Suite de la réflexion de l'ancien ministre et penseur, Chbih Cheikh Mélaninine, sur la Mauritanie de Cogito : Cher Pays virtuel (3ème PARTIE)
Sunday, 17 Sep 2023 00:00 am

L'Authentique

Par Chbih Cheikh Mélaïnine, ancien ministre, économiste et penseur

Dans cette troisième partie, Chbih Cheikh Mélainine aborde le secteur agricole, l’environnement, les mines et les hydrocarbures.

Le pays de mes rêves a été diabolisé et me donne une trouille bleue ... ainsi qu'à mes compatriotes désemparés. Il se consume, comme de la paille en feu. La misère, la paupérisation programmée, la concentration et la confiscation des biens, des revenus, la corruption, l'arbitraire sans gants, le bradage des ressources, le chômage endémique, la crise des valeurs, l'absence de repères et la dépravation...

Tous les indicateurs de la décadence et la défiguration sont au rouge et chaque jour que Dieu fait trimballe d'autres malheurs. Je cherche sans espoir de trouver le CHINGUIT des Emirs et le FOUTA des Almamy, mariés depuis l'aube des temps. Ce couple dont l'harmonie témoignait d'une joie et d'un désir affiché de bien "vivre ensemble"... défendait les 2 facettes culturelles d'un dogme Malékite avec une soif de répandre l'Islam dans la région.

Devant l'impossibilité de comprendre cette incapacité d'ériger un état et devant cet abandon de notre mode de coexistence...je me suis réservé, clandestinement, le devoir de simuler une Mauritanie à mes goûts... Cette Mauritanie est réalisable sur le plan économique et sur le plan politique...le social découlera comme résultante, en favorisant un retour à nos valeurs séculaires de vraie solidarité et de clémence.

 

Le secteur agricole :

 L'agriculture est l'enfant gâté des “stratégies dites d'autosuffisance alimentaire". Cette approche mécanique a été le vecteur de tous nos échecs malgré les centaines de Milliards affectés à ce rêve de produire nos besoins de riz. L'approche économique et sa rationalité montre clairement notre autosuffisance. En effet, les revenus générés par l'agriculture, l'élevage et la pêche couvrent largement nos besoins. Il est impossible de produire localement tous nos besoins...

Affectant nos terres arables à la production du riz est une hérésie car l'équation à poser doit résoudre de façon quasi optimale nos besoins de consommation de cette denrée. Nos terres ayant environ une productivité de 4 T / hectare, affectées à d'autres cultures ne peut-elle pas rapporter plus de riz au même coût ?

La vente du produit d'un hectare de fines herbes que peut-il rapporter de Tonne de riz ?

Certes, pour soutenir notre balance de paiements, une diminution des importations des produits alimentaires doit être maintenue et encouragée sans pour autant mal affecter les terres. Faut-il aussi revoir et organiser le maraîchage dans un pays qui souffre de l'absence de toute autonomie en la matière. Les centres urbains sont le plus souvent encerclés par une couronne de jardins où poussent sous serres des légumes demandés chaque jour par les ménages...

Cette serriculture doit être une des priorités futures. Il faut imposer aux profiteurs des financements et des facilités fiscales de cultiver des centaines d'hectares sous serres autour des villes. Cette politique créatrice d'emplois et de revenus est à même de nous assurer une autosuffisance en légumes pour nos marchés. Les centaines de milliards et les passe-droits engloutis par les promoteurs de ce secteur doivent au moins nous éviter l'envolée spéculative des prix et la pénurie des légumes.

L'agriculture pluviale et la culture sous palmiers doit jouir d'un intérêt particulier... L'agriculture doit intéresser toutes les régions mairie par mairie.

Pour réussir une politique agricole créant des emplois et assurant une autonomie alimentaire, tous les moyens doivent être mobilisés avec une exploitation maximale de tous les atouts…On peut se demander à juste titre pourquoi les eaux du KAROKORO continuent à se déverser au Mali en l’absence d’un barrage de type FOUM LEGLEITA.

L’Environnement

L'environnement semble être une espèce de slogan gadget, faire valoir pour attirer des financements à détourner. Le département, en panne d'idées, et qui jusqu'à présent ne cesse de gesticuler, user et abuser d'énormes moyens sans résultats palpables... Le projet du cordon dunaire côtier est à l'abandon et ses travailleurs malgré un savoir-faire reconnu sont en arrêt de travail... sans pour autant que les décaissements cessent.

Les campagnes de plantation d'arbres animent la galerie et se limitent à des spots de TV. Les sommes engagées sont d'une stérilité d'Eunuques... et pourtant, par une approche de développement durable le secteur peut faire travailler des milliers de ruraux. Il suffit de soumettre à ces groupes des contrats de bonne fin pour la plantation d'un nombre d'arbres et le suivi de l'arrosage. Un contrat qui est une source de revenus supplémentaires pour les villages et "hawader".

