarque les deux camps. L’annonce n’a pas suscité de réaction officielle à Rabat qui ne s’est jamais plus exprimé depuis le communiqué de vendredi annonçant que "le passage de Guerguerat est complètement sécurisé".
Fait inhabituel toutefois, l’agence officielle MAP a repris dimanche soir les informations d’un site non officiel dédié aux Forces Armées Royales (FAR) pour annoncer des échanges de tirs le long du mur de défense, sans donner de localisation précise. "Depuis le 13 novembre 2020, les miliciens du Polisario ont effectué des tirs de harcèlement le long de la ligne de défense sans causer de dégâts ni humains ni matériels", selon ce forum militaire "FAR-Maroc" cité par la MAP qui précise en outre : « l’armée marocaine a "riposté", occasionnant "la destruction d’un engin porte-armes à l’est de la ligne de défense", au niveau de la localité de Mahbès, près de la frontière algérienne, selon ce forum
Depuis, il est impossible de savoir de source indépendante ce qui se passe réellement sur le terrain, du fait des difficultés d’accès dans cet immense territoire désertique que se disputent depuis des décennies le Maroc et le Polisario, soutenu par l’Algérie. La région désertique est isolée géographiquement. Côté marocain, Rabat ne laisse pas les journalistes se déplacer librement, même en temps normal. Il est également compliqué de rallier la zone frontalière algérienne, en raison notamment de la suspension des vols intérieurs liée à la pandémie de coronavirus.
Côté mauritanien, pas de déplacement de journalistes dans la zone. Toutefois, de sources dignes de foi, d’intenses mouvements de troupes militaires ont été signalés de long de la frontière séparant la Mauritanie du Maroc. Nouakchott a toutefois appelé les deux parties à la « retenue » et au respect du statut quo ante.
Pour les forces de l’ONU (Minurso) qui se basent désormais pour l’essentiel sur des observations sur des images satellite, « il est "extrêmement difficile de vérifier la réalité des informations diffusées de l’un ou de l’autre côté". La Minurso s’inquiète à l’occasion, sur le "risque d’attentat" et de "la multiplication de trafiquants de drogue et d’autres éléments criminels sur le territoire" qui "fait peser une menace croissante et imprévisible" sur son personnel, désormais réduit à 195 membres du fait de restrictions budgétaires.
Dans ce contexte, la Minurso a appelé une nouvelle fois le Maroc et les indépendantistes à la retenue, et à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire baisser la tension.
Dans le dernier communiqué publié à l’occasion lundi, le Polisario a affirmé que la fin de la guerre sera liée à la fin de l’occupation de la partie du Sahara occidental sous contrôle marocain, et à l’application pleine et entière de l’accord conclu en 1991, qui prévoit un référendum d’auto-détermination.
Sur le terrain, les choses semblent avoir évolué. Nouakchott comme le reste de la Mauritanie vivent certes encore dans des situations difficiles économiquement du fait de la fermeture des frontières nord ces dernières semaines, principales sources d’approvisonnement en produits alimenataires, notamment les fruits et légumes. Toutefois, depuis samedi, la circulation sur la route conduisant à la Mauritanie a repris et les routiers bloqués depuis plusieurs semaines ont pu traverser la frontière.
En effet, dans la soirée de lundi, plusieurs camions transportant des produits manufacturés sont arrivés à Nouakchott. Selon les chauffeurs, rencontrés, « près d’une centaine de voitures appartenant à des particuliers et autant de camions sont bloqués au poste frontière de Guargueratt nombre d’entre eux qui transportaient des denrées alimentaires périssables ont dû débarquer leur contenu sur place infestant ainsi la zone d’odeurs pestilentielles. Pour eux, il faudra attendre une semaine au moins pour voir arriver à Nouakchott, des camions nouvellement chargés de produits alimentaires à partir du Maroc.

MOM





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Pré-campagne présidentielle A quoi joue El Insav (...)

--------------------------

De l’opium du peuple

--------------------------

Dialogue national inclusif est-il définitivement enterré (...)

--------------------------


   Economie  

6ème réunion des ministres des pays membres du SWEDD à (...)

--------------------------

Marché à bétail de Boghé, éleveurs et courtiers ont pris (...)

--------------------------

Foire de Timbedra, l’élément déclencheur du développement (...)

--------------------------


   Social  

Violences basées sur le genre, une mission conjointe (...)

--------------------------

Le Vivre-ensemble en voix d’écoles !

--------------------------


   Culture  

Festival Assalamalekum 2022 : une soirée de gala avec (...)

--------------------------

Festival Assalamalekum, une 15ème édition sous le sceau (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

TMLSA poursuit son partenariat avec le PNBA et remet en (...)

--------------------------

TMLSA reçoit le Ministre de la Fonction publique et du (...)

--------------------------


   Sport  

« On ne démissionne pas », Ahmed Ould Yahya face à la (...)

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------