Fièvre de la vallée du Rift Des victimes dans la communauté humaine

mercredi 7 octobre 2020
popularité : 0%

8 décès ! Tel est le dernier bilan provisoire de la fièvre de la vallée du Rift qui sévit depuis près de trois semaines en Mauritanie, dans les Willayas de Tagant, de l’Assaba, des deux Hodhs et du Trarza où le cheptel serait atteint par milliers de la pandémie. Depuis le début de présente semaine, le bilan de la fièvre de la vallée du Rift en Mauritanie ne cesse de s’aggraver, avec des milliers de contaminations dans le cheptel, mais aussi la propagation de la pandémie - jusque-là circonscrite au Tagant et à l’Assaba- aux régions des deux Hodhs et du Trarza, et surtout le décès de trois nouvelles victimes qui porte à 8 le nombre des pertes humaines.
Si le bilan est aussi sévère et la situation si alarmante, c’est que les Autorités ont été tardivement informées de la pandémie. Au début, la situation avait été négligée par les bergers qui croyaient avoir affaire à une maladie ordinaire comme ils en trouvent souvent lors de leurs pérégrinations. C’est ce que nous avons appris de sources informées qui font remarquer en substance que les troupeaux atteints de la maladie comme les bergers se trouvaient en grande partie dans le désert, loin de toute agglomération humaine, voire en dehors des zones couvertes par les sociétés de téléphonie cellulaires, le Thuraya n’étant plus utilisé.
Le 30 septembre, il a fallu que soient déclarées trois victimes humaines au Tagant et l’évacuation d’un malade à Nouakchott, pour se rendre à l’évidence : la fièvre de la vallée du Rift s’était bien transformée en épidémie couvrant le centre et le sud-est du territoire national ! La réaction fut vive à Nouakchott qui a immédiatement dépêché dans les régions du Tagant et de l’Assaba, des délégations du ministère de l’Elevage et de la Santé dont la mission a consisté à apporter les soins d’urgence et prodiguer des conseils dans les zones touchées.
Entretemps, l’épidémie s’était propagée aux régions des deux Hodhs et celle du Trarza. Décision fut alors prise par les Autorités, de circonscrire le déplacement du cheptel et d’élargir la mission de secours aux limites des territoires touchés par la pandémie.
L’information s’était répandue à Nouakchott, créant la panique au sein de populations particulièrement friandes de la viande et du lait de caprins. Et les Fakes news de se saisir de la nouvelle véhiculant des informations apocalyptiques faisant état de bilans fantaisistes aussi contraires ses unes des autres. La viande de chameau et le lait de chamelle, auparavant très prisés, sont mis à l’index et abandonnés, au grand dam des bouchers et des nombreuses industries nationales de lait brusquement exposés à la faillite.
La campagne de sensibilisation menée par le gouvernement pour remettre en confiance les consommateurs n’y put rien. Les autorités sanitaires ont en vain conseillé au public de continuer à consommer les produits dérivés du chameau en prenant des mesures de précaution, notamment "chauffer le lait avant la consommer, cuire correctement la viande, éviter les contacts entre animaux et l’homme, se laver les mains avec du savon après avoir touché des animaux, brûler et enterrer les cadavres d’animaux et dormir sous des moustiquaires. Depuis, le marché local tourne le dos aux produits cibles provoquant une surenchère sans précédent dans le commerce de la volaille et des produits laitiers importés.

La fièvre de la vallée du Rift
La fièvre hémorragique de la vallée du Rift est une zoonose majeure causée par un virus du genre Phlebovirus de la famille des Bunyaviridae. Le virus affecte différentes espèces animales (buffles, chameaux, bovins, caprins et moutons) et peut être transmise à l’homme : soit par contact direct avec le sang ou les fluides corporels animaux lors de l’abattage ou de l’ingestion de viande ou de lait d’animaux contaminés ; soit indirectement par des piqûres d’arthropodes, en particulier par des arthropodes du genre Aedes.
La forme bénigne de fièvre de la vallée du Rift est la forme la plus fréquente. Elle survient après une incubation de 2 à 6 jours, et se manifeste sous la forme d’un syndrome pseudo-grippal (fièvre, de myalgies, d’arthralgies et de céphalées) qui dure de 4 à 7 jours. Dans les formes graves on peut observer des atteintes oculaires (0,5 à 2 % des cas) avec des lésions rétiniennes entrainant une baisse de la vision ou une gêne visuelle. La maladie peut guérir spontanément sans laisser de séquelles ou provoquer une baisse définitive de l’acuité visuelle. Une méningo-encéphalite (moins de 1 % des cas) avec complications neurologiques graves courantes. Une forme hémorragique (moins de 1 % des cas) : 2 à 4 jours après le début de la maladie, le patient présente les signes d’une atteinte hépatique grave avec ictère (jaunisse).
Des phénomènes hémorragiques apparaissent ensuite : vomissements de sang, sang dans les selles, purpura ou ecchymoses (provoquées par des saignements cutanés internes), saignements du nez ou des gencives, hémorragies gynécologiques. La létalité (proportion de décès parmi les cas) pour ce syndrome hémorragique est élevée et se situe aux alentours de 50 %. Le décès survient habituellement trois à six jours après l’apparition des symptômes.
JOB





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Pré-campagne présidentielle A quoi joue El Insav (...)

--------------------------

De l’opium du peuple

--------------------------

Dialogue national inclusif est-il définitivement enterré (...)

--------------------------


   Economie  

6ème réunion des ministres des pays membres du SWEDD à (...)

--------------------------

Marché à bétail de Boghé, éleveurs et courtiers ont pris (...)

--------------------------

Foire de Timbedra, l’élément déclencheur du développement (...)

--------------------------


   Social  

Violences basées sur le genre, une mission conjointe (...)

--------------------------

Le Vivre-ensemble en voix d’écoles !

--------------------------


   Culture  

Festival Assalamalekum 2022 : une soirée de gala avec (...)

--------------------------

Festival Assalamalekum, une 15ème édition sous le sceau (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

TMLSA poursuit son partenariat avec le PNBA et remet en (...)

--------------------------

TMLSA reçoit le Ministre de la Fonction publique et du (...)

--------------------------


   Sport  

« On ne démissionne pas », Ahmed Ould Yahya face à la (...)

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------