Chaque entité doit jouir d’un revenu mensuel et des équipements adaptés pouvant permettre un maraîchage... En étroite collaboration avec le Ministère du transport la fixation des dunes sur les axes routiers peut employer un nombre important de nos ruraux en confiant à chaque village un tronçon de 6 Km, 3 à gauche et 3 à droite... En employant cette main d'œuvre, le coût de maintenance des routes (et les accidents) va baisser.

Des équipements rudimentaires et 30 000 MRU/village/ mois ne représentent pour 500 entités que 15 000 000 MRU. Cette idée déflattera les frais de l’entretien confié à l'ETER. Les énormes budgets des départements peuvent créer des revenus aux citoyens ruraux au lieu de finir dans les poches “d’entrepreneurs" qui n'ont jamais eu l'intention réelle de respecter leurs engagements contractuels... finissant par se faire couvrir par des fonctionnaires corrompus.

-Mines et hydrocarbures

 L'exploitation actuelle des mines et des hydrocarbures est une espèce de pillage toléré... Parfois encouragé. Profiter de ces ressources ne peut que passer par une révision immédiate de tous les contrats et autres accords non déclarés.

Mis à part la SNIM, qui marque le pas depuis des décennies, les autres Compagnies Minières existantes ou annoncées ne cèdent que moins de 10 % à notre pays, avec la bénédiction de notre gouvernement...et sans aucune idée sur les quantités produites et leur destination.

En l'absence d’un Bureau de poinçonnage, seules les statistiques de l'exploitant sont disponibles... Cet office ne nécessite que le désir et la volonté de le faire (décret). Le poinçonnage de l'or oblige à un raffinage sur place créateur de valeur ajoutée ... tous les producteurs d'or ont créé ce type de structure.

Sachons que les Multinationales ne sont pas des "enfants de chœur" et ont souvent des choses à cacher. Nos recettes minières doivent être la résultante d'une clef de répartition progressive, liée au niveau de production.

Pour l'or, on peut définir notre part sur la base des onces produites tenant compte d'un délai de récupération du capital investi acceptée par les deux parties :

- de 100 000 à 250 000 onces, l'Etat reçoit une redevance impôt non compris de 7%

-de 250 001 à 500 000 onces La redevance est de 12 %  

-de 500 001 à 1 million d'onces La redevance est de 18 %

 -de 1 million une once à 1,4 million la redevance est 24 %

-de 1 million 400 001 à 1,9 million la redevance passe à 35 %

- de 1,9 million à 2,5 million la redevance est portée à 40 %

-Pour une production supérieure la redevance se stabilise à 50/50.

Une même entreprise qui exploite plusieurs mines telle que Kinros ne peut segmenter sa production pour baisser les redevances...à payer sur la production cumulée.

Pour les autres produits et les hydrocarbures, le même schéma de répartition de la production doit être retenu. Pour le gaz, un volume en mètre-cube doit déterminer de façon progressive les redevances...

Toutefois, en confiant à BP Birallah, toute possibilité de confusion entre sa production et celle du champ Sénégalo-mauritanien est à craindre. L’unité de commercialisation, la Tonne ou le Mètre-cube (M3), pour éviter les propos savants, nous protéger de tout amalgame.

Le citoyen doit savoir qu’une Tonne de Gaz Naturel représente 2.3 à 2.5 M3 (composition) de GNL, soit 1380 Mètre-cube de gaz naturel regazifié… ce qui correspond 1 Tonne équivalant Pétrole (tep).

La révolution gazière doit être préparée en amont et en aval. Le gaz en plus des exportations du GNL doit conduire à une baisse de prix favorisant les investissements directs, en particulier pour pallier au déficit industriel. Il faut dès maintenant réfléchir à :

- un gazoduc entre nous et l’Europe soit par terre soit par les Îles Canaries et les Acores.

 - Un Gazoduc vers le Nord du pays pour relancer la SNIM par la production électrique à bas prix...baissant les coûts de transport en électrifiant le Train, et créant les conditions d'installer une unité de production de pellets et une aciérie. .

-Un Gazoduc sur le Mali piégeant son marché énergétique.

 - Des Unités de production de l'énergie électrique à des prix compétitifs pour une option d'industrialisation du pays...

Le secteur industriel, réduit à des projets fictifs, est ignoré par un « dépliant touristique » pris pour un Code des Investissements. Une relance volontaire, grâce à l’énergie de l’industrie fera de ce secteur un levier de croissance pour rattraper nos retards économiques (chômage, formation, routes, transport urbain par gaz...Gaz de villes, valorisation de nos produits).

L'effet gaz sur les coûts doit assurer une compétitivité qui renforcera nos termes de l’échange factoriel dopant la Monnaie nationale. Les revenus des produit Mines et des hydrocarbures doivent non seulement améliorer la vie des citoyens par l'affectation de 15 % des redevances à la baisse des prix des produits de première nécessité, mais aussi 10 % des redevances pour assurer des compléments de revenus mensuels aux handicapés chefs de famille et aux femmes cheftaine de famille qui élèvent plus de 3 enfants.

 A suivre…