Procès en appel des abolitionnistes à Zoueratt Le tribunal s’est prononcé

mardi 22 novembre 2016
popularité : 0%

Le procès en appel des détenus dits de la place Bouamattou a rendu son verdict à l’issue d’une session d’une semaine close vendredi. Jugés pour participation à une manifestation violente contre l’évacuation forcée d’un bidonville, ils ont tous retrouvé la liberté à l’exception de trois qui ont vu leurs peines réduites. En fait, la Cour d’appel de Zouerate a acquitté trois des militants de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, en a condamné sept autres à quatre mois de prison ferme, qu’ils ont déjà purgés, et deux des trois restants ont écopé de trois ans fermes et le dernier de six mois.
Quant aux sept habitants du bidonville, deux ont été acquittés, les autres condamnés à des peines de quatre mois à cinq ans fermes. Trois ont donc recouvré la liberté.
En clair, les détenus qui étaient condamnés en première instance à 3 ans de prison ont été relaxés. Il s’agit d’Ousmane Anne, Jemal Samba, Mohamed Daty, Ahmed Mohamed Jaroullah, et Ousmane Lo. Par contre, Khattry ould M’Barek et Ahmed Hamdy Hamar Vall sont condamnés à 1 an de prison dont 4 mois fermes. Hamdy Lehbouss et Bala Touré qui étaient initialement condamnés à 5 ans de prison sont condamnés par la cour à 1 an d’emprisonnement dont 4 mois fermes. Les détenus qui étaient condamnés à 15 ans de prison ont vu leurs peines allégées, il s’agit de Moussa Biram condamné à 3 ans dont 2 fermes, Abdallahi Abou Diop condamné à 1 an de prison dont 6 mois fermes, Amadou Tidjane Diop, écope d’une peine d’1 an dont 4 mois fermes et Abdallahi Maatalla Seck dit Vieux, condamné par la cour à 3 ans d’emprisonnement dont 2 fermes. Une sentence a été très peu appréciée par leurs avocats qui sont restés persuadés de l’innocence de leurs clients, et qui ont dénoncé les tortures infligées à ceux-ci s ainsi qu’une "parodie de justice".
Il faut dire que le lors de son intervention, le Parquet avait réclamé vingt ans de prison contre l’ensemble des prévenus, qui avaient été condamnés en première instance à Nouakchott à des peines de trois à 15 ans de prison. Le procureur a soutenu que tous avaient "directement pris part aux événements", les accusant de "rébellion contre la force publique et de vandalisme".

Mohamed Dich
Correspondance particulière Zoueratt





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Ould Abdel Aziz, abandonné par les siens !

--------------------------

Affaire Ehel Bneijara- Oulad Melouk : un conflit (...)

--------------------------

PARTI « AGIR POUR VIVRE ENSEMBLE PAR LA CITOYENNETE (...)

--------------------------


   Economie  

Marché à bétail de Boghé, éleveurs et courtiers ont pris (...)

--------------------------

Foire de Timbedra, l’élément déclencheur du développement (...)

--------------------------

Exposition « Terre et Mer », quand le BIT valorise (...)

--------------------------


   Social  

Le Président Ghazouani à l’assaut du grand « Désordre (...)

--------------------------

Le Musée National expose à Ouadane des objets du (...)

--------------------------


   Culture  

Djiefoulbé Bâ, l’élégance d’une lauréate au cœur d’une (...)

--------------------------

« Traversées Mauritanides » lance sa 2ème édition « Hiver (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------


   Sport  

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------

CAN 2021 : Les Mourabitounes fixés sur leur sort

--------------------------